GIS Asie : ateliers doctorants et séance du 05/06

Le GIS Asie (Groupement d’intérêt scientifique), formé l’an dernier à l’initiative de l’InSHS du CNRS et hébergé à l’EHESS, propose de nouvelles actions en faveur des doctorants en France travaillant sur les diverses aires culturelles en Asie. La direction du GIS est assurée par Sebastien Lechevalier (directeur) et Jean-François Huchet (directeur-adjoint), qui travaillent en étroite collaboration avec l’équipe du Réseau Asie et Pacifique.

En plus d’une réunion avec les représentants des doctorants, planifiée pour le 18 juin, pour faire remonter leurs besoins et pour identifier des axes de travail possibles pour agir en leur faveur, la direction du GIS souhaite mettre en place un cycle de rencontres avec des chercheurs étrangers spécialistes de l’Asie en visite en France, qu’elle propose de nommer : « Ateliers doctorants et Jeunes chercheurs du GIS Asie : Rencontre avec  …»

L’idée est de mettre à profit la présence d’invités étrangers en France pour organiser avec eux une rencontre spécifiquement avec des doctorants et des jeunes chercheurs en France, pour que ces derniers aient un moment privilégié de discussion chacun à son tour sur son sujet, avec ces collègues.

L’idéal serait d’avoir une dizaine de jeunes chercheurs répartis par créneaux horaires. La préinscription est donc indispensable (auprès de : marine.sam@cnrs.fr).

Prochaine séance
Le 5 juin prochain (lieu et horaires à confirmer) : Rencontre avec Sheldon Garon, professeur à l’Université de Princeton, sur l’histoire transnationale, les circulations, les connexions et l’histoire globale en Asie orientale.
 

Présentation du GIS Asie

Le Groupement d’Intérêt scientifique Études asiatiques, ou « GIS Asie », a été créé en 2013.

Il est au service de la communauté des institutions et des chercheurs travaillant sur l’Asie. Il a pour mission d’œuvrer à la meilleure connaissance des études sur l’Asie effectuée en France et au renforcement de la recherche française sur cette aire géographique qui devient chaque jour plus importante sur la scène mondiale.

Ce consortium en cours de développement rassemble à ce jour, et dans l’attente d’autres adhésions, les 17 institutions suivantes et leurs unités de recherche sur l’Asie : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), l’Université d’Aix-Marseille, l’Université Panthéon-Sorbonne, l’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’Université Paris-Diderot, l’Université de Paris Ouest – Nanterre La Défense, l’Université Lumière (à confirmer), l’Ecole normale supérieure de Lyon (ENS Lyon), l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’Ecole pratique des hautes études (EPHE), l’Institut d’études politiques de Lyon (IEP Lyon), le Collège de France, l’Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO), l’Université Paris-Sorbonne, l’Université Jean Moulin, la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Le GIS Asie s’appuie sur le Réseau Asie et Pacifique, animé par une unité de service du CNRS. Ce réseau réunit et relie les enseignants, les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les doctorants et les experts francophones sur l’Asie et le Pacifique. Il a été créé en juin 2001, sur une initiative prise par des chercheurs et soutenue par le Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Centre national de la recherche scientifique, la Fondation Maison des sciences de l’homme, la Fondation nationale des sciences politiques, et l’École des hautes études en sciences sociales.

Le Réseau Asie et Pacifique rassemble aujourd’hui près de 2000 membres.

L’unité devient donc partie constitutive du GIS Asie, et la direction et le Conseil scientifique du GIS sont également ceux de l’unité.

Le GIS Asie et le Réseau Asie et Pacifique ont pour premier objectif d’améliorer l’information sur les études asiatiques en France. Il s’agit, par l’élaboration d’un Livre blanc, d’aboutir à une meilleure connaissance statistique de l’état actuel et de l’évolution de la profession depuis 1970, de le restituer auprès des tutelles et de la communauté scientifique, et de participer à la réflexion sur l’avenir de la recherche française sur l’Asie ; il s’agit de mettre en place des outils pour les directeurs de recherche et les jeunes chercheurs, de collaborer avec les autres GIS aires culturelles et de promouvoir les recherches sur l’Asie en France, ainsi que sur le Pacifique au travers du réseau.

En deuxième objectif, le GIS souhaite contribuer à l’internationalisation de la recherche française. Il s’agit pour ce faire de mettre en place une veille sur le travail de recherche sur l’Asie effectuée dans les autres pays (Europe, Etats-Unis, Asie), de favoriser la mise en réseau avec les partenaires européens, d’aider à l’accueil de chercheurs étrangers travaillant sur l’Asie, de promouvoir les études asiatiques françaises à l’étranger, de favoriser la promotion d’études françaises sur l’Asie dans les revues étrangères, enfin, de favoriser une plus grande présence des chercheurs français dans les comités scientifiques des revues internationales sur l’Asie.

Le troisième objectif du GIS est de structurer et décloisonner les études sur l’Asie. Il travaillera dans cette direction en aidant à l’émergence de programmes de coopération sur plusieurs pays asiatiques ou entre Asie et autres aires culturelles, en répertoriant via le Réseau les appels à financements déjà existants sur ce terrain et les aides administratives pour les signaler aux équipes pour la recherche de financements. Il a pour projet de mettre en place un appel à projet scientifique sur un thème émergent défini par le Conseil scientifique. Il participera à la réflexion sur la redéfinition du concept d’aires culturelles et sa place dans les sciences humaines et sociales. Dans le cadre de ce décloisonnement, le GIS aidera à l’organisation de conférences et séminaires avec d’autres partenaires, centres de recherche et associations. Il concevra et aidera à la mise en place d’une Ecole d’été en France, collaborera avec d’autres institutions européennes. Il fournira également des aides ponctuelles, administratives, logistiques, aux institutions de recherche et associations travaillant sur l’Asie.

Le quatrième objectif du GIS est de mener des actions en faveur des jeunes chercheurs, sur les plans de la formation et du recrutement. Il s’agit de les informer sur les appels d’offres pour projet de thèse, de construire une base de données sur le site, dédiée aux informations sur la recherche de financements pour les jeunes chercheurs, de favoriser le financement de la recherche doctorale et postdoctorale, de réfléchir à l’amélioration de l’accueil de jeunes chercheurs au sein des laboratoires, le cas échéant de façon mutualisée, ainsi que de co-organiser des journées jeunes chercheurs sur des thèmes pan asiatiques et/ou sur des comparaisons avec d’autres aires géographiques, définis par les jeunes chercheurs eux-mêmes.

Un autre objectif du GIS est de de mutualiser les ressources (abonnements, données et documentation), par l’aide au développement des ressources documentaires sur l’Asie, la mise en réseau des ressources existantes et la mise en place d’une plateforme de réflexion entre chercheurs et les centres de documentation sur les ressources documentaires sur l’Asie.

Enfin, le sixième et dernier objectif du GIS est la diffusion des recherches, par des publications et l’outil internet. Le GIS travaillera à favoriser la publication de numéros spéciaux dans les revues généralistes non spécialisées sur l’Asie (y compris aide éditoriale) et auprès des éditeurs français, à aider à la publication des jeunes chercheurs, par exemple dans le cadre de la collection Etudes Imasie – Pacifique (sélection par le Conseil Scientifique), à articuler le site internet du GIS et celui du Réseau et le modifier en fonction des axes de recherche retenus pour construire des pages et rubriques spéciales (financements jeunes chercheurs, aide à la publication, écoles d’été, carnets de recherche).

 

Ainsi, les objectifs du GIS Asie s’articulent et complètent les missions que le Réseau Asie et Pacifique a mis en œuvre : rassembler et connaître de la communauté des chercheurs sur l’Asie et le Pacifique en France, promouvoir la recherche interdisciplinaire, renforcer les relations internationales des chercheurs français avec leurs homologues en Europe et dans le monde, mettre en en valeur les jeunes chercheurs et faire circuler l’information.

 

Les différentes actions à l’œuvre ou qui vont être développées :

– Un annuaire en ligne (annuaire Eurasiane) des membres des réseaux Asie et Pacifique

– Un site et une lettre mensuelle recensant des informations de toute la communauté

– De la veille scientifique

– L’organisation de conférences et séminaires

Un congrès dédié aux études sur l’Asie et le Pacific, qui rassemble plus de 600 spécialistes (quatre congrès se sont déjà tenus)

– Des publications d’ouvrages

– Un outil sur les thèses en France

– Des contributions à la réflexion sur les priorités auprès des décideurs scientifiques, politiques et économiques

– La réalisation de projets internationaux de coopération et de mise en réseau

– L’encouragement des chercheurs français et européens à soumettre des projets au programme européen Horizon 2020

http://www.reseau-asie.com/