Archives par étiquette : frontières

Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs de l’AJEI 2013 (Calcutta), l’AJEI a publié le compte-rendu suivant :

Bérénice Bon et Hortense Rouanet (éd) Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations. Compte rendu des 15ème ateliers Jeunes Chercheurs de l’AJEI, 2014, 24 p.

CR Ateliers de l’AJEI 2013 Calcutta

 

AJCSS 2013 | Kolkata

Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations

Ateliers Jeunes Chercheurs, 04 – 07/03/2013

Centre for Studies in Social Sciences of Calcutta, Kolkata

Organisation : Bérénice BON, Hortense ROUANET

Partenaires : Centre for Studies in Social Sciences of Calcutta, Centre de Sciences Humaines de New Delhi, Institut Français de Pondichéry, Institut Français, LATTS, CEIAS-EHESS, Université de Nanterre – UMR CNRS Mosaïques

Présentation

Les frontières sont séparations mais aussi ressources. Elles cristallisent des conflits, des mobilisations, des coopérations, des stratégies d’acteurs. Par ailleurs, c’est un thème de recherche très fécond qui mobilise fortement des dimensions symboliques. La mobilité des frontières influence non seulement les populations par le jeu de construction et de reconstruction d’identités nationales et régionales, mais également les rapports de force qui se mettent en place à l’échelle du monde indien. En outre, l’ouverture ou la fermeture d’une frontière ont un impact sur les mobilités, les liens entre territoires, et posent la question des entités qui peuvent traverser la frontière : flux de personnes, marchands, organisations transfrontalières. Enfin à différentes échelles, la frontière, associée à l’idée de localisation, de catégorisation, de logiques de délimitation territoriale, structure le rapport des individus et des groupes à la société villageoise ou urbaine. L’AJEI propose d’aborder ce thème à travers trois axes : les frontières comme i) production de limites et niveaux de pouvoir, ii) délimitation territoriale et constructions sociales et iii) les mobilités et le passage de la frontière. Le champ d’étude reste délibérément ouvert pour inclure des approches originales ne rentrant pas dans les axes proposés.

Production de limites et niveaux de pouvoir

La frontière peut être comprise au sens de limites administratives et politiques d’un territoire, par exemple entre l’Inde et le Bangladesh. Elle est une matérialisation d’identités, de stratégies de politiques intérieures et extérieures, et d’enjeux socio économiques à diverses échelles : états, entités administratives, aires métropolitaines. La frontière dote un territoire d’un pouvoir (États, Panchayats), ou sert à le réguler (exemple des districts).

Des travaux historiques pourront ainsi revenir sur la question de la frontière dans le passage de structures impériales à des structures nationales, ou sur le phénomène progressif d’assignation territoriale, la question du choix par un système institutionnel coercitif et les enjeux de citoyenneté dans le contexte de la Partition.

La question de la définition d’une frontière et de ses multiples représentations est également centrale dans les conflits et les processus de négociations. Il faut considérer les multiples versions et représentations de frontières, souvent différentes de la version officielle, voire inexistantes au regard du droit international. Par exemple, on peut mettre en perspective les représentations de la frontière produites par l’Inde, le Pakistan et les mouvements indépendantistes du Cachemire. Dans le cas de l’Arunachal Pradesh, on peut s’intéresser à la ligne McMahon, reconnue comme frontière par l’Inde et l’administration centrale tibétaine en exil, mais toujours pas par la Chine.

En outre, la matérialisation de la frontière est un aspect essentiel en cas de tensions géopolitiques de par son caractère fortement symbolique : elle est l’expression de la souveraineté des États. La cartographie – plus qu’un outil de compréhension d’un territoire – devient un instrument de fixation et de légitimation d’une frontière. C’est pourquoi la profusion de ressources cartographiques en libre accès (google, wikimapia) semble aujourd’hui poser problème aux gouvernements transfrontaliers puisqu’elles imposent une version de la frontière au grand public. Si l’on cherche à souvent naturaliser la frontière (cours d’eau, chaîne de montagne), celle-ci reste l’expression de stratégies politiques et de constructions identitaires, de différences culturelles, religieuses ou linguistiques entre deux territoires. La frontière résulte aussi d’un héritage historique (limites de l’expansion d’un empire), ce qui explique l’instrumentalisation de l’histoire dans le contexte d’une redéfinition de frontière, mais aussi de religion et de langues (Partition, States Reorganisation Act 1956). La frontière, en retour, réifie des identités.

Les communications qui porteront sur la dimension locale des limites administratives seront les bienvenues. Derrière l’évolution de ces limites sont imbriqués des jeux de pouvoirs politiques, économiques, sociaux et fonciers (villes, SEZ, zones environnementales protégées). Dans un contexte d’expansion rapide des aires métropolitaines, la question de la redéfinition des limites municipales implique également un rapport de force souvent décisif entre l’urbain et le rural. Quels sont les volontés et pouvoirs politiques qui décident de la production et de la modification de ces limites administratives et comment imposent-ils un respect de la limite sur le long terme ? Par exemple, quels calculs politiciens se dessinent derrière des revendications comme la création de l’État du Telangana ? Quels sont les niveaux de décision politiques en présence ?

Délimitation territoriale et constructions sociales

Le deuxième axe porte sur la frontière dans son sens plus symbolique. Il s’agit de révéler les constructions sociales derrière la production de frontières. La frontière, associée à l’idée de localisation, de zonage, de logiques de marquage, structure le rapport des individus et des groupes à la ville ou aux villages. Elle participe également à la construction d’identités et de représentations, entre celui qui est dedans et celui qui est dehors, entre ici et là-bas, entre soi et les autres. Elle ancre dans l’espace des rapports de pouvoirs dans une société urbaine ou villageoise. Ces frontières sont à la fois héritées et réactualisées.

Les communications pourront porter sur les formes d’exclusion et de marginalisation, et les processus de catégorisation découlant de frontières visibles. On pense par exemple au processus d’isolement de certains quartiers très denses à East Delhi, où des frontières se tissent à partir d’un statut foncier incertain (en attente de leur régularisation, ou des droits de propriété, habitat illégal), mais aussi de la situation socio-économique (très fortes inégalités sociales, population en majorité musulmane, travail informel), des stratégies de certains politiciens (contrôle de l’incertitude, logique de dissimulation dictée par le calcul des intérêts politiques), et enfin de la stigmatisation par les quartiers voisins.

Des travaux sur les marqueurs physiques des frontières dans le paysage seront les bienvenus. C’est le cas par exemple de statues d’Ambedkar utilisées pour affirmer un certain contrôle sur le territoire, la construction de murs comme lignes de démarcation comme dans certains quartiers à Ahmedabad, l’action de renommer un lieu pour affirmer un sens de la localité comme cela peut être le cas pour des temples à Hyderabad, l’ambiguïté de nouvelles architectures urbaines.

Les intervenants pourront s’intéresser au temps long et proposer des lectures rétrospectives : les définitions et redéfinitions de frontières suivent-elles par exemple l’évolution des formes de ségrégation (en fonction de la richesse ? selon le type d’emploi ? selon la caste ?) ? Les relations tissées entre un intérieur et un extérieur, les pratiques générées par des frontières subjectives, ce que l’on considère par exemple comme son espace intime, ou bien des frontières objectivées, c’est à dire l’intériorisation de formes de stigmatisation attachées à une localité, d’une façon de se comporter, pourront être soulignées. L’urbanisme d’enclave n’est-il ainsi que l’illustration d’une logique de marquage et de contrôle sur le foncier ? Des frontières se créent à l’intérieur des espaces des gated communities situées à la périphérie des métropoles. Quels sont les comportements des femmes dans ces espaces clos et protégés de l’extérieur, et sont-ils différents dans les espaces domestiques et les espaces à l’intérieur de la gated community? Les centres d’appel ou les nouveaux espaces dédiés aux hautes technologies comme dans les parcs technologiques de Bangalore sont aussi l’exemple d’un jeu complexe de frontières : modèle transnational/espace du global, nouvelle temporalité venue de l’extérieur (travail de nuit, etc.).

Mobilités et passage de la frontière

Ce dernier axe s’articule autour de l’idée de mobilité dans un contexte de prolifération d’activités transfrontalières et les acteurs associés, de circulation de biens, de constitution de communautés sociales et politiques transnationales.

Des travaux sur la mobilité pourront ainsi interroger la manière dont on passe les frontières et l’expression de la transgression. Qu’est ce qu’une frontière pour ceux qui circulent, par exemple pour les migrants qui ont « un pieds dedans et un pieds dehors » ? Comment les acteurs transfrontaliers participent à la construction d’un imaginaire sur le pays de départ et le pays d’accueil ? Est-ce la frontière qui structure ces mobilités ?

Les intervenants pourront préciser les distinctions entre les logiques migratoires, et ceux qui sont forcés de se déplacer, ou encore les enjeux de définition entre les catégories réfugiés / personnes déplacées. Le passage de la frontière est enfin celui des biens. Comment la perception de la frontière évolue-t-elle dans un contexte d’intégration accélérée de l’Asie du Sud à l’espace économique mondial? Des travaux sur les économies transfrontalières, qui inclut également l’illégalisme transfrontalier et la question de la contrebande, seront les bienvenus.

Programme

Le programme des ateliers est disponible en version PDF.

invitation AJEI

AJCSS 2007 | Pondichéry

Conflit, négociation, coopération. Enjeux et méthodes pour aborder les rapports sociaux en Asie du Sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 27/02 – 02/03/2012

Institut Français de Pondichéry, École Française d’Extrême Orient, Alliance Française, Pondichéry

Organisation : Lionel BAIXAS, Lucie DEJOUHANET, Pierre-Yves TROUILLET

Partenaires : Institut Français de Pondichéry, EFEO-Pondichéry, Alliance Française, Centre de Sciences Humaines, CEIAS-EHESS, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Suite à l’organisation de ces Ateliers, un ouvrage collectif a été publié.

Présentation

Nous proposons dans le cadre des Ateliers jeunes chercheurs 2007, d’engager une réflexion sur les enjeux et les méthodes permettant d’appréhender les rapports sociaux en Asie du Sud.

Selon Max Weber, ‘le conflit ne peut être exclu de la vie sociale (…) la « paix » n’est rien de plus qu’un changement dans la forme du conflit, dans l’identité de ses protagonistes, dans les objets du conflit ou encore dans les hasards de la sélection.’ Si l’on accepte cette idée, le conflit et la coopération pourraient alors être conçus, non pas comme antithétiques, mais plutôt comme indissolublement liés. D’après Georg Simmel, le conflit – qui peut être aussi bien latent qu’explicite, violent que non-violent, créateur que destructeur – et la coopération – faite de dialogue et de négociation permanents – sont précisément extrêmement difficiles à dissocier dans la mesure où ils seraient à la fois inhérents l’un à l’autre et latents l’un dans l’autre. Ainsi, le conflit, défini comme une relation antagonique entre plusieurs acteurs individuels ou collectifs poursuivant des buts contradictoires, ne constituerait pas un dysfonctionnement de l’ordre social source de désordre, mais au contraire une forme de dialogue social à part entière et même le moteur du changement social. Dans cette perspective, le conflit ne serait plus seulement destructeur mais au contraire vecteur de socialisation. Chaque groupe social en conflit tendrait, en effet, à produire son propre ‘style de vie’, selon la terminologie weberienne, par le biais d’une organisation, d’un imaginaire et de modalités de gratification spécifiques. La coopération, quant à elle, entendue comme gestion pacifique et concertée des tensions sociales, correspondrait à la capacité des acteurs à gérer leurs conflits de manière à ceux que ceux-ci ne dégénèrent pas. Enfin, la négociation représenterait à la fois un appareil de revendication et un outil de pacification pouvant permettre de passer du conflit à la coopération et donc d’interroger ces deux concepts simultanément.

La réflexion que nous avons l’intention d’engager au cours des Ateliers jeunes chercheurs 2007 repose donc sur la volonté de tester ces concepts dans le contexte sud-asiatique. Dans quelle mesure sont-ils susceptibles de nous renseigner sur la nature et les modalités des rapports sociaux dans cette région ? La réflexion s’articulera par conséquent autour de trois axes transversaux : définir les rapports sociaux ; les dire ; et les lire.

Axe 1 : Définir les rapports sociaux : entre conflit, négociation, et coopération

L’extrême diversité, en ce qui concerne les origines, les manifestations, les résultats et les conséquences des rapports sociaux conflictuels et coopératifs, nécessite un effort de définition et de classement, à la fois des notions et des situations. En Asie du Sud, on recense des conflits inter-étatiques armés, des guerres civiles généralisées ou localisées, des actes terroristes, des conflits autonomistes, sécessionnistes ou irrédentistes, ainsi que des conflits communalistes, sectaires, de caste, de classe, etc. Les enjeux de ces conflits peuvent être politiques, économiques, ethniques, religieux, territoriaux, et parfois plusieurs de ces dimensions sont imbriquées. En ce qui concerne la coopération, on relève des tentatives bilatérales ou régionales, le recours à des mesures de discrimination positive ou au redécoupage des frontières des États, des succès et des échecs, etc. Il importe donc de déterminer les critères permettant de définir le conflit et la coopération, de comprendre les raisons à l’origine de ces dynamiques, d’expliquer pourquoi certains conflits dégénèrent tandis que d’autres se stabilisent, de cerner l’espace donné à la négociation, et d’analyser les outils méthodologiques dont dispose le chercheur pour étudier le conflit et la coopération. Il faudrait également s’interroger sur l’identité des acteurs en prise les uns avec les autres, sur leurs intérêts et les stratégies qu’ils adoptent pour les exprimer et les défendre au sein des processus de conflit, de coopération et de négociation.

Axe 2 : Dire les rapports sociaux

Aborder le thème des rapports sociaux, et en particulier les notions de conflit, de négociation et de coopération, à travers la manière dont ils sont exprimés par les différents acteurs et ainsi rendus visibles, puis selon la façon dont ils sont interprétés par le chercheur nous semble constituer une entrée pertinente pour comprendre les interactions entre groupes sociaux en Asie du Sud. C’est sur la visibilité et les formes d’expression des rapports sociaux, que nous voulons lancer une réflexion dans cet axe et le suivant. Chaque entité sociale produit un discours propre – dont il existe plusieurs types : scientifique, idéologique, politique, historique, religieux, médiatique, populaire… – qui agit sur la réalité. La construction des représentations sociales et leur expression dans la société dépendent de ce jeu entre discours et réalité, entre le parler, l’agir et le vécu. Il importe donc de se demander qui produit le discours, pourquoi, et quelles en sont les conséquences ? Comment le discours influence-t-il les réalités sociales alors que celles-ci créent aussi du discours ? Enfin, comment le chercheur peut-il parler des rapports sociaux à partir des discours tenus par les acteurs, et quelle place attribuer à son propre discours ?

Axe 3 : Lire les rapports sociaux

Enfin, parallèlement à l’analyse du « dire », il nous parait intéressant d’aborder les différentes possibilités de lecture des rapports sociaux. Nous voudrions donc nous interroger sur les méthodes disponibles pour lire ou décrypter les rapports sociaux dans leurs diverses expressions. La lecture ou l’analyse herméneutique des discours, qu’ils soient écrits, parlés, imagés, implicites, permet de comprendre les modalités opérant ou ayant opéré dans l’expression des rapports sociaux. Mais il est également possible de lire le conflit, les négociations ou la coopération dans l’espace, en se référant à une lecture géographique des rapports sociaux. En effet, il semble particulièrement heuristique d’aborder la dimension spatiale des rapports sociaux, et plus précisément les enjeux et significations de leur constante imbrication avec les rapports spatiaux, l’espace étant support des relations sociales mais aussi cadre actif, traduisant la position – voire l’opposition – économique, sociale, symbolique, ou politique des individus ou des groupes sociaux. Comme le pense Guy Di Meo, l’espace social doit être envisagé comme se construisant à travers des luttes (de catégories ou de classes) et des enjeux qui entraînent la différenciation sociale de la surface terrestre. Aussi l’espace peut-il et doit-il être envisagé pour lire et comprendre les modalités des rapports sociaux allant du conflit à la coopération. Nous réfléchirons donc sur les méthodes et les outils disponibles pour aborder les rapports socio-spatiaux.

Programme

Mardi 27 Février 2007 : Début des Dixièmes Ateliers de l’AJEI

Lieu : Institut Français de Pondichéry

Matin

9.00: Discours de bienvenue par Jean-Pierre MULLER, Directeur de l’IFP
9.15: Discours d’ouverture par C.Z. GUILMOTO, Directeur du CICRED, Fondateur de l’AJEI
9.30: Présentation de l’AJEI par Raphael VOIX, Président de AJEI
9.45: Présentation des Ateliers 2007 de l’AJEI par les organisateurs
10.00: Débat sur le thème des Ateliers animé par Lionel BAIXAS
10.30: Pause thé
11.00: Présentation de tous les participants et de leur recherche

12.30: Déjeuner dans les jardins de l’IFP

Après-midi

14.00: Présentation de tous les participants et de leur recherche (suite)
16.00: Pause thé
16.30: Présentation de tous les participants et de leur recherche (suite)
18.00: Fin de la session

Mercredi 28 Février 2007 : Ateliers thématiques et pluridisciplinaires

Lieux : Banyan Beach Resort/ Alliance Française

Matin

9.00: Ateliers thématiques en petits groupes

« La carte : Méthodes et enjeux » (Sébastien OLIVEAU)
« Aborder le genre » (Kamala MARIUS-GNANOU)
« Terrains sensibles : des problèmes d’accès aux difficultés de traitement des données » (Laurent GAYER et Marie LECOMTE-TILOUINE)

10.30: Pause thé

11.00 : Suite des ateliers

12.30: Déjeuner au Banyan Beach Restaurant

Après-midi

14.00: Suite des ateliers
15.30: Pause thé
16.00: Ateliers disciplinaires en petits groupes

Géographie : Frédéric LANDY
Sciences Politiques : Mariam ABOU-ZAHAB
Anthropologie : Catérina GUENZI

17.30: Fin de la journée
18.30: Navette (bus) du Banyan Beach Resort à l’IFP à la Maison Colombani
18.45: Projection d’un documentaire de Vijay KUMAR sur les conflits autour de l’eau entre
Etats de l’Union Indienne
, suivi d’un débat à la Maison Colombani

Jeudi 1er Mars 2007 : Journée Internationale

Lieux : École Française d’Extrême Orient (EFEO)/ Banyan Beach

Matin

Inauguration de la journée par Dominic GOODALL, Directeur de l’EFEO

Demographic masculinization in India and China – Christophe Z. GUILMOTO

International Peacebuilding Operations – Kristoffer LIDEN

Understanding Women’s, Method: In Armed Conflict Situations in South Asia – D.PARIMALA
Discutant: Kamala MARIUS-GNANOU

Pause thé

Hindu Nationalism and Communal Violence in India Lethal Religions – Turid BEITLAND
Discutant : M. KANNAN

Violence as an Initiatory Process: Spiritual Practises in a Contemporary Indian Religious Group – Raphaël VOIX
Discutant : Christoph EBERHARD

12.30: Déjeuner dans le jardin de l’EFEO

Après-midi

Prevent and Avoid the Conflict: the Breeders Nomads of Rajasthan – Sandrine PREVOT
Discutant: Frédéric LANDY

Caste and Occupational Change – Max PRIESTER-LASCH
Discutant : V. PRAGATHI

Talking About Social Relations in Indian Context: A Dalit Perspectives – Madamy VELUSAMY
Discutant: Zoé HEADLEY

Pause thé

Missionaries, Medecine and Modernity: Science and Social Conflict in Travancore – Burton CLEETUS
Discutant: KUMARESAN

Shifting Waterscape, Environment and Livelihoods in the Lower Krishna Basin, South India – Jean Philippe VENOT
Discutant : Olivia AUBRIOT

17.30: Fin de la journée internationale

Vendredi 2 Mars 2007 : Séminaire jeunes chercheurs

Lieu : Institut Français de Pondichéry

Matin

Les Zones Economiques Spéciales en Inde – Jérémy GRASSET
Discutant : Emmanuel BON

Conflits, négociations et coopérations dans un village du Tamil Nadu : Approche territoriale du festival religieux – Pierre-Yves TROUILLET
Discutant : Marie LECOMTE-TILOUINE (à confirmer)

Pause thé

Organisation politique des populations tibétaines – Olivier CHIRON
Discutant : Laurent PORDIE

Population locale et « développement durable » (Garhwal himalayen) – Marilyne BONSIRVEN
Discutant : Marc ROESCH

12.30: Déjeuner dans les jardins de l’IFP

Après-midi : Méthodes et épistémologie du travail de terrains en sciences sociales en Asie du Sud.

Introduction

Un jeune chercheur français face aux sujets sensibles en Inde : exemples autour du sida – Pascale HANCART-PETITET (discussion ouverte)

De l’interpétariat avec des chercheurs et jeunes chercheurs français en Inde – G. VENTAKASUBRAHMANIA

Pause thé

Bilan sur la réflexion menée autour du thème des Ateliers

Bilan des Dixièmes Ateliers et propositions pour les prochains Ateliers

17.30: Fin de la journée.