Archives de catégorie : Ressources

La restitution des données en sciences sociales

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2005 (New Delhi), l’AJEI est heureuse d’annoncer la parution des actes du colloque : Julie Baujard (ed), La restitution des données en sciences sociales : techniques et enjeux, AJEI, 2006, New Delhi

Vous trouverez une version numérique de l’ouvrage ainsi qu’une présentation du Médialab à l’adresse suivante :

http://ao-seine.com/ajei/actes2005/html/ajei_site_web.htm

Nous vous proposons ici l’introduction des Actes.

Introduction

Julie BAUJARD

Dans la continuité des Ateliers 2004, dont le thème était les pratiques de terrain et le discours scientifique en Asie du Sud, nous avons souhaité nous interroger, cette année, sur la question de la restitution des données dans la recherche en sciences sociales. Sujet complexe s’il en est, il nous a été inspiré par Guy Poitevin lors des discussions de clôture des Ateliers de Pune. La « représentation de la recherche », avait-il dit à l’ombre des banians de l’hôtel Green Plaza. Nous l’avons compris comme la « restitution des données de la recherche ». Comment peut-on présenter nos données collectées sur le terrain, avec des moyens techniques de plus en plus performants, et comment peut-on partager ses résultats avec les acteurs de l’étude, au sein du milieu de la recherche, et au-delà ?

Selon le Trésor de la langue française informatisé(1), la restitution est, dans un premier sens – archéologique – l’action de rétablir dans son état premier, original, ce qui a subi une altération. Dans un deuxième sens, c’est l’action de rendre ce qui a été pris ou possédé injustement ou illégalement. Il s’agit donc de rendre quelque chose qui porterait son empreinte (une donnée  » entachée  » de la marque de celui qui restitue) et aussi de rendre quelque chose que l’on a mais que l’on n’aurait pas dû avoir (qui ne nous appartient pas). Le terme même de  » compte rendu  » contient la notion de rendre des comptes. Nous observons des faits, nous en produisons des données, des analyses. Pour que justement elles soient le fruit d’un échange, nous avons choisi ce thème de la restitution pour guider les Ateliers de l’AJEI 2005.
La problématique fut traitée selon deux axes. Une première approche méthodologique aborda les différents moyens de mise en forme et de présentation des données de la recherche. Il s’est agi de présenter la variété des supports mis à notre disposition et, notamment, les nouvelles technologies, et d’aborder les problèmes méthodologiques propres à chacun. La question de la présentation des recherches fut envisagée par le biais d’une réflexion sur l’usage de ces nouveaux outils de formalisation et de diffusion des données (vidéo, son, CDROM, Internet), lequel implique, dans une certaine mesure, un nouveau rapport au terrain et donc influence la production du discours scientifique.

La seconde approche, plus théorique, consista à réfléchir, autour d’expériences particulières de chercheurs et d’étudiants, à la question de la diffusion des données ainsi qu’aux problèmes qu’elle suscite. Nous nous sommes interrogés sur les divers moyens de valorisation et de partage de la recherche en sciences sociales. Au travers de cette réflexion, nous voulions poser la question de la responsabilité du chercheur face aux populations qu’il étudie et face à un public plus large que celui du monde de la recherche stricto sensu, celle de son engagement – et celle conjointe de sa distanciation.

Les interventions sont présentées dans ce recueil en fonction de la problématique plutôt que dans leur ordre chronologique. Ainsi, la partie texte de ce recueil est divisée en deux chapitres qui comprennent aussi bien des comptes rendus d’atelier dans les Ateliers que des communications de la conférence à JNU ou à l’alliance française.

Le chapitre un aborde la restitution des données dans son versant technique (p. 13). A travers son atelier intitulé « La restitution par la carte et le texte » et le compte rendu qu’il nous en propose, Eric Leclerc nous fait entrer de plain pied dans le premier axe de notre problématique. Analysant des cartes réalisées à partir des mêmes données de terrain et présentées dans trois productions différentes – une maîtrise, un ouvrage scientifique et un de vulgarisation -, il amène les jeunes chercheurs à s’interroger sur les relations entre ces deux formes de rendu de l’information collectée et sur leurs rapports explicatifs (p. 15).

Avec leur atelier « De la collecte d’information à la restitution, comment utiliser Internet au cours de sa recherche ? », Bertrand Lefebvre et Sébastien Oliveau proposent une réflexion, premièrement sur les ressources du Net dans ce premier temps de la recherche que constitue la collecte de données. Deuxièmement, ils exposent les intérêts de la mise en ligne de l’information ainsi que, d’une part, les possibilités qui s’offrent aux chercheurs pour diffuser ainsi leurs travaux et, d’autre part, les moyens concrets de cette mise en ligne (p. 30).

Sébastien Oliveau, après une introduction sur la position du chercheur dans la société, nous permet d’aborder deux types de restitution des données, l’une académique – le développement d’un Système d’Information Géographique (SIG) -, l’autre davantage de l’ordre de la valorisation de la recherche – un atlas en ligne complétant le SIG (p. 42). Dans un texte complémentaire du précédent, Bertrand Lefebvre présente, quant à lui, une expérience de restitution des résultats de la recherche sur support technique, un CDROM. Il détaille le cheminement qui l’a amené au choix d’un tel support, les contraintes qu’il a permis de contourner, donc son intérêt, mais aussi les dimensions nouvelles qu’il faut alors prendre en compte, à commencer par l’interactivité entre l’utilisateur et le support (p. 52).

Dans son compte rendu d’atelier, Emmanuel Grimaud introduit une plus longue communication – illustrée de croquis et de photos, placée sur le CDROM – où il est question de ce qu’il appelle les trois facettes d’une même pratique de recherche : le film, la photographie et le croquis ; il interroge leurs rapports explicatifs et leur relation à l’écriture (p. 60).

Prenant appui sur sa recherche de thèse sur la Durgapuja à Calcutta, Martin Hribek développe une double réflexion, d’une part sur les choix auxquels le chercheur procède lors de la structuration théorique de ses données et la production de son analyse, d’autre part sur la dimension technique de la gestion de données de nature technique différente (p. 66).

Pour terminer ce premier chapitre, Emmanuel Grimaud introduit l’extrait (sur le CDROM) qu’il nous offre de son film La fabuleuse histoire de Ram Gandhi (p. 78).

Le chapitre deux est consacré à la position du chercheur face aux enquêtés et au-delà. Shreelekha Rajagopal Nair expose les problèmes auxquels doit faire face un(e) chercheur(e) spécialiste d’études féminines (women’s studies) ainsi que les réactions, à la fois des informatrices et du milieu environnant, face au travail du (de la) chercheur(e). Elle s’appuie sur son travail de thèse réalisé auprès de femmes ingénieures et infirmières issues de la classe moyenne (p. 82).

Renaud Egreteau dresse une présentation des contraintes qu’il rencontre sur le terrain, pour la collecte même de ses données, contraintes que l’on retrouve au niveau de la diffusion de ses résultats, où il doit distinguer entre données scientifiques et informations qui relèveraient de l’Intelligence stratégique, et protéger ses informateurs. Cette exposition, ainsi que l’évocation de ses différentes expériences de restitution de sa recherche présentent une belle illustration de la renégociation permanente de la position de chercheur (p. 93).

Samuel Berthet aborde la question de la restitution du point de vue de l’échange entre le chercheur et les acteurs de sa recherche, à la fois dans la collecte des informations et pour  » éprouver  » sa recherche, affiner ses résultats, rendre compte du savoir vernaculaire. Il appuie son propos sur ses recherches en cours au Bastar, une région de l’état « tribal » des Chhattisgarh (p. 103).

Laurent Pordié, enfin, se situe en amont de la restitution en posant la question de la possibilité de mener des recherches sur un objet que l’on transforme en faisant partie du système que l’on étudie. Il appuie son propos sur sa propre expérience, celle d’un chercheur engagé auprès d’une ONG spécialisée dans le domaine des médecines traditionnelles(2) qu’il a co-fondée, à laquelle il participe et qu’il étudie. Il interroge l’engagement du chercheur et défend l’argumentaire selon lequel il possède, à certaines conditions – et notamment celle de la distanciation épistémologique -, une valeur heuristique. A travers cette réflexion, il s’interroge sur les préalables nécessaires à la recherche quand elle est menée dans un objectif pratique : faire en sorte que les analyses du chercheur soient ensuite utilisées (p. 117).

Dans la droite ligne de notre problématique axée sur les nouvelles technologies et la diffusion des données et des résultats de la recherche, nous avons choisi de rendre compte des Ateliers Jeunes Chercheurs à travers un recueil de textes combiné à un CDROM. Ce dernier support nous permet de présenter les documents qui illustrent les ateliers dans les Ateliers, ainsi que ceux qui accompagnent les communications des intervenants : présentations power point, séquences vidéo, extraits de sites web, cartes, liens hypertextes. De plus, il nous permet d’y placer le film de vingt minutes issu du médialab(3).

La mise en place de ce dernier pendant les ateliers nous a permis de commencer la numérisation de l’événement alors même qu’il se déroulait, avec comme principaux acteurs les participants aux Ateliers. Anne Goldenberg présente dans le détail cette expérience médiatisée du récit collectif de l’événement (p. 135). L’étape finale de ces Ateliers 2005 est donc entre vos mains. Ce recueil constitue le quatrième de la série des actes des Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de l’AJEI après ceux de Pune (2004), Calcutta (2003) et Pondichéry (1998).

En annexes, se trouvent un récapitulatif du travail de l’association ainsi que le répertoire des jeunes chercheurs membres de l’AJEI. Ce dernier constitue une étape importante vers le répertoire interactif que nous cherchons à développer sur le site de l’AJEI.

Pratiques de terrain et discours scientifiques en Asie du sud

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2004 (Pune), l’AJEI a publié les actes du colloque :

David Picherit, Raphaël Voix (éds.) Pratiques de terrain et discours scientifiques en Asie du sud, AJEI, 2005, 213 pages

Pratiques de terrain et discours scientifiques en Asie du sud [PDF]

 

Identités et Territoires en Inde

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2003 (Kolkata), l’AJEI a publié les actes du colloque :

Rémy Delage, Zoé Headley (éds.) Identités et territoires en Inde, AJEI, 2003, 136 pages

Identités et Territoires en Inde [PDF]

Identités et territoires en Inde (extrait)

L’AJEI a décidé, pour la sixième édition de ces ateliers, d’exporter une fois de plus le concept en Inde du Nord, au département d’histoire de l’université de Calcutta. En choisissant d’organiser un séminaire de deux jours en anglais, nous avons souhaité élargir le débat sur la question des rapports entre l’identité collective et le concept territorial, en ouvrant un dialogue franco-indien.

Remarques préliminaires
L’idée de la problématique retenue pour le séminaire trouve son origine à la fois dans le contexte général d’une Inde indépendante et dans la confrontation régulière entre étudiants de diverses expériences de recherche en Inde. Bien que le débat autour de la question identitaire ait été initié pour beaucoup par les anglo-saxons, il n’a toutefois pas eu de mal à trouver un vif écho parmi les intellectuels et les universitaires indiens comme français. En revanche, l’analyse des processus d’identification géographique et la question territoriale apparaissent comme un champ relativement inexploré des sciences sociales sur l’Inde.
C’est en soulignant la nature instable des découpages territoriaux en Inde que la nécessité d’approfondir la connaissance des liens entre l’identité collective et le concept territorial s’est confirmée. A l’échelle nationale, nous connaissons bien les difficultés, plus ou moins héritées de la partition de 1947, des gouvernements successifs à gérer sur ses marges (conflits au  Cachemire et dans les territoires du nord-est, pour l’essentiel) et en son sein (volontés régionales d’indépendance en Uttar Pradesh et au Bengale, à la confluence du Bihar et du Madhya Pradesh) les nombreux mouvements de revendication identitaire et territoriale. Si une solution politique a récemment permis de résorber une partie de ces conflits avec la création de trois nouveaux états au sein de l’union indienne (Uttaranchal, Jarkhand et Chattisgarh), le « modèle nehruvien » de l’unité/diversité de la nation reste partiellement remis en cause aujourd’hui.
Placée dans une perspective internationale, la problématique identités et territoires a toujours intéressé les chercheurs en sciences politiques, selon une approche qui a fréquemment recours à la dialectique des facteurs internes et externes. Tantôt la déstabilisation du territoire national est le fruit de luttes internes (sociales, culturelles et politiques) qui se traduisent dans la réalité par un refus d’ouverture et un repli identitaire, tantôt elle trouve son origine dans l’histoire chaotique des relations internationales et dans l’absence d’ouverture et de dialogue avec le voisin. La géopolitique, bien que peu représentée durant ce séminaire, apporte donc un éclairage complémentaire dans la manière d’appréhender le territoire et de jouer avec les échelles d’analyse, le macro/global informant le micro/local et viceversa. Le découpage thématique du séminaire s’est articulé autour de quatre grands axes de réflexion.

Spatialisation de l’identité au travers des catégories sociales, religieuses et politiques
Tout d’abord, une tentative de spatialisation du phénomène identitaire à travers des catégories générales d’analyse a permis de mieux comprendre les usages religieux et politiques du territoire. Si le pèlerinage à Sabarimala au Kerala est en partie fondé sur un régime de mobilité et de circulation à l’échelle de l’Inde du Sud, l’analyse de conflits entre différents groupes processionnels a finalement mis l’accent sur des questions de légitimité territoriale (dont l’unité en jeu est le kara), qui reflètent une certaine fluidité du jeu des interactions locales dans le Kerala contemporain (Rémy Delage). Ensuite, l’analyse critique d’une histoire de caste dans les années trente (Zoé E. Headley) a cherché à identifier et illustrer un certain nombre d’anciens concepts et de catégories tamoules informant les différentes textures de la territorialité des Pramalai Kallars au sud du Tamil Nadu, au moment de son émergence dans la sphère publique. Revenant au temps présent, dans le contexte tribal, Thanuja M. a exposé les composantes de la territorialité des Konda Reddis de l’Andhra Pradesh, une communauté classée ‘Primitive Tribal Group’ par le gouvernement, en soulignant les rapports tissés entre les clans et leur environnement au niveau du groupe d’habitations (gumpu), dans le contexte récent de leur pratique de cultivation itinérante (podu). Enfin, ce premier axe de réflexion s’est achevé par la présentation d’un projet de recherche sur l’appartenance politique au CPI dans un quartier de Calcutta, par un étudiant danois (Kenneth Nielsen), mais présenté dans une ambiance quelque peu surréaliste par Renaud Egreteau.

Au-delà de la frontière : les processus de déterritorialisation identitaire
Le deuxième thème que nous avons choisi de traiter rassemble deux études complémentaires sur l’idée de ‘frontière’, en ce sens qu’elles abordent la question identitaire en situation d’extraterritorialité. La première concerne les migrations de travailleurs de l’ouest du Népal vers l’Inde (Tristan Brusle). En partant de l’hypothèse de Paul Claval selon laquelle le territoire constitue la « base spatiale » de l’identité, la migration est envisagée ici comme perturbatrice et/ou révélatrice de l’identité de ces migrants Nepalais. La seconde présentation traite d’une part, de la relation entre religion (Hindouisme et Islam) et lieu (Inde), en recourant à la catégorie de People of Indian Origin (PIO) et d’autre part, de manière plus empirique, de la relation entretenue entre les PIO hindous et musulmans ayant migré avant 1947, afin de mieux comprendre les effets de la partition dans le processus d’identification de ces derniers (Kathinka Sinha-Kerkhoff). Paula Banerjee a montré en fin de session comment la nature circulatoire de toute région frontalière venait renforcer des processus d’inclusion et d’exclusion, pour redéfinir plus généralement les gamme des rapports de l’individu à soi et à l’Autre.

Modernité et stratégies politiques de la reproduction artistique
Le troisième axe était, quant à lui, plus hétérogène. La présentation de Ponnarasu M. s’intéressait à la différenciation géographique des pratiques artistiques populaires au Tamil Nadu, et aux phénomènes récents de regroupement associatifs comme c’est le cas, par exemple, du théâtre de rue (Therukkuthu), tout en soulignant le fait que ces manifestations soient fréquemment récupérées dans la période contemporaine par les partis politiques, afin de renforcer la dimension identitaire du groupe politique concerné. Une autre forme de rapports tissés entre l’art (ici, la peinture murale), l’identité et le territoire, a été exposée par Nicolas Nercam dans sa présentation des différents moments de la production d’un haut-lieu de la vie artistique de l’élite Bengali et au-delà, celui de Shântiniketan au Bengale Occidental.

Exploration de l’espace indien par l’idéologie
Enfin, la quatrième et dernière partie de ce séminaire a plutôt mis l’accent sur l’importance de l’instance idéologique dans la production identitaire et territoriale. Bodhisattva Kar a montré en se référant à de nombreux matériaux de recherche ‘orientaliste’ qu’il était nécessaire de comprendre les logiques coloniales de l’espace en Assam (nommer, compter, classer et découper), pour mieux lire les revendications politiques actuelles de cet état. Gilles Tarabout, quant à lui, s’est interrogé à partir d’expériences de terrain au Kerala sur les raisons qui avaient poussé beaucoup d’anthropologues à délaisser la notion de territoire dans leur analyse des phénomènes sociaux en Inde. Il conclut, au-delà du débat sur l’antériorité ou non de l’idéologie par rapport au territoire, à la nécessité de prendre en compte l’ensemble des processus contribuant à la structuration du social notamment les différents modes d’appropriation de l’espace.

Conclusions
Du point de vue des sciences sociales, l’approche dialectique des identités et  du territoire s’avère féconde si l’on considère d’une part, la manière dont un groupe social construit son identité géographique dans le rapport à l’altérité  environnementale et d’autre part, la façon dont le territoire ainsi créé, tant du point de vue de la représentation (au sens large) que de l’idéologie sociale, renforce l’identité du groupe et participe en même temps à sa reproduction. L’identité, pour se construire, se nourrit donc à la fois de références géographiques plus ou moins concrètes (la maison, la rue et le quartier, le village, la ville et la région…) et sociales (la famille, le lignage, la sous-caste et la caste…), tout en puisant dans l’idéologie religieuse et politique des outils conceptuels pour se renforcer.
Durant ces deux journées de séminaire, la question récurrente de la multiplicité des échelles, à travers lesquelles se lit la dynamique identitaire et territoriale, a démontré l’importance et la difficulté de l’exercice comparatif. En effet, les composantes actives de l’identité agissent directement sur la nature et la structure du lien territorial, et les territoires décrits par les participants, qu’ils soient informés par la religion, la caste, la tribu, la politique ou bien même une tradition artistique, invitent à une analyse transversale des phénomènes sociaux qui les composent. Dans tous ces cas, l’individu, la communauté, la localité, la région et l’état nation constituent effectivement un système de références identitaires qui amènent
le chercheur à construire un jeu d’échelles comparées.
Les débats qui ont suivi la dizaine de communications ont également porté sur la multiplicité des définitions et des significations attribuées à ces notions, en fonction des affiliations disciplinaires de chacun au sein des sciences sociales. En ce sens, ces ateliers auront permis aux étudiants en géographie, anthropologie, histoire, sociologie et économie, d’aller plus loin  dans leur réflexion personnelle, en replaçant leurs terrains respectifs dans une perspective disciplinaire comparée.
Ajoutons en guise de conclusion que l’objectif de ce séminaire n’était pas tant d’établir des définitions de l’identité et du territoire qui soient communes aux différentes disciplines représentées, que d’offrir aux jeunes chercheurs la possibilité d’enrichir et d’affiner leurs méthodologies par le jeu du dialogue interdisciplinaire.