Archives de catégorie : Publications AJEI

Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs de l’AJEI 2013 (Calcutta), l’AJEI a publié le compte-rendu suivant :

Bérénice Bon et Hortense Rouanet (éd) Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations. Compte rendu des 15ème ateliers Jeunes Chercheurs de l’AJEI, 2014, 24 p.

CR Ateliers de l’AJEI 2013 Calcutta

 

Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2012 (Mumbai), l’AJEI a publié les actes du colloque :

Ingrid Le Gargasson (éd) Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud, AJEI, 2013, 72 p.

Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud [PDF]

Préambule (extrait)

L’Association Jeunes Études Indiennes (AJEI) regroupe des étudiants de différents champs disciplinaires des sciences sociales, du niveau mastère au niveau postdoctoral, ayant pour aire de recherche l’Asie du Sud. Chaque année, elle organise un séminaire en France et des ateliers en Inde rassemblant étudiants et chercheurs pour discuter des travaux présentés. La 14e édition des ateliers s’est déroulée du 11 au 15 mars 2012, en partenariat avec le département de Sciences sociales et humaines de l’Indian Institute of Technology de Bombay (IIT-B). Pour la première fois depuis leur mise en place, les Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales se sont tenus à Mumbai. En raison de son importance dans l’histoire économique et culturelle de l’Inde, la ville se prêtait à merveille au thème retenu : « Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud ». Le campus verdoyant et paisible de l’Indian Institute of Technology of Bombay (IIT-B), situé au nord de la ville, entre le lac Powai et le lac Vihar, offrait par ailleurs un cadre idéal pour cet événement : une bulle de tranquillité et d’effervescence intellectuelle au coeur d’une métropole fourmillante d’activités. Suite à la diffusion de l’appel à communication à la fin de l’année 2011, trente-cinq propositions relevant de disciplines et d’approches méthodologiques très variées ont été reçues. Le comité scientifique a eu pour tâche de sélectionner les quinze propositions finales. Il fut composé de Ramesh Bairy et D. Parthasaraty, sociologues exerçant au département de sciences sociales et humaines de l’IIT, de Nicolas Jaoul, anthropologue, et de Frédéric Landy, géographe. Comme à l’accoutumée, nous souhaitions faire des ateliers un espace de discussions interdisciplinaires entre des étudiants français réalisant leur recherche aux quatre coins du sous-continent, et une plateforme d’échanges entre des chercheurs français d’affiliations institutionnelles diverses et leurs homologues indiens. Ce double objectif a été atteint grâce à la réponse positive de jeunes chercheurs et à la participation de leurs aînés qui ont partagé leur expérience et leur expertise au cours des quatre jours de rencontre.

Nature, Environment and Society

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2008 (Shillong), l’AJEI est heureuse d’annoncer la parution de :

Nicolas Lainé, T. B. Subba (éds.) Nature, Environment and Society: Conservation, Governance and Transformation in India, Orient Blackswan

Lien vers l’éditeur

Résumé

The future of humanity lies uncertain as nature falls prey to the loot and plunder initiated in the name of development, growth and progress today. As the vast riches of the earth continue to be endangered, a global consciousness regarding the importance of natural resources, biodiversity, etc. is on the rise. Given such a scenario, what is required is further understanding of man’s interaction with the environment.

This contributory volume examines the interrelationship between nature and society in South Asia. It focuses on four points: perception of natural resources during colonial rule, conservation of nature, role of governments in administering environment, and transformation of nature as a result of development or industrial projects.

The book divided into three broad themes, analyses the major decisions taken in India with regard to environment after Independence and their consequences; the relationship between communities which consider natural environment as an essential part of their identity, and as a key factor for social, political and economical issues; and the urban explosion and/or the construction of infrastructure such as dams or roads that have impacted the relationship between different social groups and their territory. It also examines the set-up (policy and stakes), process and consequences (often the displacement of populations) of such projects in three different states of India.

Offering a wide variety of case studies representing a large panel of approaches and methodologies from Sociology, Economics, History, Anthropology, and Development Studies, this volume will be an useful read for students and scholars of environmental studies, and NGOs working towards conserving nature.

Table des matières

Foreword – Jacques Pouchepadass

Introduction – Nicolas Lainé, T. B. Subba

PART I: CONSERVATION OF NATURE

Introduction – Joëlle Smadja

Megalithic Landscapes, Cultures and Identity in Northeast India – Raphael Rousseleau

Transforming Rural Livelihoods through Ecodevelopment in the Nanda Devi Biosphere Reserve – Sarah Benabou

Wildlife Conservation and Tribal Livelihood in the Brahmaputra Floodplains – Emilie Crémin

Effects of the 1996 Timber Ban in Northeast India: The Case of the Khamtis of Lohit District, Arunachal Pradesh – Nicolas Lainé

PART II: NATURE’S GOVERNANCE

Introduction – Frédéric Landy

Women, Self-Governance and Local Political Representation in Bastar, Chhattisgarh – M. A. Iqbal and Samuel Berthet

Forest Conservation, Public Goods and Incentives in the Central Himalayas – Carine Sébi

Unpacking Policy Discourses and ‘Scientific’ Management of Forests in Meghalaya – Sanjeeva Kumar

PART III: TRANSORMATION OF NATURE

Introduction – Loraine Kennedy

The Delhi-Mumbai Industrial Corridor and Some Issues of Environmental Governance – David Kong Hug

The Gosikhurd Dam Project and Transformation of Rural Social Space in Vidarbha, Maharashtra – Joël Cabalion

Consequences of Road Construction in Padum, Zanskar Valley, Northern Himalaya – Salomé Deboos

Conflit et Rapports Sociaux en Asie du Sud

L’AJEI est heureuse de vous annoncer la parution de l’ouvrage collectif suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2007 (Pondichéry).

Lionel Baixas, Lucie Dejouhanet et Pierre-Yves Trouillet (éds) Conflit et Rapports Sociaux en Asie du Sud, Editions L’Harmattan, coll. Points sur l’Asie

Lien vers l’éditeur

Résumé

Foyer de civilisation et région postcoloniale rassemblant près du quart de la population mondiale, l’Asie du Sud est une terre de conflits. Bien plus qu’un catalogue vainement exhaustif de toutes les formes de conflits minant la stabilité et le développement de cette région, ce livre observe les rapports sociaux à travers le prisme du conflit, ce conflit même qui les dévoile, attise ou transforme. En cherchant à déterminer les causes, les formes et les enjeux de différents types d’antagonismes (sociaux, politiques, économiques,environnementaux et religieux) ayant lieu en Asie du Sud, cet ouvrage pluridisciplinaire vise plus largement à démontrer combien le conflit peut être révélateur des dynamiques sociales et des problématiques actuelles du sous-continent indien. Ce livre réunit des spécialistes issus de différentes disciplines des sciences sociales qui abordent des terrains aussi variés que Delhi, le Népal, le Pakistan, le Kérala, l’Andhra Pradesh, le Bengale Occidental, le Tamil Nadu ou encore le sous-continent dans son ensemble.

Introduction (extrait)

Lionel BAIXAS, Lucie DEJOUHANET, Pierre-Yves TROUILLET

En paraphrasant la maxime, nous pourrions dire que le conflit ne se crée pas, ne disparaît pas mais qu’il se transforme sans cesse. Le conflit est permanent et immanent aux relations humaines individuelles et collectives. Loin d’être biologiquement déterminé ou le résultat d’une propension naturelle de l’être humain à l’agressivité, il est au contraire une forme de comportement apprise, un mode d’interaction sociale institutionnalisé, construit et défini culturellement (Sluka, 1992 : 23-24). Le conflit s’inscrit en outre dans des structures sociales et des conjonctures historiques qui tendent à en définir les formes et l’intensité selon les sociétés et les époques considérées.

Trop souvent, le conflit n’est perçu que comme un dysfonctionnement, une anomalie temporaire qui viendrait perturber l’ordre « normal » des choses. C’est toutefois oublier son caractère essentiellement dynamique. Le conflit peut être latent ou ouvert, violent ou non, il n’en reste pas moins toujours présent, jusque dans la coopération que l’on considère souvent à tort comme son antonyme. S’il existe bien une distinction entre les deux, elle est de degré et non de nature. Le conflit est un processus social qui en raison de sa double nature, structurelle et dynamique, peut aussi bien engendrer des effets positifs que négatifs. Ordre et conflit sont intrinsèquement liés l’un à l’autre, à la fois contradictoires et complémentaires. L’ordre social est le fruit des relations incestueuses entre conflit et coopération, ce qui signifie que le conflit peut également s’avérer un important moteur de changement social.

Le potentiel intégrateur du conflit doit néanmoins ne pas être surestimé. Il varie en fonction des degrés de conflictualité qui s’échelonnent de la simple friction interindividuelle au conflit ouvert et généralisé. La question, ici, est donc autant de déterminer pourquoi un conflit apparaît que comment il monte en intensité et en généralité. Si l’escalade de certains conflits peut être contenue par le biais de la gouvernance démocratique ou par l’instauration de mécanismes de gestion participative, d’autres se révèlent insensibles à de tels modes de régulation des tensions sociales. La violence physique joue un rôle primordial dans l’escalade d’un conflit. Et lorsqu’elle éclate, son issue est conditionnée à sa réversibilité. L’escalade s’opère par franchis- sement de seuils quantitatifs (tenant au nombre de victimes) et qualitatifs (tenant aux types de cibles et de pratiques des agresseurs). Tandis que certains groupes sociaux usent de la violence essentiellement en vue de s’intégrer à un ordre social qui les exclut, d’autres y recourent au contraire afin de produire un nouvel ordre social, en cherchant parfois l’éviction radicale de l’ennemi. En Asie du Sud comme ailleurs, la quête d’une irréversibilité dans la violence est particulièrement manifeste dans les « crimes intimes » (Bougarel, 1996) qui visent à rendre impossible et même impensable la cohabitation entre adversaires à travers l’atteinte brutale et systématique portée à l’intimité, allant du pillage et de la destruction des foyers à la mutilation (Brass, 2005 ; Zins, 2005), en passant par les violences sexuelles et le tatouage punitif (Bhasin & Menon, 1998).

Le conflit violent peut résulter d’une volonté des dominants de préserver leur domination, comme l’illustrent les pratiques répressives de certaines castes dominantes indiennes contre les velléités émancipatrices des basses castes, ou encore celles des États d’Asie du Sud à l’égard de leurs minorités trop revendicatrices. À l’inverse, il peut également constituer un moyen de résistance à la domination, comme le suggèrent le cas des naxalites et des Khalistanis en Inde, celui des maoïstes au Népal, des Tamouls au Sri Lanka ou des Baloutches au Pakistan. Bien souvent, ces mouvements violents de libération nationale évoluent cependant en mouvements d’oppression, imposant un encadrement strict à la communauté dont ils prétendent œuvrer à la « libération » (Gayer et Jaffrelot, 2008).

L’Asie du Sud est en outre une région particulièrement riche et innovante en matière d’action non violente (1), même si la pratique la plus emblématique de ces modes d’action « non » violents, la grève de la faim gandhienne, demanderait sans doute à être réinterprétée comme une violence contre soi (Siméant, 1993), qui l’apparente moins au sit-in ou au boycott qu’à l’auto-immolation ou l’attentat- suicide.

Si les effets visibles des conflits violents reçoivent la plus grande attention médiatique et académique, les situations de domination et d’exclusion qui en sont le plus souvent à l’origine et qui sont profondément ancrées dans la réalité sociale la plus quotidienne, tendent en revanche à passer inaperçues (Chatterji & Mehta : 2007). Le maintien de ces formes de domination ne passe pas seulement par la répression mais aussi de manière plus pernicieuse par le biais de la reproduction sociale de systèmes d’inégalités véhiculant nombre de violences symboliques (Bourdieu, 1994). Dans les États-nations modernes, les racines du conflit social et de la violence politique doivent en effet être recherchées dans la stratification sociale et les inégalités qu’elle induit en matière d’accès à la richesse, au statut et au pouvoir (Berreman, 1977). Si la résistance à ces formes de domination ne prend pas nécessairement un caractère violent, la violence – visible ou symbolique – ne doit pas pour autant être considérée comme un phénomène socio-culturel extérieur à la vie quotidienne des personnes qui y recourent et/ou qui la subissent (Nordstrom & Martin, 1992 : 13- 14).

Les États postcoloniaux d’Asie du Sud sont nés pour la plupart dans des circonstances extrêmement violentes. Si le processus de colonisation du sous-continent indien entrepris par la Grande- Bretagne correspondit à une phase sans précédent de centralisation politique et d’intégration territoriale qui s’effectua par le haut et par la force, le processus de décolonisation, également imposé par le haut, activa une dynamique de désintégration qui passa par des violences extrêmes ayant pour enjeu le contrôle de l’espace social au niveau local. La Partition, qui scella dans le sang la redéfinition postcoloniale de l’espace en termes territoriaux et nationaux, fut ainsi caractérisée par des violences dirigées certes contre l’Autre, mais parfois plus directement contre les femmes, les enfants, ou encore contre les réfugiés. Ces violences visaient à éradiquer un ennemi défini en termes religieux voire biologiques, étant alors considéré comme une « espèce » nuisible.

Les massacres de la Partition constituent depuis 1947 un horizon de référence et une source d’inspiration en Asie du Sud, comme en témoignent notamment les pogroms anti-sikhs de Delhi (1984) et ceux, anti-musulmans, du Gujarat (2002) (Talbot, 2007). L’héritage de la Partition se fit également sentir dans les violences massives qui caractérisèrent la sécession du Bangladesh en 1971 ou dans les 2 conflits interétatiques – et bien moins meurtriers (2) – qui opposèrent l’Inde et le Pakistan au sujet du Cachemire en 1947-48, 1965 et 1999, le dernier dans un contexte officiellement nucléarisé. Les conflits interétatiques portant sur des enjeux territoriaux, frontaliers ou d’usage des ressources naturelles, sont ainsi nombreux dans la région (3). Au sein des États enfin, on dénombre une multiplicité de conflits sociaux, violents ou non, qui touchent au statut socio-économique, au monde du travail, à l’environnement, à l’identité religieuse, au statut des (im)migrants, etc. Notons ici que l’éducation, la politisation et l’ascension sociale d’une partie des populations jusque là délaissées par le « développement », entraînent certaines évolutions notables des rapports de pouvoir, notamment dans les campagnes, démontrant combien le conflit peut être à la fois agent et révélateur de dynamiques sociales.

Les acteurs de ces conflits sont donc multiples. L’État occupe bien sûr une place centrale dans les conflits inter- et intraétatiques, même si l’on assiste depuis plusieurs années à des dynamiques de privatisation du recours à la violence qui tendent à remettre en cause le monopole étatique de la violence physique légitime (4). Dans le cadre de conflits internes, comme ceux portant sur les ressources naturelles, sur la discrimination positive ou sur des questions économiques, ce sont principalement le gouvernement central, les ministères, les autorités des États fédérés (dans le cas de l’Inde) ou des provinces, qui sont parties prenantes du conflit. Ils ont alors à faire face à des partis politiques, des groupes de pression et d’intérêt, des associations de citoyens ou de castes, ou encore à des syndicats de paysans et d’ouvriers. Lorsqu’il s’agit de conflits armés intérieurs, c’est la police, les forces paramilitaires et l’armée qui sont les plus impliquées. Ces dernières sont confrontées à des milices armées de différentes natures : révolutionnaires comme dans le cas des insurgés maoïstes indiens et népalais, indépendantistes comme les Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE, Les Tigres de la libération de l’Îlam tamoul), sectaires comme le Lashkar-e-Jhangvi (LeJ, l’Armée De Jhang), jihadistes comme le Lashkar-e-Tayyeba (LeT, l’Armée des purs), ou de castes comme la Ranvir Sena (RS, l’Armée de Ranvir). Dans bien des cas, l’État n’est pourtant pas étranger au phénomène milicien et se trouve tenté de l’instrumentaliser (Gayer & Jaffrelot, 2008).

L’identité des individus acteurs des conflits violents aussi bien que non violents, tend à transcender les barrières d’âge. Et si les jeunes (voire les enfants, comme dans le cas des Tigres tamouls) sont les plus impliqués, on trouve aussi des militants bien plus âgés, au point que certaines milices reproduisent fidèlement la pyramide des âges de la société environnante, à l’instar du mouvement des Talibans pakistanais (Abbas,2007 : 58). Le recrutement des mouvements militants tend également à transcender les clivages de genre, comme en témoignent la participation active des femmes au mouvement environnementaliste Chipko ou les bataillons de femmes des Tigres tamouls et des maoïstes indiens et népalais. Enfin, si la plupart de ces mouvements recrutent essentiellement dans les couches les plus défavorisées de la société, les dominants peuvent parfois y adhérer, au moins ponctuellement, pour servir leurs intérêts de classe ou de caste, comme le montre le ralliement temporaire de certains membres des hautes castes aux naxalites pour éliminer leurs rivaux (Jaoul, 2008).

Signe d’espoir cependant, l’année 2008 a été le témoin d’un tournant historique en faveur de la démocratie dans la région : le Pakistan, la jeune démocratie parlementaire du Bhoutan, le Bangladesh et le Népal devenu républicain, ont organisé des élections législatives. Mais la situation s’est depuis largement dégradée dans la plupart de ces pays et l’Asie du Sud est toujours marquée par le désordre et la violence. Au Pakistan, les élections de février 2008 avaient permis de restaurer un gouvernement civil qui paraissait susceptible d’initier un nouveau processus de démocratisation. Mais la multiplication des attentats terroristes menacent de le déstabiliser, alors que l’armée pakistanaise est engagée dans une campagne militaire sans précédent visant à déloger les Talibans pakistanais et leurs alliés des régions tribales à la frontière afghane. Au Bangladesh, la violente mutinerie au sein de l’armée en février 2009 souligne la fragilité du gouvernement, tandis que de graves accusations de violations des droits de l’homme émanent de la société civile et que le terrorisme se développe. Au Sri Lanka, si la guerre civile contre les Tigres tamouls semble avoir été durablement remportée, la paix quant à elle demande encore à être gagnée. Au Népal, la chute du gouvernement dirigé par les maoïstes a conduit le processus constitutionnel dans l’impasse et menace de faire resurgir le spectre trop proche de la guerre civile. En Inde enfin, la coalition gouvernementale dirigée par le Congrès, qui a été reconduite à la tête de l’État lors des élections législatives de mai 2009, refuse toujours de reprendre le dialogue avec le Pakistan depuis les attaques de Mumbai du 26 novembre 2008 et s’apprête à lancer une offensive militaire sans précédent sur son territoire contre les naxalites, considérés comme la principale menace pour la sécurité intérieure.

Ces dynamiques plaident pour une approche de la résolution des conflits procédant d’abord par l’identification de leurs origines et de leurs facteurs. Cette identification préalable permet en effet d’agir au mieux sur les tenants et les aboutissants du conflit, afin d’instaurer in fine une situation de coopération (Austin, Fischer & Ropers, 2004). L’identification puis la transformation des données d’un conflit peuvent se faire en jouant simultanément sur deux axes d’analyse complémentaires : l’un vertical – les degrés de conflictualité précédemment introduits – et l’autre horizontal – celui des frontières. Le premier axe permet d’établir le niveau de développement du conflit étudié et d’en mesurer l’intensité à travers une analyse de ses formes, de ses acteurs et de ses instruments. Le second met davantage en jeu les concepts d’espace et d’identité.

Les espaces vécus au sein desquels les groupes sociaux évoluent, s’inscrivent en effet dans des représentations socio-identitaires qui peuvent différer en fonction de l’identité des groupes concernés. Les identités sont des construits sociaux qui ne sont pas figés mais qui, bien au contraire, évoluent dans le temps et dans l’espace, ainsi qu’en fonction des relations entretenues avec les autres groupes, tout en restant fortement ancrées dans une histoire, une culture, une langue et/ou une religion souvent territorialisées. Lorsque l’Autre est défini par opposition au groupe d’appartenance, qu’il soit de caste, de classe, ethnique, religieux ou national, cette situation peut dégénérer en conflit. En revanche, lorsque l’Autre est défini comme une partie de soi ou d’un « monde commun », la coopération et la paix sont alors souvent plus aisées à restaurer ou à instaurer. L’identité a ainsi trait au conflit dans la mesure où elle détermine les relations entre ses protagonistes, les modes d’engagements qui le caractérisent, ainsi que sa possible résolution.

L’articulation entre les deux notions d’espace et d’identité s’effectue à travers celle de frontière, qui, à travers diverses constructions territoriales, opère en tant que déterminant des espaces du conflit et de la coopération. La performativité des frontières est liée à leur double nature, à la fois géographique et symbolique. Dans sa première acception, elle dessine les divisions des territoires politiques des États-nations et des territoires socio-économiques des groupes sociaux au sein des États-nations. Dans sa seconde acception, souvent cumulative avec la première, elle sépare les groupes sociaux en fonction des représentations, des normes culturelles et des idéologies politiques propres à chaque groupe. Création politique et culturelle, construction sociale et idéologique (Barth, 1969), la frontière est le reflet de la société qu’elle circonscrit, de sa dynamique et de sa cohérence interne : une « barrière de distinction » (Picouet & Renard, 2007 : 16). La dualité sémantique de la frontière, « structurée en termes de concurrences (dans une perspective de confrontation frontalière et d’absence d’osmose) et de complémentarités (trouver chez l’autre ce qui fait défaut chez soi, travailler en partenariat, développer la coopération, planifier un développement commun…) » (Renard, 2002 : 66), en fait un facteur à la fois d’ouverture et de fermeture, de coupure et de couture, mais aussi un moyen de valorisation ou de dispute des ressources et de gestion des contraintes.

L’ouverture des frontières – qui peuvent avoir été délimitées par l’un des groupes en conflit, par concertation ou encore par imposition de la part d’un tiers – peut alors favoriser le dépassement d’un conflit compris comme émanant de la non-acception d’une limite spatiale et/ou subjective. La coopération de part et d’autre d’une frontière est en effet possible selon deux modes : soit dans le respect partagé de cette frontière devenant alors « commune », soit dans la « transfrontiérité » faisant de cette limite un espace d’échanges et d’intéractions (Wackermann, 2003 : 167-77).

Rassemblant des textes de jeunes chercheurs en sciences sociales et considérant le conflit comme une clé d’analyse heuristique des rapports sociaux, cet ouvrage pluridisciplinaire propose d’explorer la dimension conflictuelle des rapports sociaux en Asie du Sud, et de mettre en lumière les multiples facettes d’antagonismes contextualisés, de leur négociation, de la construction de la paix et de la coopération. Nous pensons en effet que c’est l’ensemble du champ social qui se révèle à travers l’étude du conflit, dans la mesure où celui-ci induit inévitablement une représentation des relations sociales. Et c’est seulement à travers la connaissance des données empiriques d’un conflit et des représentations sociales qui lui sont associées qu’il peut être possible de le transformer dans le sens de la coopération. Ne se limitant pas aux seuls conflits violents mais s’attachant au contraire à considérer la nature polymorphe des antagonismes qui s’inscrivent dans toute l’étendue des formations sociales, et ce à différentes échelles, nous souhaitons que cet ouvrage permette à la jeune recherche française sur l’Asie du Sud de se positionner dans le champ des études sur le conflit et sur la paix.

Cet ouvrage se découpe en quatre parties, mettant chacune l’accent sur une dimension conflictuelle spécifique des rapports sociaux. Le premier axe de réflexion concerne la dimension politique des rapports sociaux en Asie du Sud à partir d’analyses portant sur l’évolution du conflit indo-pakistanais, sur le changement social induit par la « guerre du peuple » au Népal et sur le statut des réfugiés birmans à Delhi. Lionel Baixas traite ici du conflit indo-pakistanais au Cachemire et argumente que les transformations structurelles en cours tant au Pakistan qu’au Cachemire permettent de poser les bases d’un règlement régional du conflit par le biais d’une ouverture des frontières. Celle-ci permettrait de désactiver la complexe interaction entre territoire et identité, identifiée comme étant la racine de ce conflit. Benoît Cailmail aborde pour sa part les dynamiques de changement social induites par la « guerre du peuple » au Népal, à travers une ethnographie du cas particulier du district du Pyuthan. À partir d’une manifestation de demandeurs d’asile qui s’est tenue à New Delhi, Julie Baujard étudie quant à elle la nature de la relation entre le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) de l’ONU et la communauté de réfugiés birmans en Inde, en mettant en avant les clivages que des mobilisations peuvent engendrer au sein de la communauté elle-même.

La seconde partie traite des rapports sociaux dans les questions d’environnement à travers des études sur les conflits d’usage des ressources naturelles. Emmanuel Bon traite des conflits à dimension environnementale comme élément intelligible du dialogue social, en soulignant les ambiguïtés des définitions légales du droit foncier et environnemental, du mode de gouvernance de l’État indien et du « développement » que celui-ci prône. Il conclut à l’importance du recours à la justice par la société civile dans les conflits avec l’État. Lucie Dejouhanet s’intéresse aux conflits d’usage des forêts kéralaises en reliant leurs causes à l’existence de frontières territoriales et symboliques à la fois rémanentes et contestées, agissant comme facteurs d’exclusion des populations locales dans la gestion des ressources naturelles et comme facteurs de pérennisation des inégalités, les politiques de gestion participative ne parvenant pas à les remettre en question. Jean-Philippe Venot présente l’importance d’une régularisation des usages des ressources en eau du bassin versant de la Krishna en cours de fermeture ; puisque les différents usages sont complémentaires et interdépendants, il est d’autant plus difficile de conserver une réserve environnementale en eau nécessaire à la pérennité des écosystèmes et à la survie de tous les usagers.

Le troisième axe, qui aborde plus spécifiquement la dimension socio-économique des conflits d’Asie du Sud, rassemble des études menées en Andhra Pradesh sur les antagonismes de caste, les rapports de domination dans le monde du travail et les enjeux de la microfinance. Dalal Benbabaali traite des conflits de caste en Andhra côtier et souligne que le recours à la violence constitue pour les castes dominantes un moyen de contrer la volonté d’affirmation des Dalit, la conscience de caste l’emportant ici sur celle de classe puisque il existe également des conflits entre castes dominantes. De son côté, David Picherit démontre, à partir d’une étude de cas portant sur un village du district de Mahabubnagar, que l’alcool peut permettre à un groupe social de prendre position contre la domination d’un autre groupe, rassemblant derrière le discours alcoolisé l’ensemble des oppositions aux frontières sociales, économiques et même spatiales du système des castes. Cyril Fouillet et Britta Augsburg analysent les ressorts du développement de la microfinance et les enjeux de pouvoir que celui- ci génère à partir de la crise économique et sociale qui a éclaté en Andhra Pradesh à partir de la fin de l’année 2005.

Le quatrième et dernier axe porte sur les dimensions religieuses et idéologiques des rapports sociaux, à travers leur mise en scène symbolique et spatiale dans le cadre de fêtes et de processions pèlerines hindoues dans le sud de l’Inde, ainsi que sur l’utilisation du conflit et de la violence dans le processus d’initiation d’un groupe religieux extrémiste du Bengale occidental. Rémy Delage nous livre une analyse des dynamiques contemporaines des conflits de représentations identitaires et territoriales entre différents groupes processionnels du pèlerinage à Sabarimala (Kérala), en présentant les différents registres de justification des protagonistes et en évoquant les différentes échelles des enjeux de pouvoir concernant la gestion, l’organisation et les pratiques du pèlerinage. Pierre-Yves Trouillet s’intéresse quant à lui aux enjeux socio-rituels contemporains du sacrifice en Inde rurale, en examinant les correspondances sociales et symboliques entre les conflits s’exprimant dans le champ sacré et le conflit social opposant une caste dominante à une caste intouchable dans un village du Tamil Nadu. Enfin, Raphaël Voix analyse le rôle de l’utilisation du conflit intérieur motivé par des brimades ou injustices, dans l’apprentissage et l’élévation spirituelle des disciples d’Ananda Marga, une secte hindoue shivaïte réputée pour sa violence, entre Bénarès et le Bengale occidental.

Notes

(1) Sur la technique gandhienne de la satyagraha (« force de la vérité ») et le rôle de l’ahimsa (« non-violence »), ainsi que sur la place ambigüe de la violence dans la société indienne, voir D. Vidal, G. Tarabout et E. Meyer (2003) ; J.R. Hinnels et R. King (2007).

(2) Dans la seule année 2007, l’armée pakistanaise a ainsi perdu plus d’hommes dans son conflit contre les rebelles islamistes du nord-ouest du pays, en 2007, que dans tous ses conflits avec l’Inde.

(3) Le répertoire d’action en ce qui concerne les conflits interétatiques vont de la guerre des mots au conflit nucléaire, en passant par des opérations de subversion pilotées par les services secrets, du terrorisme transfrontalier, des guerres par procuration menées à travers des groupes armés non étatiques et des conflits armés conventionnels impliquant les armées régulières.

(4) En matière de conflit intraétatique violent, il importe de distinguer la terreur d’État, visant généralement à maintenir le statu quo (à l’exception peut-être des pogroms orchestrés en Inde par le Bharatya Janata Party [BJP, Parti du peuple indien], dont le but était de produire un nouvel ordre social), de la violence anti-étatique souvent qualifiée de «terrorisme» et visant à produire un changement politique (Sluka, 2000 : 3).

 

Table des matières

PREFACE : Jean-Luc Racine
INTRODUCTION : Lionel Baixas, Lucie Dejouhanet & Pierre-Yves Trouillet

Partie I : HABITER LE MEME MONDE. TERRITOIRES POLITIQUES, CONFLITS ET COOPERATIONS

Introduction : « Habiter le même monde », Christophe Jaffrelot

CHAPITRE 1. Entre territoire et identité. Les espaces du conflit et de la coopération en Asie du Sud, Lionel Baixas

CHAPITRE 2. La guerre du peuple au Népal. Vers un bouleversement des relations sociales, Benoît Cailmail

CHAPITRE 3. L’usage du conflit dans la négociation. Des manifestations de demandeurs d’asile devant le HCR à Delhi, Julie Baujard

Partie II : OCCUPER LE MEME ESPACE. ENVIRONNEMENT, CONFLITS ET COOPERATIONS

Introduction : « Occuper le même espace », Frédéric Landy

CHAPITRE 4. Les conflits à dimension environnementale. Un élément intelligible des dynamiques sociales, Emmanuel Bon

CHAPITRE 5. Conflits d’usage et gestion participative des forêts kéralaises. Réflexions sur les frontières, Lucie Dejouhanet

CHAPITRE 6. Environnement, agriculture : Conflit ou complémentarité d’usage des ressources en eau ? Le cas du bassin versant inférieur de la Krishna en Inde du Sud, Jean-Philippe Venot

Partie III : CONFLITS DE SOCIETE. ECONOMIE ET PRESSIONS SOCIALES

Introduction : « Conflits de société. Contextes et structures de la violence en Andhra Pradesh », Djallal G. Heuzé

CHAPITRE 7. Les conflits de caste en Andhra côtier, Dalal Benbabaali

CHAPITRE 8. In vino veritas ? Alcools, camaraderie et contestations des rapports de domination en Andhra Pradesh, David Picherit

CHAPITRE 9. La microfinance, un objet de pouvoir de plus ? Conflits en Andhra, Cyril Fouillet & Britta Augsburg

Partie IV : CONFLITS DES ESPRITS. RELIGION, NORMES ET IDEOLOGIES

Introduction « Conflits des esprits », Gilles Tarabout

CHAPITRE 10. Ethnographie d’une controverse. Processions rituelles et conflits de représentation de l’espace social au Kérala, Rémy Delage

CHAPITRE 11. Les enjeux du sacrifice. Conflits divins et conflit de caste en village tamoul, Pierre-Yves Trouillet

CHAPITRE 12. Au paroxysme du conflit, la félicité ? Combat cosmique et exercices spirituels au sein d’un groupe religieux hindou, Raphaël Voix

La restitution des données en sciences sociales

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2005 (New Delhi), l’AJEI est heureuse d’annoncer la parution des actes du colloque : Julie Baujard (ed), La restitution des données en sciences sociales : techniques et enjeux, AJEI, 2006, New Delhi

Vous trouverez une version numérique de l’ouvrage ainsi qu’une présentation du Médialab à l’adresse suivante :

http://ao-seine.com/ajei/actes2005/html/ajei_site_web.htm

Nous vous proposons ici l’introduction des Actes.

Introduction

Julie BAUJARD

Dans la continuité des Ateliers 2004, dont le thème était les pratiques de terrain et le discours scientifique en Asie du Sud, nous avons souhaité nous interroger, cette année, sur la question de la restitution des données dans la recherche en sciences sociales. Sujet complexe s’il en est, il nous a été inspiré par Guy Poitevin lors des discussions de clôture des Ateliers de Pune. La « représentation de la recherche », avait-il dit à l’ombre des banians de l’hôtel Green Plaza. Nous l’avons compris comme la « restitution des données de la recherche ». Comment peut-on présenter nos données collectées sur le terrain, avec des moyens techniques de plus en plus performants, et comment peut-on partager ses résultats avec les acteurs de l’étude, au sein du milieu de la recherche, et au-delà ?

Selon le Trésor de la langue française informatisé(1), la restitution est, dans un premier sens – archéologique – l’action de rétablir dans son état premier, original, ce qui a subi une altération. Dans un deuxième sens, c’est l’action de rendre ce qui a été pris ou possédé injustement ou illégalement. Il s’agit donc de rendre quelque chose qui porterait son empreinte (une donnée  » entachée  » de la marque de celui qui restitue) et aussi de rendre quelque chose que l’on a mais que l’on n’aurait pas dû avoir (qui ne nous appartient pas). Le terme même de  » compte rendu  » contient la notion de rendre des comptes. Nous observons des faits, nous en produisons des données, des analyses. Pour que justement elles soient le fruit d’un échange, nous avons choisi ce thème de la restitution pour guider les Ateliers de l’AJEI 2005.
La problématique fut traitée selon deux axes. Une première approche méthodologique aborda les différents moyens de mise en forme et de présentation des données de la recherche. Il s’est agi de présenter la variété des supports mis à notre disposition et, notamment, les nouvelles technologies, et d’aborder les problèmes méthodologiques propres à chacun. La question de la présentation des recherches fut envisagée par le biais d’une réflexion sur l’usage de ces nouveaux outils de formalisation et de diffusion des données (vidéo, son, CDROM, Internet), lequel implique, dans une certaine mesure, un nouveau rapport au terrain et donc influence la production du discours scientifique.

La seconde approche, plus théorique, consista à réfléchir, autour d’expériences particulières de chercheurs et d’étudiants, à la question de la diffusion des données ainsi qu’aux problèmes qu’elle suscite. Nous nous sommes interrogés sur les divers moyens de valorisation et de partage de la recherche en sciences sociales. Au travers de cette réflexion, nous voulions poser la question de la responsabilité du chercheur face aux populations qu’il étudie et face à un public plus large que celui du monde de la recherche stricto sensu, celle de son engagement – et celle conjointe de sa distanciation.

Les interventions sont présentées dans ce recueil en fonction de la problématique plutôt que dans leur ordre chronologique. Ainsi, la partie texte de ce recueil est divisée en deux chapitres qui comprennent aussi bien des comptes rendus d’atelier dans les Ateliers que des communications de la conférence à JNU ou à l’alliance française.

Le chapitre un aborde la restitution des données dans son versant technique (p. 13). A travers son atelier intitulé « La restitution par la carte et le texte » et le compte rendu qu’il nous en propose, Eric Leclerc nous fait entrer de plain pied dans le premier axe de notre problématique. Analysant des cartes réalisées à partir des mêmes données de terrain et présentées dans trois productions différentes – une maîtrise, un ouvrage scientifique et un de vulgarisation -, il amène les jeunes chercheurs à s’interroger sur les relations entre ces deux formes de rendu de l’information collectée et sur leurs rapports explicatifs (p. 15).

Avec leur atelier « De la collecte d’information à la restitution, comment utiliser Internet au cours de sa recherche ? », Bertrand Lefebvre et Sébastien Oliveau proposent une réflexion, premièrement sur les ressources du Net dans ce premier temps de la recherche que constitue la collecte de données. Deuxièmement, ils exposent les intérêts de la mise en ligne de l’information ainsi que, d’une part, les possibilités qui s’offrent aux chercheurs pour diffuser ainsi leurs travaux et, d’autre part, les moyens concrets de cette mise en ligne (p. 30).

Sébastien Oliveau, après une introduction sur la position du chercheur dans la société, nous permet d’aborder deux types de restitution des données, l’une académique – le développement d’un Système d’Information Géographique (SIG) -, l’autre davantage de l’ordre de la valorisation de la recherche – un atlas en ligne complétant le SIG (p. 42). Dans un texte complémentaire du précédent, Bertrand Lefebvre présente, quant à lui, une expérience de restitution des résultats de la recherche sur support technique, un CDROM. Il détaille le cheminement qui l’a amené au choix d’un tel support, les contraintes qu’il a permis de contourner, donc son intérêt, mais aussi les dimensions nouvelles qu’il faut alors prendre en compte, à commencer par l’interactivité entre l’utilisateur et le support (p. 52).

Dans son compte rendu d’atelier, Emmanuel Grimaud introduit une plus longue communication – illustrée de croquis et de photos, placée sur le CDROM – où il est question de ce qu’il appelle les trois facettes d’une même pratique de recherche : le film, la photographie et le croquis ; il interroge leurs rapports explicatifs et leur relation à l’écriture (p. 60).

Prenant appui sur sa recherche de thèse sur la Durgapuja à Calcutta, Martin Hribek développe une double réflexion, d’une part sur les choix auxquels le chercheur procède lors de la structuration théorique de ses données et la production de son analyse, d’autre part sur la dimension technique de la gestion de données de nature technique différente (p. 66).

Pour terminer ce premier chapitre, Emmanuel Grimaud introduit l’extrait (sur le CDROM) qu’il nous offre de son film La fabuleuse histoire de Ram Gandhi (p. 78).

Le chapitre deux est consacré à la position du chercheur face aux enquêtés et au-delà. Shreelekha Rajagopal Nair expose les problèmes auxquels doit faire face un(e) chercheur(e) spécialiste d’études féminines (women’s studies) ainsi que les réactions, à la fois des informatrices et du milieu environnant, face au travail du (de la) chercheur(e). Elle s’appuie sur son travail de thèse réalisé auprès de femmes ingénieures et infirmières issues de la classe moyenne (p. 82).

Renaud Egreteau dresse une présentation des contraintes qu’il rencontre sur le terrain, pour la collecte même de ses données, contraintes que l’on retrouve au niveau de la diffusion de ses résultats, où il doit distinguer entre données scientifiques et informations qui relèveraient de l’Intelligence stratégique, et protéger ses informateurs. Cette exposition, ainsi que l’évocation de ses différentes expériences de restitution de sa recherche présentent une belle illustration de la renégociation permanente de la position de chercheur (p. 93).

Samuel Berthet aborde la question de la restitution du point de vue de l’échange entre le chercheur et les acteurs de sa recherche, à la fois dans la collecte des informations et pour  » éprouver  » sa recherche, affiner ses résultats, rendre compte du savoir vernaculaire. Il appuie son propos sur ses recherches en cours au Bastar, une région de l’état « tribal » des Chhattisgarh (p. 103).

Laurent Pordié, enfin, se situe en amont de la restitution en posant la question de la possibilité de mener des recherches sur un objet que l’on transforme en faisant partie du système que l’on étudie. Il appuie son propos sur sa propre expérience, celle d’un chercheur engagé auprès d’une ONG spécialisée dans le domaine des médecines traditionnelles(2) qu’il a co-fondée, à laquelle il participe et qu’il étudie. Il interroge l’engagement du chercheur et défend l’argumentaire selon lequel il possède, à certaines conditions – et notamment celle de la distanciation épistémologique -, une valeur heuristique. A travers cette réflexion, il s’interroge sur les préalables nécessaires à la recherche quand elle est menée dans un objectif pratique : faire en sorte que les analyses du chercheur soient ensuite utilisées (p. 117).

Dans la droite ligne de notre problématique axée sur les nouvelles technologies et la diffusion des données et des résultats de la recherche, nous avons choisi de rendre compte des Ateliers Jeunes Chercheurs à travers un recueil de textes combiné à un CDROM. Ce dernier support nous permet de présenter les documents qui illustrent les ateliers dans les Ateliers, ainsi que ceux qui accompagnent les communications des intervenants : présentations power point, séquences vidéo, extraits de sites web, cartes, liens hypertextes. De plus, il nous permet d’y placer le film de vingt minutes issu du médialab(3).

La mise en place de ce dernier pendant les ateliers nous a permis de commencer la numérisation de l’événement alors même qu’il se déroulait, avec comme principaux acteurs les participants aux Ateliers. Anne Goldenberg présente dans le détail cette expérience médiatisée du récit collectif de l’événement (p. 135). L’étape finale de ces Ateliers 2005 est donc entre vos mains. Ce recueil constitue le quatrième de la série des actes des Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de l’AJEI après ceux de Pune (2004), Calcutta (2003) et Pondichéry (1998).

En annexes, se trouvent un récapitulatif du travail de l’association ainsi que le répertoire des jeunes chercheurs membres de l’AJEI. Ce dernier constitue une étape importante vers le répertoire interactif que nous cherchons à développer sur le site de l’AJEI.

Pratiques de terrain et discours scientifiques en Asie du sud

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2004 (Pune), l’AJEI a publié les actes du colloque :

David Picherit, Raphaël Voix (éds.) Pratiques de terrain et discours scientifiques en Asie du sud, AJEI, 2005, 213 pages

Pratiques de terrain et discours scientifiques en Asie du sud [PDF]

 

Identités et Territoires en Inde

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2003 (Kolkata), l’AJEI a publié les actes du colloque :

Rémy Delage, Zoé Headley (éds.) Identités et territoires en Inde, AJEI, 2003, 136 pages

Identités et Territoires en Inde [PDF]

Identités et territoires en Inde (extrait)

L’AJEI a décidé, pour la sixième édition de ces ateliers, d’exporter une fois de plus le concept en Inde du Nord, au département d’histoire de l’université de Calcutta. En choisissant d’organiser un séminaire de deux jours en anglais, nous avons souhaité élargir le débat sur la question des rapports entre l’identité collective et le concept territorial, en ouvrant un dialogue franco-indien.

Remarques préliminaires
L’idée de la problématique retenue pour le séminaire trouve son origine à la fois dans le contexte général d’une Inde indépendante et dans la confrontation régulière entre étudiants de diverses expériences de recherche en Inde. Bien que le débat autour de la question identitaire ait été initié pour beaucoup par les anglo-saxons, il n’a toutefois pas eu de mal à trouver un vif écho parmi les intellectuels et les universitaires indiens comme français. En revanche, l’analyse des processus d’identification géographique et la question territoriale apparaissent comme un champ relativement inexploré des sciences sociales sur l’Inde.
C’est en soulignant la nature instable des découpages territoriaux en Inde que la nécessité d’approfondir la connaissance des liens entre l’identité collective et le concept territorial s’est confirmée. A l’échelle nationale, nous connaissons bien les difficultés, plus ou moins héritées de la partition de 1947, des gouvernements successifs à gérer sur ses marges (conflits au  Cachemire et dans les territoires du nord-est, pour l’essentiel) et en son sein (volontés régionales d’indépendance en Uttar Pradesh et au Bengale, à la confluence du Bihar et du Madhya Pradesh) les nombreux mouvements de revendication identitaire et territoriale. Si une solution politique a récemment permis de résorber une partie de ces conflits avec la création de trois nouveaux états au sein de l’union indienne (Uttaranchal, Jarkhand et Chattisgarh), le « modèle nehruvien » de l’unité/diversité de la nation reste partiellement remis en cause aujourd’hui.
Placée dans une perspective internationale, la problématique identités et territoires a toujours intéressé les chercheurs en sciences politiques, selon une approche qui a fréquemment recours à la dialectique des facteurs internes et externes. Tantôt la déstabilisation du territoire national est le fruit de luttes internes (sociales, culturelles et politiques) qui se traduisent dans la réalité par un refus d’ouverture et un repli identitaire, tantôt elle trouve son origine dans l’histoire chaotique des relations internationales et dans l’absence d’ouverture et de dialogue avec le voisin. La géopolitique, bien que peu représentée durant ce séminaire, apporte donc un éclairage complémentaire dans la manière d’appréhender le territoire et de jouer avec les échelles d’analyse, le macro/global informant le micro/local et viceversa. Le découpage thématique du séminaire s’est articulé autour de quatre grands axes de réflexion.

Spatialisation de l’identité au travers des catégories sociales, religieuses et politiques
Tout d’abord, une tentative de spatialisation du phénomène identitaire à travers des catégories générales d’analyse a permis de mieux comprendre les usages religieux et politiques du territoire. Si le pèlerinage à Sabarimala au Kerala est en partie fondé sur un régime de mobilité et de circulation à l’échelle de l’Inde du Sud, l’analyse de conflits entre différents groupes processionnels a finalement mis l’accent sur des questions de légitimité territoriale (dont l’unité en jeu est le kara), qui reflètent une certaine fluidité du jeu des interactions locales dans le Kerala contemporain (Rémy Delage). Ensuite, l’analyse critique d’une histoire de caste dans les années trente (Zoé E. Headley) a cherché à identifier et illustrer un certain nombre d’anciens concepts et de catégories tamoules informant les différentes textures de la territorialité des Pramalai Kallars au sud du Tamil Nadu, au moment de son émergence dans la sphère publique. Revenant au temps présent, dans le contexte tribal, Thanuja M. a exposé les composantes de la territorialité des Konda Reddis de l’Andhra Pradesh, une communauté classée ‘Primitive Tribal Group’ par le gouvernement, en soulignant les rapports tissés entre les clans et leur environnement au niveau du groupe d’habitations (gumpu), dans le contexte récent de leur pratique de cultivation itinérante (podu). Enfin, ce premier axe de réflexion s’est achevé par la présentation d’un projet de recherche sur l’appartenance politique au CPI dans un quartier de Calcutta, par un étudiant danois (Kenneth Nielsen), mais présenté dans une ambiance quelque peu surréaliste par Renaud Egreteau.

Au-delà de la frontière : les processus de déterritorialisation identitaire
Le deuxième thème que nous avons choisi de traiter rassemble deux études complémentaires sur l’idée de ‘frontière’, en ce sens qu’elles abordent la question identitaire en situation d’extraterritorialité. La première concerne les migrations de travailleurs de l’ouest du Népal vers l’Inde (Tristan Brusle). En partant de l’hypothèse de Paul Claval selon laquelle le territoire constitue la « base spatiale » de l’identité, la migration est envisagée ici comme perturbatrice et/ou révélatrice de l’identité de ces migrants Nepalais. La seconde présentation traite d’une part, de la relation entre religion (Hindouisme et Islam) et lieu (Inde), en recourant à la catégorie de People of Indian Origin (PIO) et d’autre part, de manière plus empirique, de la relation entretenue entre les PIO hindous et musulmans ayant migré avant 1947, afin de mieux comprendre les effets de la partition dans le processus d’identification de ces derniers (Kathinka Sinha-Kerkhoff). Paula Banerjee a montré en fin de session comment la nature circulatoire de toute région frontalière venait renforcer des processus d’inclusion et d’exclusion, pour redéfinir plus généralement les gamme des rapports de l’individu à soi et à l’Autre.

Modernité et stratégies politiques de la reproduction artistique
Le troisième axe était, quant à lui, plus hétérogène. La présentation de Ponnarasu M. s’intéressait à la différenciation géographique des pratiques artistiques populaires au Tamil Nadu, et aux phénomènes récents de regroupement associatifs comme c’est le cas, par exemple, du théâtre de rue (Therukkuthu), tout en soulignant le fait que ces manifestations soient fréquemment récupérées dans la période contemporaine par les partis politiques, afin de renforcer la dimension identitaire du groupe politique concerné. Une autre forme de rapports tissés entre l’art (ici, la peinture murale), l’identité et le territoire, a été exposée par Nicolas Nercam dans sa présentation des différents moments de la production d’un haut-lieu de la vie artistique de l’élite Bengali et au-delà, celui de Shântiniketan au Bengale Occidental.

Exploration de l’espace indien par l’idéologie
Enfin, la quatrième et dernière partie de ce séminaire a plutôt mis l’accent sur l’importance de l’instance idéologique dans la production identitaire et territoriale. Bodhisattva Kar a montré en se référant à de nombreux matériaux de recherche ‘orientaliste’ qu’il était nécessaire de comprendre les logiques coloniales de l’espace en Assam (nommer, compter, classer et découper), pour mieux lire les revendications politiques actuelles de cet état. Gilles Tarabout, quant à lui, s’est interrogé à partir d’expériences de terrain au Kerala sur les raisons qui avaient poussé beaucoup d’anthropologues à délaisser la notion de territoire dans leur analyse des phénomènes sociaux en Inde. Il conclut, au-delà du débat sur l’antériorité ou non de l’idéologie par rapport au territoire, à la nécessité de prendre en compte l’ensemble des processus contribuant à la structuration du social notamment les différents modes d’appropriation de l’espace.

Conclusions
Du point de vue des sciences sociales, l’approche dialectique des identités et  du territoire s’avère féconde si l’on considère d’une part, la manière dont un groupe social construit son identité géographique dans le rapport à l’altérité  environnementale et d’autre part, la façon dont le territoire ainsi créé, tant du point de vue de la représentation (au sens large) que de l’idéologie sociale, renforce l’identité du groupe et participe en même temps à sa reproduction. L’identité, pour se construire, se nourrit donc à la fois de références géographiques plus ou moins concrètes (la maison, la rue et le quartier, le village, la ville et la région…) et sociales (la famille, le lignage, la sous-caste et la caste…), tout en puisant dans l’idéologie religieuse et politique des outils conceptuels pour se renforcer.
Durant ces deux journées de séminaire, la question récurrente de la multiplicité des échelles, à travers lesquelles se lit la dynamique identitaire et territoriale, a démontré l’importance et la difficulté de l’exercice comparatif. En effet, les composantes actives de l’identité agissent directement sur la nature et la structure du lien territorial, et les territoires décrits par les participants, qu’ils soient informés par la religion, la caste, la tribu, la politique ou bien même une tradition artistique, invitent à une analyse transversale des phénomènes sociaux qui les composent. Dans tous ces cas, l’individu, la communauté, la localité, la région et l’état nation constituent effectivement un système de références identitaires qui amènent
le chercheur à construire un jeu d’échelles comparées.
Les débats qui ont suivi la dizaine de communications ont également porté sur la multiplicité des définitions et des significations attribuées à ces notions, en fonction des affiliations disciplinaires de chacun au sein des sciences sociales. En ce sens, ces ateliers auront permis aux étudiants en géographie, anthropologie, histoire, sociologie et économie, d’aller plus loin  dans leur réflexion personnelle, en replaçant leurs terrains respectifs dans une perspective disciplinaire comparée.
Ajoutons en guise de conclusion que l’objectif de ce séminaire n’était pas tant d’établir des définitions de l’identité et du territoire qui soient communes aux différentes disciplines représentées, que d’offrir aux jeunes chercheurs la possibilité d’enrichir et d’affiner leurs méthodologies par le jeu du dialogue interdisciplinaire.