Le grand écart spatial de l’Inde – Echogéo

Présentation

L’Inde est tombée d’un cliché dans un autre : des bidonvilles et de Mère Theresa, la voilà consacrée Shining India, pays de l’informatique et de Mittal. Mais au-delà des caricatures, faut-il vraiment choisir entre ces extrêmes ? Les deux aspects n’ont-ils pas une part de vrai, coexistant plus ou moins bien dans l’Inde « émergente » ? De fait, tout pays émergent peut sans doute se définir par un « grand écart » (Landy éd., 2010) : écart social (de plus en plus de riches, mais toujours beaucoup de pauvres), écart économique (développement de l’informatique en Inde, mais aussi du secteur informel), et écart spatial. Le numéro proposé d’Echogéo est centré sur ce dernier : à l’intérieur des villes indiennes voisinent en effet bidonvilles et résidences de luxe, tandis que parallèlement se renforce la ségrégation inter-confessionnelle (Sivaramakrishnan et al., 2005 ; Gayer et Jaffrelot, 2011) ; des régions métropolitaines se développent en laissant dans les marges les campagnes voisines ; le développement d’innombrables zones franches accroît la pression sur la terre en sacrifiant agriculteurs et sécurité alimentaire à des enjeux industriels mais aussi immobiliers (Kennedy, 2010) …

Les relations entre ce grand écart spatial et le processus d’émergence restent cependant à analyser (Durand-Dastès, 2012). Quelques hypothèses que les articles pourraient examiner restent à démontrer :

– ces grands écarts spatiaux existent-ils aussi à l’intérieur même des espaces ruraux ? Les campagnes indiennes ne demeurent-elles pas plutôt marquées par un maintien quasi uniforme de la pauvreté – les villageois riches partant en ville (Gupta, 2005) ?

– la métropolisation en cours du réseau urbain se traduit-elle pour autant par une perte de vitesse des petites villes et la croissance concentrée dans seulement quelques grandes régions urbaines (Denis, Marius-Gnanou, 2011) ? Si ce n’est pas le cas, les petites villes ont-elles pour autant un effet d’entraînement sur les campagnes qui permettrait de développer une diversification rurale non agricole jusqu’ici très limitée ?

– ces écarts spatiaux se sont-ils tant élargis avec « l’émergence » ? Une vision un tant soit peu diachronique sera appréciée dans les articles, afin de rappeler la situation d’avant la croissance des années 2000, voire d’avant la libéralisation de 1991. Les contrastes de l’Inde sont-ils si récents, ou bien leur présence est-elle fondamentalement structurelle, ce qui rendrait plus difficile leur résorption ?

– les poches de pauvreté qui demeurent sont-elles par conséquent des héritages du passé, simples kystes non encore résorbés par le processus de développement, ou bien sont-elles au contraire des éléments essentiels à « l’émergence » même ? Le secteur informel ne permet-il pas la compétitivité des entreprises exportatrices qui travaillent avec lui ? De même que le hukou a permis de bâtir la croissance des villes orientales de Chine avec une main-d’oeuvre bon marché, les slums indiens sont peut-être le moyen de faire fonctionner à bas coût Bombay ou Delhi. Doit-on vraiment parler d’« exclusion » pour des habitants de bidonvilles dont seulement 1 ou 2 % sont des mendiants  (Saglio-Yatzmirsky, Landy éd., 2013) ? Autrement dit, l’émergence est-elle un processus favorisant à terme la convergence, ou bien repose-t-elle sur le maintien des inégalités ?

– on peut dès lors se demander si l’Inde – comme peut-être d’autres pays – n’est pas en train d’inventer un nouveau modèle « post-moderne » d’agglomérations, composé de contrastes et d’informalité : des morphologies spatiales et sociales que pourtant, en raison de « l’oubli des villes de l’Inde » (Louiset, 2011), l’aménagement urbain usuel, les décideurs mais aussi certains chercheurs continuent de considérer comme « marginales» et donc susceptibles de disparaître.

– enfin, si l’on raisonne verticalement, assiste-t-on à un retrait unilatéral de l’État (fédéral et fédéré) au profit des niveaux de pouvoir décentralisés et mondialisés ? On peut penser, au contraire, que se produit, dans le cadre d’un jeu qui n’est pas à somme nulle, une multiplication des acteurs laissant toute sa place à l’État, dans le cadre d’un repositionnement (rescaling) complexe des modes de gouvernance (Kennedy, 2013).

Contact

Les articles, rédigés en français ou en anglais, comporteront environ 30 000 signes (plus les illustrations). Ils devront être envoyés avant le 20 octobre 2014 à Frédéric Landy (frederic_landy@orange.fr) avec copie à Béatrice Vélard (bvelard@univ-paris1.fr), secrétaire éditoriale, qui les transmettra aux évaluateurs. Le dossier sera publié dans le n°32 d’EchoGéo (avril- juin 2015).

Coordination du dossier : Fréderic Landy, Professeur des universités, Directeur du Département de géographie, Université de Paris Ouest-Nanterre, membre du laboratoire Mosaïques, UMR 7218 LAVUE.

Références

Denis D., Marius-Gnanou K., 2011. Toward a better appraisal of urbanization in India. Cybergeo, article 569, http://cybergeo.revues.org/24798

Durand-Dastès F., 2012. La population indienne en 2011 : anciennes et nouvelles différenciations spatiales. Mappemonde, 108, http://mappemonde.mgm.fr/num36/articles/art12401.html

Gayer L., Jaffrelot C. (éd.), 2011. Muslims in Indian Cities: Trajectories of Marginalisation. Londres, Hurst.

Gupta D., 2005. Whither the Indian village ? Economic and Political Weekly, 19 février, p. 751-758.

Kennedy L., 2010. La politique contestée des zones économiques spéciales en Inde. Réseau Asie http://www.reseau-asie.com/edito/zones-economiques-speciales-zes-inde/

Kennedy L., 2013. The Politics of Economic Restructuring in India: Economic Governance and State Spatial Rescaling. Londres, Routledge.

Landy F. (éd.), 2010. Dictionnaire de l’Inde contemporaine. Paris, Armand Colin.

Louiset O., 2011. L’oubli des villes de l’Inde. Pour une géographie culturelle de la ville. Armand Colin, 296 p.

Saglio-Yatzimirsky M.C., Landy F. (éd.), 2013. Megacity Slums: Social Exclusion, Space and Urban Policies in Brazil and India. Imperial College Press, Londres.

Sivaramakrishnan K.C., Kundu A., Singh B.N., 2005. Handbook of Urbanisation in India. Oxford University Press, New Delhi.



Cite this blog post
Bertrand Lefebvre (2014, January 25). Le grand écart spatial de l’Inde – Echogéo. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved April 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/axh2