Apprendre la langue

L’apprentissage de la langue est une condition essentielle pour faire du terrain en Inde.

Tout d’abord, une bonne connaissance de l’anglais est nécessaire bien que rarement suffisante. Avec le hindi, l’anglais est une des deux langues utilisées au niveau national pour tout ce qui concerne les affaires administratives. De plus les personnes ayant reçu une éducation secondaire le maîtrisent généralement si bien qu’il est souvent possible de trouver un interlocuteur anglophone a fortiori dans les villes. Enfin de nombreux journaux sont édités en anglais. L’anglais est donc essentiel.

Néanmoins, pour réellement apprécier la richesse du terrain, il est nécessaire d’appendre la langue spécifique parlée par les gens concernés par votre étude. Il n’existe pas un article qui traite de l’Inde sans faire appel à une analyse du lexique employé par les personnes et, pour ce faire, la connaissance précise de la langue locale est requise. Parmi la pléthore de langues qui existent en Inde, plusieurs des langues régionales peuvent être apprises en France et/ou au travers de manuels, pour le reste il faut se débrouiller par soi-même et apprendre pendant son séjour en Inde.

En France

 

L’INALCO

L’Institut des Langues et Civilisations Orientales est situé à Paris et propose des cours de différentes langues d’Asie du Sud (bengali, hindi, ourdou, singhalais, tamoul, telougou) ainsi que des cours sur la civilisation indienne. Vous trouvez tous les renseignements sur le site : http://www.inalco.fr/
L’INALCO assure deux types de diplômes : des diplômes d’établissement et des diplômes nationaux.

Les diplômes d’établissement :

En premier cycle :
Le Certificat de Langue et Civilisation (CLC) est constitué de 10 éléments pédagogiques (EP) enseignés en 2 ans. Et le Diplôme Unilingue de Langue et Civilisation Orientales (DULCO) est constitué de 20 EP enseignés en 2 ou 3 ans.
En deuxième cycle :
Le Diplôme Supérieur (DS) s’acquiert en 1an.

Les diplômes nationaux :

La licence de Langue, Littérature et Civilisation Etrangères (LLCE) option : hindi, bengali, ourdou ou tamoul s’acquiert en une année d’étude, après un DULCO ou CLC.
Le mastère de Langues, Littératures et Civilisations étrangères (MLLCE), option : bengali, hindi, ourdou ou tamoul s’acquiert en 1 an d’étude.
Le DEA est accessible après une maîtrise (ou un DREA lorsqu’il n’y a pas de maîtrise dans la spécialité), 1 an d’étude
Doctorat, accessible aux titulaires d’un DEA mention « bien » ou « très bien ».

L’université d’Aix-en-Provence

L’université d’Aix-en-Provence propose des enseignements de hindi et de sanskrit. Ces cours peuvent être pris en option d’une licence ou d’un Master ou bien vous pouvez réaliser un Diplôme d’Université d’Études indiennes, option hindi ou sanskrit, sur trois ans. Le cursus comprend l’enseignement de langue ainsi que des cours de « Civilisation indienne » et d’« Art et civilisation de l’Inde ». Par ailleurs, vous pourrez suivre un cours intitulé « Hindi : presse et actualité ». Des équivalences sont ensuite possibles pour les étudiants qui souhaiteraient poursuivre à l’INALCO.
Il est fréquent que des Indiens assurent une partie de l’enseignement en hindi.
Tous les détails de ces enseignements se trouvent à l’adresse suivante :
http://www.up.univ-mrs.fr/oriental/diverses/hindi/pages/plaquette/du.htm

La responsable de ce cursus, Elizabeth Naudou, est joignable au département Langues diverses de l’université, avenue Robert Schuman. N’hésitez pas à la contacter, sa gentillesse n’a d’égale que sa disponibilité. Par ailleurs, Mme Naudou est très souvent associée au suivi des mémoires de Master en ethnologie portant sur l’Inde, en co-direction.

En Inde

 

Les manuels

En flânant dans les quartiers et librairies indiennes, il est possible de trouver des manuels sur des langues indiennes rares. Bien que souvent ils ne s’adressent pas aux étrangers et soient donc difficiles d’accès, ils peuvent être d’une grande aide pour le débutant.

Les instituts et les universités

Chaque université de chaque État propose des cours de langues, c’est à chacun de se renseigner en fonction de là ou il se trouve.

Par ailleurs, il existe des centres internationaux proposant l’enseignement des langues locales. A titre indicatif, voici quelques suggestions, fournies par des membres de l’AJEI, mais il y en a d’autres (il existe de nombreux centres locaux ou l’on peut apprendre le hindi par exemple) :

American Institute of Indian Studies

http://www.indiastudies.org/
L’American Institute of Indian Studies a son centre indien à Gurgaon (près de Delhi) – doté d’une bibliothèque et d’archives ethnomusicales – et des antennes régionales dans tout le pays. Il propose des enseignements de toutes les langues régionales (ourdou, bengali, tamoul, malalayam, gujurati, sanskrit, marathi, etc.). Malheureusement, ces centres sont réservés aux ressortissants américains et aux étudiants faisant leurs études aux USA. Néanmoins, ils peuvent servir de contact pour la mise en place de cours particuliers une fois sur place par exemple (voir section suivante).

Henri Martin Institute

http://www.hmiindia.com/academic.htm
Plusieurs étudiants recommandent l’Henri Martin Institute à Hyderabad pour apprendre l’ourdou.
Cet institut propose une école d’été d’une durée de 10 semaines entre juin et août pour apprendre l’ourdou, l’arabe, le persan.
http://www.hmiindia.com/academic_st_lan.htm

Landour Language School

http://landourlanguageschool.org/
Cette école propose des cours de hindi à côté de Mussoorie (Uttaranchal), dans un cadre stimulant : cours de langue à la carte, en individuel ou en groupe, de février à décembre.

Institute of Hindi

http://www.bhashabharati.com/
A Varanasi (Uttar Pradesh), l’Institute of Hindi propose plusieurs formules d’apprentissage du hindi de une semaine à 6 mois.

Tamil Summer School

http://ccat.sas.upenn.edu/plc/pilc/
La Tamil Summer School (TSS), originalement proposée par l’IFP et désormais organisée dans les locaux du Puducherry Institute of Linguistics and Culture (PILC), propose un stage intensif de tamoul parlé (6 semaines, 6 jours par semaine, 6 heures par jour), à Pondichéry.

Les Alliances françaises

Les Alliances françaises peuvent être très utiles. Bien que les professeurs y enseignent le français, certains seront intéressés par la possibilité de vous apprendre leur langue (il se peut que vous ayez à les convaincre de votre envie et votre besoin d’apprendre la langue locale, pas nécessairement évidents). L’avantage est que les professeurs ont des connaissances sur la culture française, donc peuvent traduire et expliquer au mieux ; surtout, ils sont professeurs, ils savent donc enseigner.

Les cours particuliers

Enfin, il y a la solution radicale : les cours particuliers. Même si cela demande un budget plus conséquent (le prix d’un cours d’une heure peut coûter dans les 300 roupies), le gros avantage est l’efficacité de cette méthode, à condition de trouver un bon professeur. Par le biais des réseaux décrits ci-dessus (universités, Alliances françaises, American Institute of Indian Studies) et ci-dessous (chercheurs, jeunes chercheurs travaillant dans la région), mais aussi des contacts personnels, il est possible de rencontrer des personnes compétentes pour vous enseigner la langue.

Soulignons à nouveau que l’apprentissage de la langue est un investissement en temps et en argent qui n’est pas négligeable, mais vraiment très bénéfique pour la qualité de la recherche qui suivra. Ce peut être difficile à faire en même temps que le terrain, aussi la solution d’alterner séjour de langue et séjour de terrain peut être une bonne option. Notons enfin qu’une initiation au sanskrit aide grandement à l’apprentissage des langues indiennes d’origine indo-européenne.