SJC 2011 | Toulouse

La discrimination en Asie du Sud

Séminaire Jeunes Chercheurs, 23-24/11/2011

Maison de la Recherche, Université de Toulouse le Mirail

Organisation : Arnaud KABA, Mickaël LAFFONT

Partenaires : EHESS Toulouse, CEIAS-EHESS

Présentation

Si de nombreux stéréotypes circulent en Occident sur l’injustice sociale censée régner en Inde, on ne peut nier que l’idéologie de caste revêt une dimension intrinsèquement discriminatoire, que ce soit au niveau de ses fondements symboliques et théologiques jusqu’à celui, bien plus concret, de ses manifestations socio-économiques. De même, les problèmes soulevés par les rapports intercommunautaires, en particulier ceux liés aux relations entre hindous et musulmans, ont fortement marqué l’histoire de l’Inde. Depuis l’Indépendance, l’Intouchabilité a été abolie dans la constitution et le discours politique dominant se positionne contre ces pratiques discriminatoires. Pourtant différents groupes sociaux sont aujourd’hui encore la cible de discours, de politiques et de pratiques discriminatoires. Il en résulte diverses situations de violence sociale, nées de la dialectique entre discriminations et résistances. Ainsi, dans le cadre de ce séminaire, nous nous proposons d’explorer cet objet à travers trois axes thématiques, qui correspondront aux approches privilégiées pour les contributions.

Vivre la discrimination : expériences de la violence et mouvements de résistance
Les discriminations prennent plusieurs formes et touchent diverses catégories de populations. Elles s’expriment en terme de genre, à travers les questions de l’inégalité hommes/femmes ou le cas des Hijrah ; ou en terme ethnico-religieux, avec les Adivasi, pressurés par les usuriers et les partis nationalistes, en révolte permanente depuis la fin du XIXème siècle. D’autre part, les Musulmans, bien que représentant la première minorité du pays, sont toujours perçus comme inférieurs par certains hindous. On pourrait citer le cas des Intouchables, qui malgré les lois de 1947 subissent toujours l’opprobre des castes. Enfin la stigmatisation liée aux problèmes de santé avec les lépreux et surtout les malades du VIH persiste. Les discriminations socio-économiques jouent un rôle central dans ces processus.

Depuis plusieurs siècles, un certain nombre de pouvoirs politiques, et d’organisations, comme l’administration coloniale britannique, la Shiv Sena et le Rashtriya Swayamsevak Sangh, ont adopté des politiques et des discours à caractère stigmatisant. Aujourd’hui encore, le Gouvernement central indien mène des politiques que l’on pourrait qualifier de discriminantes, par exemple à travers les déplacements de populations et les destructions de bidonvilles dans le cadre de grands aménagements ou pour l’établissement d’enclaves économiques. Parallèlement, de nombreux mouvements sociaux ont œuvré pour l’émancipation des groupes victimes de discriminations, de l’ambedkarisme aux mouvements tribaux en passant par les courants réformateurs hindous et les mouvements féministes. Comprendre la dialectique entre mécanismes discriminatoires et mouvements de résistances permet de mieux déconstruire les rapports sociaux qui les suscitent. L’analyse de ces différents phénomènes sociaux ne permettrait-elle pas de porter un regard différent sur des pratiques également présentes en Occident ?

Toutefois, la discrimination n’est pas que le résultat de décisions politiques, elle est avant tout une pratique quotidienne qui structure les rapports inter-castes et inter-communautaires en milieu urbain comme en milieu rural. Comme elle se manifeste territorialement, il est souvent aisé de distinguer, dans les quartiers et les villages, les frontières réelles ou symboliques ainsi que les ségrégations qu’elle génère entre castes et entre communautés. Ces ségrégations ont également connu des renforcements à la suite de conflits, comme par exemple dans le cas de la Muslim Belt d’Okhla à New Delhi. Quels problèmes entraîne cette spatialisation de la discrimination, notamment dans l’accès à l’eau et aux autres services publics? Qu’en est-il des phénomènes de résistance parfois violents que peut entrainer cette structuration de l’espace social ?

Politiques publiques de lutte contre la discrimination
Dans cet axe nous tenterons de saisir les implications complexes et parfois contradictoires des politiques menées par l’Etat indien afin de lutter contre la discrimination. Ces politiques publiques ont été mises en place depuis l’Indépendance pour mettre fin à quelques unes de ces pratiques discriminatoires. Par exemple, les statuts de Scheduled Castes et Scheduled Tribes, les réservations de sièges pour les femmes, le National Rural Employment Garantee Act donnent quelques avantages sociaux aux populations victimes de discrimination et leur permettent de bénéficier d’une politique de quotas dans les écoles, les universités, la fonction publique et dans les assemblées élues. Quels enseignements peut-on tirer de l’histoire complexe de ces différentes politiques de discrimination positive? Alors que de nombreuses luttes sociales ont permis la reconnaissance d’un très grand nombre de minorités, le fait que les communautés bénéficiant de mesures de discrimination positive finissent par représenter la majorité de la population indienne ne constitue-t-il pas un paradoxe intéressant? Les débats que suscitent ces politiques, tour à tour accusées d’être inefficaces, paternalistes essentialistes ou encore contraires aux idéaux d’égalité portés par la Constitution ne peuvent-ils pas donner matière à analyse? Enfin, la question de la reconnaissance relativement récente des Other Backward Classes ainsi que celle des demandes de plus en plus nombreuses émanant de groupes souhaitant se faire reconnaitre comme « tribaux » pourront représenter des pistes pertinentes.

Les relations entre les minorités victimes de discrimination et les élites
Toutes les minorités victimes de discrimination ont « produit » leurs élites qui ont pu changer de milieu social et économique, notamment grâce aux politiques de quotas. Cependant, les relations entre ces minorités et leurs élites sont parfois complexes. Incarnant l’espoir, ces creamy layers, comme on les nomme en Inde, sont pourtant régulièrement accusées de trahir les leurs. On pourrait citer le cas de Subhas Geishing et des membres du Gorkha National Liberation Front qui, après avoir représenté les espoirs d’émancipations des népalais de Darjeeling, sont tombés dans l’opprobre à la fin des années 2000, mais beaucoup de cas similaires existent.

Par ailleurs, se pose la question de la cohabitation entre anciennes et nouvelles élites, par exemple dans le champ politique, où se sont parfois établies des alliances complexes entre brahmanes, OBC et Dalits notamment Uttar Pradesh et au Bihar. Dans cette perspective, comment pouvons-nous questionner ces rapports complexes? Les contributeurs pourront explorer différentes facettes de cette question sociale, des affaires de « tickets » politiques aux tentatives de récupération des aspirations tribales ou Dalit par la droite nationaliste ou encore rendre compte des trajectoires des élites issues de minorités.

Programme

Mercredi 23 novembre

14h00 : Accueil des participants, présentation de l’AJEI

14h30 : Session 1

– Christelle BRUN (LISST-CAS) : Entre communautarisme et retrait de l’espace politique : les conséquences des violences communautaires sur la secte des Daudi Bohras (Mumbai, Gujarat)
Discutant : Harald TAMBS-LYCHE (Université d’Amiens)

– Sophie SCHRAGO (GIIDS) : A l’intersection de multiples discriminations : le cas des femmes musulmanes en Inde
Discutant : Djallal HEUZE (CNRS-LISST)

– Rémi DE BERCEGOL (LATTS) : Spécificités de la discrimination dans de petites villes indiennes
Discutant : Nicolas JAOUL (CNRS-CEIAS)

– Diaporama sur les différentes représentations des Dalits, commenté par Nicolas JAOUL

Jeudi 24 novembre

9h00 :  Session 2

– Andréa-Joëlle KUNDIG (GIIDS) : Mouvements sociaux Adivasis et naxalites en Orissa, une situation à multiples facettes
Discutante : Marine CARRIN (CNRS-LISST)

– Giacomo MANTOVAN (LAATS-CSH) : Les récits de résistance : un chemin pour négocier sa place dans la société
Discutant : Marlène ALBERT-LLORCA (UTM-LISST)

– Pavel CHAKRABORTY (GIIDS) : What Explains Ethnic Violence? Evidence from Hindu-Muslim Riots in India
Discutant : Djallal HEUZE (CNRS-LISST)

– Kaveri  HARITAS (GIIDS) : The politics of difference : the shifting basis of « we » and « they » in slum based movements in Bangalore
Discutant : Alexis AVDEFF (LISST)

12h30 : Clôture du séminaire par Djallal HEUZE



Cite this blog post
ajei (2012, July 12). SJC 2011 | Toulouse. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved April 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/axeg