Soutenance de thèse – Joël Cabailon 02/12/13

Des existences paysannes au fil de l’eau Le grand barrage Gosikhurd et les déplacements de population au Vidarbha, Inde centrale

Celle-ci aura lieu lundi 2 décembre à 14h, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, dans les salles 638-641 (6è étage, côté Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud) au 190-198 avenue de France, Paris 13è, métro « Quai de la gare ».

Le jury sera composé de :

– Frédéric Landy, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre (rapporteur)

– Isabelle Milbert, Professeure à l’IHED-Genève (rapporteure)

– Serge Paugam, Directeur d’études à l’EHESS

– Thierry Ramadier, Directeur de recherche CNRS

– Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Professeure à l’INALCO (co-directrice de thèse)

– Catherine Servan-Schreiber, Directrice de recherche CNRS (directrice de thèse)

Résumé de la thèse

De la « science de l’État » dans « l’intérêt général » jusqu’aux inégalités rurales en passant par les luttes politiques d’un mouvement social, cette thèse engage une réflexion sur la chaîne de déracinements et de ré-enracinements qui façonne le sens des existences paysannes en Inde aujourd’hui.

Sur la rivière Wainganga, le projet du grand barrage Gosikhurd force le déplacement et la réinstallation de 83 000 personnes, condamnant 93 villages à disparaître sous les eaux du réservoir. Dans une perspective globale de développement agraire engagée en Inde depuis plusieurs décennies, l’État du Maharashtra prône en ce sens au Vidarbha – une région dite « arriérée » – la Révolution Verte. Si cette orientation politique fait l’objet de nombreuses analyses dans diverses disciplines, peu se penchent simultanément sur les conditions de production d’un tel projet et les effets de l’ennoiement sur les populations. Au travers d’une étude qualitative et quantitative qui suit sur neuf ans ce double processus, cette recherche mêle sociologie de l’action publique et des mouvements sociaux, ethnographie rurale et anthropologie sociale et politique, pour expliquer les transformations et ruptures générées par le déplacement. Lorsqu’il est prévu de rayer un village des cartes et de le réinstaller, comment l’État indien organise-t-il l’acquisition foncière et le dédommagement des ressources agraires ? Comment la paysannerie s’ajuste-t-elle à la confiscation de son mode de vie rural et à l’incertitude de son « à venir » social ? Enfin, quelles sont les formes d’opposition ou de « résistance » qui surgissent face à cette dépossession ?

Formant une « communauté de sort » par leur ré-agrégation dans un nouvel espace, la structure et la trajectoire du déplacement de quatre villages sont analysées au prisme des catégories morphologiques de l’existence communautaire et des « inégalités de chance de replacement » qu’elles déterminent. Provoquant dépaysannisation, appauvrissement et une désagrégation du lien social, le déplacement agit tel un révélateur des inégales dispositions à pouvoir se replacer dans l’existence hiérarchisée d’une société. Cette thèse spatialise ainsi la question de la structure sociale indienne et propose une étude de la reproduction d’inégalités en mouvement.

Mots-clés : Inde – Vidarbha – Maharashtra – grands barrages – Révolution Verte – déplacement – replacement – paysannerie – caste – inégalités sociales – études rurales – dépaysannisation – mouvement social

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de me prévenir de votre présence par retour de mail.


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Bertrand Lefebvre (November 7, 2013). Soutenance de thèse – Joël Cabailon 02/12/13. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved July 14, 2024 from https://doi.org/10.58079/axgi