AJCSS 2006 | Kottayam

Religions et communautés religieuses dans le monde indien

Ateliers Jeunes Chercheurs, 28/02- 04/03/2006

Université de Kottayam, Kérala

Organisation : Yohanna JOLY, Julie HUMEAU

Partenaires : University of Kottayam, Centre de Sciences Humaines, Institut Français de Pondichéry, CEIAS-EHESS, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Présentation

La multiplicité religieuse du monde indien nous invite à une double réflexion : la première, sur la pluralité de croyances et de pratiques qui en résultent ainsi que sur les phénomènes et les enjeux culturels, sociaux, politiques et économiques qu’à diverses échelles la religion sous-tend et influence. La seconde sur la démarche du chercheur en sciences sociales face au religieux qu’il choisit d’étudier ou qui parfois s’impose à lui, en contexte sud asiatique. Dans le cadre des Ateliers Jeunes Chercheurs en sciences sociales 2006 de l’AJEI, nous proposons une réflexion pluridisciplinaire commune d’une part, autour de l’inscription de la religion sur le corps social indien et sur les dynamiques qui en résultent, notamment en contexte contemporain. D’autre part, sur les outils théoriques et méthodologiques qui sont à notre disposition pour aborder, analyser et restituer des faits religieux ou des faits dont la religion constitue un leitmotiv.

Problématique

Dans le cadre des ateliers jeunes chercheurs en sciences sociales 2006 de l’AJEI, nous proposons une réflexion pluridisciplinaire commune d’une part, autour de l’inscription de la religion sur le corps social indien et sur les dynamiques qui en résultent, notamment en contexte contemporain. D’autre part, sur les outils théoriques et méthodologiques qui sont à notre disposition pour aborder, analyser et restituer des faits religieux ou des faits dont la religion constitue un leitmotiv.

La religion dans le sous-continent reste encore largement abordée dans son versant hindou, et dans son versus social, la caste, laissant ainsi de côté le caractère pluri-religieux du monde indien et avec lui l’étude et l’analyse – géographique, économique, politique, ethnologique- de logiques d’acteurs, de pratiques et de croyances dans les communautés musulmanes, chrétiennes, sikhes, bouddhistes, jaïnes, parsies, juives, etc. Nous aborderons alors cette multiplicité tant à travers des formes et des expressions singulières de la religion qu’au regard de la cohabitation et des interactions de communautés. La multi-religiosité nous permet ainsi de cerner des processus d’adaptation réciproque et les configurations socio-religieuses particulières qui s’en dégagent.

Le siècle dernier, marqué par l’expansion des mouvements nationalistes, l’indépendance et la partition, a vu éclater de très violents affrontements entre communautés religieuses, exprimant ainsi une exacerbation du sentiment d’appartenance religieuse et communautaire. Ce sentiment, figé par l’organisation sociale en castes, par les perceptions et les politiques coloniales puis plus récemment par le gouvernement indien lui-même par la discrimination positive qu’il a mise en place, ne distingue généralement pas appartenance sociale et appartenance religieuse. Par ailleurs, la montée des mouvements d’opposition au système des castes et les conversions, au christianisme, à l’islam, au bouddhisme ou à des mouvements néo-hindous, qui les ont parfois accompagnées, nous invitent à réfléchir à ces nouvelles pratiques et aux logiques développées par ces acteurs.

À travers ces multiples configurations, les chercheurs en sciences sociales ont développé de nouveaux outils pour appréhender ces phénomènes. Nous souhaiterions alors nous interroger et réfléchir sur ces nouveaux outils nous permettant d’aborder l’observation et l’analyse de communautés pour lesquelles la religion est au centre de dynamiques et d’enjeux identitaires et sociaux mais aussi politiques et/ou économiques.

Ces différents aspects seront abordés, de préférence, par une étude de cas, notamment à travers des expériences de terrain, mais ils pourront aussi l’être à travers une réflexion théorique générale, selon des approches et des échelles d’espace et de temps variées.

Bilan

C’est dans l’Etat indien le plus alphabétisé mais aussi dans cet Etat marqué d’une configuration religieuse tout à fait particulière (le Kerala compte 56 % d’hindous, 24 % de musulmans et 19 % de chrétiens) que s’est déroulée la neuvième édition des Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de l’AJEI.

Notre volonté était de proposer une réflexion pluridisciplinaire commune d’une part, autour de l’inscription de la religion sur le corps individuel et social indien et sur les dynamiques qui en résultent, notamment en contexte contemporain. D’autre part, sur les outils théoriques et méthodologiques qui sont à notre disposition pour aborder, analyser et restituer des faits religieux ou des faits dont la religion constitue un leitmotiv.
Ces ateliers avaient pour objectif une réflexion, à la fois sur les manières dont ont été et sont aujourd’hui étudiées les croyances, les pratiques et les enjeux du religieux dans le champ des sciences sociales et par là même, les différentes sources qui sont à notre disposition et sur les outils de recherche et de production scientifique. Nous nous proposions d’interroger les possibles utilisations de ces sources, leur impact sur le déroulement et l’orientation de la recherche ainsi que les moyens d’aborder et de travailler sur un phénomène religieux, notamment sur le terrain, ainsi que ceux nous permettant d’en parler, de le restituer. Les regards croisés d’anthropologues, de géographes, de politologues et d’historiens de niveau divers (master 1 à post-doc ainsi que des chercheurs) ont permis une réflexion élargie et c’est à travers des exemples indiens, népalais et pakistanais que nous avons abordé la vaste thématique du Religieux.

Deux axes furent privilégiés. Le premier concernait les communautés religieuses dans leur singularité (structures, pratiques, croyances, territorialité, mobilité sociale et/ou spatiale, …). Le deuxième interrogeait plutôt des situations de cohabitation et d’interaction. Ces deux axes, étroitement liés, nous ont permis de faire émerger des configurations socio-religieuses particulières faisant intervenir des jeux de coopération, d’adaptation réciproque mais aussi des situations conflictuelles de cohabitation. L’aspect méthodologique fut surtout abordé lors des ateliers, même s’il apparut en filigrane des communications.
Il s’est dégagé, tout au long des présentations une très nette manipulation de la religion et la mobilisation de multiples facettes identitaires par les acteurs ce, selon des enjeux et des intérêts politiques, économiques ou symboliques très variés et variables dans l’espace et le temps.

Déroulement des Ateliers

Les ateliers se sont déroulés à quelques kilomètres du centre ville, à Maloosserry, à la School of Social Sciences de Kottayam, département de l’Université Mahatma Gandhi. Le deuxième jour a fait exception ; une grève, en réaction à la venue de G.W. Bush en Inde, paralysait la ville et repoussa la journée franco-indienne.
La SSS a été établie en 1989. Cette école, département de l’Université Mahatma Gandhi, se veut interdisciplinaire et propose des cours, du Master au doctorat, allant de l’anthropologie aux sciences politiques en passant par l’archéologie, l’économie, l’histoire, la sociologie, l’écologie humaine et l’étude des transformations sociales. Elle propose également des programmes de développement et de conservation écologique. Enfin, la School of Social Sciences coopère avec différents instituts, laboratoires et universités internationales dont l’EHESS de Paris, le CIRAD de Montpellier et l’Institut Français de Pondicherry.

Programme

Ouverture des Ateliers (Mercredi 01 mars 2006)

Matinée 9h30-12h45

Accueil des participants
Présentation de l’AJEI par sa présidente Julie Baujard.
Présentation du programme des ateliers par les organisateurs.
Introduction du thème.

Après midi 14h15-17h30

Tour de table: Présentation par chacun des participants de leurs recherches.

Séminaire Chercheurs et Jeunes Chercheurs (Jeudi 02 Mars 2006)

Matinée 9h15-12h30

– M. LABORDE, histoire, Université Aix-Marseille 1 : Les conflits entre hindous et musulmans en Inde de la partition aux années 80 : approche et méthodes [PDF]

– C. SIMON, Anthropologie, EHESS Toulouse : Les vertus émancipatrices de la philosophie de Sant Ravidass dans la lutte contre l’intouchabilité. A partir de l’étude des disciples contemporains du Dera de Ballan, Jalandhar District, Pendjab [PDF]

– N. LAINE, Anthropologie, EHESS Paris : Hindouisme et domestication animale : Les éléphants dans les fêtes de temples au Kerala [PDF]

Après midi 14h00-16h00

– G. SCHLEMMER (CEIAS), Anthropologie : Réflexions sur le mode de construction d’une religiosité dans le rapport à l’Autre : le cas des Kulung (Népal).
Discussion
– L. PORDIE (IFP), Anthropologie : Bouddhisme, médecine et identité politique : quelques réflexions sur les usages sociaux de la religion en Inde Himalayenne.
Discussion

16h30-17h30 – Ateliers méthodologiques

– A. GARANDEAU (Géomatique, IFP) – Présentation de la géomatique et de ses utilisations possibles en sciences sociales.

Journée Franco-Indienne : Espace, religion et société en Asie du Sud. (Vendredi 03 Mars 2006)

9h30-10h00 – Remarques de bienvenue

R. GURUKKAL (Directeur de la School of Social Sciences, Kottayam)
Dr. Jancy JAMES (Vice chancelière de l’Université Mahatma Gandhi)
Dr. K.K. UNUSKUTTY (vice chancelier adjoint de l’Université Mahatma Gandhi)

10h15-13h00 – Session I

Président Dr. Laurent PORDIE, anthropologie (IFP)

– Mr. P. MADHU, SSS, MGU : Construing Divinity from Social Relations: The Case of Malleeswaran

– A. BUISSON, doctorante géographie, Université d’Aix-Marseille 1 : Literacy and religion. Some geographical links [PDF]

– Mr. A. MATHEW (SSS, MGU) – Making sense of sacred geography: the case of Tiruvallal.

Après midi 14h30-17h00 – Session II

Président Mr. Sanal MOHAN (SSS)

– P-Y. TROUILLET, géographie, Université Bordeaux 3 : Murukan and the Tamil Nadu (South India). A geographical approach to a Hindu divinity. [PDF]
Discutant: R. DELAGE

– L. GAYER, Sciences politiques, IEP Paris, CSH Delhi : Les trajectoires de sécularisation de l’islam contemporain en Asie du Sud.

17h15-17h30 – Session finale et clôture du séminaire

19h45-20h30 – Réunion AJEI

Discussion autour de l’association, de son fonctionnement et de ses objectifs ainsi que de l’organisation des prochains ateliers.

 Ateliers (Samedi 04 Mars 2006)

09h30-13h30

Trois ateliers en place : ” Connaître et utiliser les sources et les outils en sciences sociales ”

– Atelier A : R. DELAGE (Géographie) : Comment gérer la pluralité des sources d’information sur son terrain ?

– Atelier B : B. RIPERT (Anthropologie-Géographie) : Appréhender la question religieuse selon différentes disciplines, à partir de l’exemple des conversions religieuses au Népal.

– Atelier C : B. SEBASTIA (IFP, Anthropologie) : Présentation et projection d’un film ethnographique sur la possession au Tamil Nadu : Les rondes de saint Antoine : Culte, affliction et possession à Puliyampatti (2004, 32 min.).

15h-17h Séminaire Jeunes Chercheurs

– C. BRUN, anthropologie, EHESS Toulouse : ‘Les nourritures sacrées’ : circulation des bénédictions et rassemblements communautaires dans une secte musulmane ismaélienne en Inde (daudis bohras).

– A. AVDEEFF, anthropologie, EHESS Toulouse : Rassembler au-delà des clivages religieux ? Stratégie et processus d’adaptation d’un nouvel acteur sur la scène religieuse indienne. [PDF]

19h15 – 20h30 – Clotûre des Ateliers

Bilan par les organisatrices

Table ronde : bilan et commentaires des participants.
Dîner de clôture

Journée Facultative (Dimanche 05 Mars 2006)

Sortie en bateau sur le lac Vembanad, qui relie Kottayam et Alapuzha.

 

 



Cite this blog post
ajei (2012, July 12). AJCSS 2006 | Kottayam. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved June 21, 2024, from https://doi.org/10.58079/axdz