AJCSS 2010 | Nagpur

Mouvements sociaux et politiques en Asie du Sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 07/02 –12/02/2010

Dr Ambedkar College, Pragati Sanstha, Nagpur

Organisation : Joël CABAILON, Julien JUGAND

Partenaires : Nagpur University, CEIAS-EHESS, Centre de Sciences Humaines, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Présentation

Dans un contexte international où les approches en sciences sociales multiplient, en les renouvelant, les perspectives sur les organisations politiques et les mouvements sociaux, ce thème générique couvre un grand nombre d’objets d’études de jeunes chercheurs travaillant sur l’Inde ou l’Asie du Sud. Au travers des interventions respectives, la réflexion engagée entend mobiliser l’interdisciplinarité en sciences sociales afin d’intégrer les différents apports issus, entre autres, de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences politiques et de la géographie.

L’Asie du Sud connaît nombre de situations particulièrement complexes ayant fait émerger et/ou (trans)formé des mouvements sociaux et politiques relevant de luttes et d’enjeux spécifiques. Les mouvements sociaux et politiques, quelles que soient leurs formes et leurs manifestations, participent ainsi de la (re)définition des configurations où ils émergent : politiques compensatoires de quotas et place des mouvements catégoriels (castes et tribus), luttes juridiques autour des évènements d’émeutes interconfessionnelles, conflits fonciers et mouvements contre la dépossession, mouvements environnementaux, mouvements populaires de démocratisation, recompositions familiales, etc. ; sont autant de dimensions relatives au thème proposé qu’il serait possible d’investiguer.
Les interventions pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes esquissés ci-dessous.

Outils et perspectives théoriques d’appréhension des univers de luttes sociales
Ce premier axe interroge la possibilité, à la fois cumulative et critique, de travailler avec un certain nombre d’outils et de théories en rapport à l’analyse des mouvements sociaux et politiques au-delà du seul contexte de l’Asie du Sud. Sous quelles conditions les catégories mobilisées en Asie du Sud sont-elles opératoires dans l’analyse des contextes sociohistoriques sud-asiatiques ? Par ailleurs, celles produites et utilisées en Europe permettent-elles de saisir les évènements propres à cette région ? Quels sont les paradigmes analytiques dominants considérés comme particulièrement heuristiques dans l’analyse de ces phénomènes sociaux qui, en Asie du Sud, évoluent rapidement tout en témoignant de fortes régularités ? À quels types de tensions (épistémologiques) le chercheur/la chercheuse fait-il/elle face lors d’une étude de mouvements sociaux et politiques, par exemple dans le cas où il/elle prend fait et cause pour ceux et celles qu’il/elle étudie ?

Un enjeu de définition des mouvements sociaux et politiques
Il apparaît nécessaire d’aborder les questions relatives à la définition d’évènements susceptibles de constituer des mouvements sociaux et politiques. Qu’est-ce qu’un mouvement social ou un mouvement politique ? A partir de quels critères peut-on qualifier un fait ou un événement de mouvement social ? Comprendre les transformations sociales et politiques demande de restituer la genèse et la structure contextuelle des lignes de forces qui ont cours dans un espace donné. Ceci implique de revenir sur l’identification des trajectoires historiques des lieux et des personnes ayant entrainé de nouvelles configurations dans l’espace social ou dans le champ politique. Certaines luttes prennent la forme de manifestations virulentes ou de revendications spécifiques, quand d’autres s’inscrivent dans une transformation des modes de faire ou de penser en dépendant d’une réorganisation plus globale de l’espace social. Ces luttes aboutissant ou n’aboutissant pas à l’expression de revendications clairement définies, mais pouvant apparaître telle une transformation soit manifeste, soit latente dans un certain ordre des choses. Enfin, dans quelle mesure ces transformations se pérennisent-elles ? Quelles sont les structures sociales qui favorisent ces évolutions et les inscrivent dans un ensemble de processus de formalisation, de consécration, de ritualisation voire même d’institutionnalisation (par exemple quand un mouvement social se structure en parti politique) ?

Construction symbolique des mouvements sociaux et politiques
La complexité et la diversité des mouvements sociaux et politiques en Asie du Sud appellent à l’examen de leur construction symbolique au sens des pratiques, croyances et rituels instituant culturellement leur existence. Un mouvement social et/ou politique pouvant, rappelons-le, prendre différentes formes : qu’il s’agisse de manifestations, au sens strict, jusqu’à la création de réseaux de pouvoir à différentes échelles et dans divers espaces, en passant par le repositionnement/reclassement d’agents particuliers (telle la position des femmes dans la société indienne, les carrières administratives ascendantes au sein des basses castes et « intouchables », etc.). Dans le cas d’actions à visées contestataires, ce que l’on désigne comme des mouvements sociaux et politiques cristallisent différentes formes de mise en question du monde social. En Asie du Sud, il semble particulièrement important de se pencher sur la question de leur construction symbolique dans la mesure où le rapport au monde se structure selon des catégories et des schèmes de perception spécifiques encore souvent pris dans et par des conceptions religieuses (spécialement les conceptions gandhiennes dans leur diverses déclinaisons, mais aussi les conceptions ambedkaristes bouddhistes, les luttes sociales propres au nationalisme hindou, etc.) qui coexistent néanmoins avec d’autres schémas témoignant de modalités d’action collectives propres au syndicalisme, voire propres aux mouvements armés insurrectionnels : naxalites, talibans ou néo-talibans, milices privées de hautes castes, etc. Il s’agit alors de circonscrire l’ensemble des propriétés distinctives des formes contestataires et militantes en Asie du Sud et d’analyser la circulation des modes ou répertoires d’action et des registres symboliques de mobilisation généralement hérités des luttes contre la tutelle coloniale, mais relevant encore de nouveaux registres plus récents pouvant, entre autres, revêtir certaines formes nouvelles en raison de l’apparition de modes de luttes transnationaux.

L’économie des pratiques militantes
L’appréhension de ces différents phénomènes pouvant être qualifiés de « mouvements sociaux et politiques » ne peut être opérée qu’à moins de porter une attention à l’économie des pratiques militantes relevant non seulement d’une étude des propriétés sociales des groupes pris dans ces restructurations et des agents adhérents à différents mouvements, mais aussi, suivant les cas, en étudiant origine(s) et position(s) des agents-meneurs, c’est-à-dire des divers « leaders » se revendiquant porteurs de salut social et souvent auto-consacrés prophètes dans leurs espaces d’influence. Qu’il s’agisse d’un espace social faiblement structuré ou à proprement parler d’un champ, tel le champ politique, les pratiques des agents-adhérents ou agents-meneurs de mouvements demandent à être décrites puis analysées au prisme d’une économie symbolique des pratiques militantes. Celle-ci implique l’identification des différentes espèces de ressources (culturelles et scolaires, politiques, économiques, sociales, etc.) et d’intérêts mobilisés dans les divers espaces ou sous-espaces des pratiques contestataires, ceci afin de dévoiler les nécessités et logiques expliquant l’investissement plus ou moins fort dans une cause précise ou bien l’inégale propension à pouvoir et à savoir mener un mouvement. Il est par exemple possible de parler de carrières militantes, voire d’un capital militant renvoyant à des espaces de luttes où le savoir protestataire devient un type de ressource spécifique lui-même produit de l’acquisition de savoir-faire antérieurs transposés à d’autres espaces.

Programme

Sunday, 7th of February 2010

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

7 to 9 pm

Welcome and registration of the participants
Dinner

Monday, 8th of February 2010

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

8.30 to 10 am

– Introductory speech/Presentation of AJEI and of the 13th workshops by the organizers
– Presentation of our partner (Nagpur University)

Break

10.30 to 12 am

– Round Table: Presentation of young researchers’ work (MA/Mphil &PhD)

Lunch

1.30 to 3 pm

– Dr Bertrand GEAY (Université de Picardie – CURAPP) Le mouvement étudiant comme fait social total. A propos de la mobilisation de 2006 en France (The student movement as a total social fact. About the 2006 mobilisation in France)

– Dr Shrinivas KHANDEWALE (Department of Economics – Nagpur University) The regional inequalities in the process of globalization: a case study of the demand for a Vidarbha State

Break

3.30 to 5 pm

– Vijay JAWANDHIA (Shetkari Sanghatana/All India Kisan Coordination Committee) Farmers’ movement in India: past, present and future

– Dr Pradeep AGLAVE (Dr Babasaheb Ambedkar Thought Department – Nagpur University) The Buddhist movement in Maharashtra

Tuesday, 9th of February 2010: Presentation of PhD work by senior researchers

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

9 to 10.15 am

– Presentation of MA/Mphil and PhD researches by French students

– Parallel sessions for Indian participants: Social scientists and social activists: What relations? What collaboration? (w/ Dr Aglave, Dr Wankhede, Dr Kumar, V. Jawandhia, V. Bhongade, J. Hardikar)

Break

10.45 to 12 am

– Presentation of MA/Mphil and PhD researches by French students

– Parallel sessions for Indian participants: Social movements and downtrodden sections of society: the ways to move forward (w/ Dr Aglave, Dr Wankhede, Dr Kumar, V. Jawandhia, V. Bhongade, J. Hardikar)

Lunch

1.30 to 3 pm

– Naiké DESQUESNES – Stratégies et savoir-faire militants des étudiantes « naxalites » à New-Delhi. Comment être révolutionnaire lorsqu’on appartient à l’élite urbaine féminine?
Discussant: Dr Nicolas JAOUL (CNRS – IRIS)

– Arnaud KABA – Mouvements sociaux dans les plantations de thé de Darjeeling: vers la fin de l’idéologie de classe.
Discussant: Dr David PICHERIT (University of Sussex)

Break

3.30 to 4.15 pm

– Aude REYGADES – La scène syndicale étudiante à Osmania University, Hyderabad: le poids des logiques communautaires dans la mobilisation.
Discussant: Dalel BENBABAALI (CSH)

– Screening of “The Dalit Panthers’ administrative know how in UP”, a documentary by Dr Nicolas Jaoul and extracts from “Khairlanji”, a documentary by Pratap PATIL

– Dr Nicolas JAOUL (CNRS – IRIS) : “The Dalit movement and the state: comparative perspectives from UP and Maharashtra” Followed by a discussion

Wednesday, 10th of February 2010: International Day

Venue: Dr Ambedkar College, Dikshabhumi, Nagpur

9 to 9.30 am: Introduction

9.30 to 11 am

– Charlène SIMON – Dera Sant Sarwan Dass of Ballan: the Invention of a New Form of Religiosity: Where Community-Affirmation meets Private Spiritual Quest
Discussant: Dr Pradeep AGLAVE (Department of Ambedkar thought – Nagpur University)

– Shaileshkumar DAROKAR – Victimized by Hindu Social Order: The Manual Scavengers and their Struggle for Dignity in Maharashtra.
Discussant: Dr Nicolas JAOUL (CNRS – IRIS)

Break

11.30 am to 1 pm

– Ingrid LE GARGASSON – The Institutionalization of Hindustani Music During the 20th c.: A Social rather than a Musical Movement?
Discussant: Julien JUGAND (University of Paris Ouest)

– Shirish ATHAWLE – Historical Marginalization, Social Exclusion and Inclusive Efforts towards De-notified Tribes in Maharashtra: the Case of the Kaikadis
Discussant: Dr Ajit KUMAR (Matru Sewa Sangh Institute of Social Work – Nagpur)

Lunch

2.30 to 4 pm

– Khushboo JAIN – Winds of Change and the Question of Women’s Empowerment in Nepal.
Discussant: Naiké Desquesnes (Sciences-Po) and Joel Cabalion (EHESS/CSH)

– Sundeep PAULOSE – Women Self Help Group as a Social Movement and its Impacts in the Rural Areas – Some Cases from a Tribal Belt in Maharashtra.
Discussant: Dr Cyril FOUILLET (SIAS – University of Oxford)

Break

4.30 to 6 pm

– KP RAJESH – New Social Movements, State and Civil Society in Kerala: A Critical Engagement with Adivasi Gothra Maha Sabha (AGMS) as a ‘New Social Movement’.
Discussant: Dr David Picherit

– Lalit KHANDARE – Analyzing Contemporary Global Advocacy on Annihilation of Caste & Untouchability.
Discussant: Dr Govardhan G. WANKHEDE

6 pm – 7 pm

Visit of the Dikshabhumi (stupa of Dr Bhimrao Ambedkar)

Thursday, 11th of February 2010

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

10 am to 1 pm

Workshops animated by post-doctorate scholars and researchers

Lunch

2.30 to 5.30 pm

Workshops animated by post-doctorate scholars and researchers

5.30 to 7 pm: Break

7 to 8 pm: Dinner

8 to 10 pm: Cultural program

Social and revolutionnary songs of Maharashtra:
– Ambedkari Qawwal by Anirudha Shewale
– Krantikari Git by Madhukar Gajbhiye
– Bhimgit by Parmeshwar Chahande

Meeting and discussion with the artists

Friday, 12th of February 2010

Day visit in Ramtek, district of Nagpur. Last evening at Pragati


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
ajei (July 12, 2012). AJCSS 2010 | Nagpur. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved July 14, 2024 from https://doi.org/10.58079/axe3