Droits sociaux : les travailleuses en première ligne – Floriane Bolazzi sur France Culture

Une émission à réécouter ici sur France Culture.

Lundi 8 mars, des milliers d’indiennes se sont jointes à la colère des agriculteurs. Ce mouvement massif montre l’investissement des femmes dans la défense des terres. Depuis une trentaine d’années, le milieu agricole s’est considérablement féminisé, que signifie cette implication paysanne en Inde ?

Des femmes activistes crient des slogans pour la Journée internationale de la femme, elles manifestent contre les récentes réformes agricoles du gouvernement central, à Amritsar, le 8 mars 2021.Des femmes activistes crient des slogans pour la Journée internationale de la femme, elles manifestent contre les récentes réformes agricoles du gouvernement central, à Amritsar, le 8 mars 2021. Crédits : NARINDER NANU – AFP

 

Des milliers d’Indiennes sont descendues dans les rues, ce lundi 8 mars, profitant de la Journée internationale des droits des femmes pour se joindre aux agriculteurs en colère. 

Une manifestation massive qui a permis de mettre en lumière une implication des femmes en réalité bien antérieure.
Depuis le début du mouvement, les femmes sont mobilisées pour en assurer la logistique, cuisinant pour nourrir ceux qui occupent toute la journée l’espace publique. Mais leur participation ne se limite pas à ce rôle invisible. 

Performance, chants, slogans, les paysannes s’affichent, comme les paysans, pour défendre leurs terres. De fait, en dépit de l’organisation fortement patriarcale de l’Inde rurale, le secteur agricole s’est considérablement féminisé au cours des trente dernières années, face à l’exode des hommes vers la ville.

Quand ceux-ci quittent les campagnes à la recherche d’emplois journaliers, les femmes continuent à pratiquer une agriculture de subsistance pour nourrir leurs familles. Un rôle souvent non reconnu, mais qui s’est renforcé avec la crise du covid-19.
Bergères, ouvrières agricoles, ou fermières se mobilisent donc désormais, non pas contre une inégalité de genre, mais pour leur droit au travail et à la subsistance. Une lutte féminine qui pourrait aussi devenir féministe, si elle permet de changer le regard des hommes sur elles.

Cette implication des femmes dans la contestation paysanne constitue-t-elle un phénomène nouveau en Inde ? Dans quelle mesure sont-elles spécifiquement menacées par les réformes agraires de Narendra Modi ? Leur mobilisation dans les manifestations a-t-elle une chance de bousculer l’ordre patriarcal de l’Inde rurale ?

Nos invités pour en parler sont Isabelle Guérin, directrice de recherche en socio-économie à l’IRD et au CESSMA et Floriane Bolazzi, chercheuse en socio-économie à l’Université de Milan-Bicocca. 

Une émission à réécouter ici sur France Culture.