Développer son réseau

Les centres de recherche français

De tous les pays d’Asie du Sud, seule l’Inde est dotée de centres de recherche français. Ces derniers situent leur recherche dans une perspective nationale mais peuvent également accueillir des chercheurs travaillant sur d’autres pays d’Asie du Sud.

L’Institut Français de Pondichéry

http://www.ifpindia.org
L’Institut Français situé à Pondichéry a été fondé en 1955. Il est célèbre pour son département d’indianisme qui possède un important fonds documentaire. Le département des sciences sociales a été créé en 1988. Par nature multidisciplinaire, il allie démographie, anthropologie, économie, droit, sciences politiques, géographie et épidémiologie spatiale au sein des différents programmes de recherche qu’il coordonne. L’institut accueille des étudiants en master, doctorat ou post-doctorat ; de nombreux membres de l’AJEI y sont passés.
Pour les programmes en cours au sein du département des sciences sociales : http://www.ifpindia.org/-Sciences-sociales-.html

Institut Français de Pondichéry
Département des sciences sociales
11, St Louis Street
605 001 Pondicherry
Tél. : + 91 (413) 233 4168
Fax : + 91 (413) 233 9534
e-mail : ifpinfo@ifpindia.org

Le Centre de Sciences Humaines

http://www.csh-delhi.com
Créé en 1990 à New Delhi, le Centre des Sciences Humaines s’est spécialisé depuis 1995 dans l’étude de l’Inde contemporaine. Economie, sciences politiques, relations internationales, droit international, géographie, sociologie, anthropologie sont les différentes disciplines représentées. Le Centre des Sciences Humaines accueille également des doctorants et post-doctorants. Il fournit plusieurs types de bourses et peut être un bon endroit pour rencontrer d’autres chercheurs et conduire des recherches sur Delhi et le nord de l’Inde.
Pour avoir un aperçu des différents programmes de recherches en cours : http://www.csh-delhi.com/programs/research.php

Centre de Sciences Humaines
2, Aurangzeb Road
New Delhi 110 011
Tél. : +91 11 30 41 00 70
Fax : +91 11 30 41 00 79
e-mail : info@csh-delhi.com

L’Ecole Française d’Extrême Orient

http://www.efeo.fr/presentation/pondi.shtml
L’EFEO a pour mission la recherche et la formation à la recherche, principalement par le travail sur le terrain dans toutes les disciplines qui se rapportent aux civilisations de l’Asie, principalement de l’Asie du Sud. Elle regroupe des chercheurs orientalistes : anthropologues, archéologues, architectes, historiens, historiens de l’art, linguistes, philologues et spécialistes d’épigraphie. Par tradition, l’EFEO est attachée à l’étude des sources (archéologiques, écrites ou orales) et exige de ses chercheurs la connaissance des langues vernaculaires écrites ou parlées. En Inde l’EFEO possède un centre à Pondichéry et une antenne à Pune. Les domaines sur lesquels travaillent les chercheurs du centre EFEO sont ceux du sanskrit d’une part, du tamoul et du télougou pour les langues dravidiennes d’autre part, ainsi que ceux de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Même si les sciences sociales ne constituent pas sa priorité, l’EFEO y est ouverte et fournit des bourses de terrain pour les jeunes doctorants et post-doctorants.

École Française d’Extrême-Orient
Centre d’Indologie
P.O. Box 151
16-19 rue Dumas
605 001 Pondicherry
Tél. : +91 (413) 233 45 39 ou +91 (413) 2225689
Fax : +91 (413) 233 08 86
email : dominic.goodall@efeo.net ou administration@efeo-pondicherry.org

Les universités indiennes

Il est essentiel de mettre les pieds dans les universités indiennes. C’est là que vous rencontrerez vos collègues indiens et pourrez nouer des relations importantes pour votre recherche en cours et à venir. Qui plus est, généralement situés dans la nature, les campus indiens sont des endroits fort agréables où il est délicieux de flâner.
Allez visiter la section la plus proche de votre discipline. Attention, tous les départements indiens ne sont nécessairement équivalent aux nôtres. Souvent, par exemple, les départements d’anthropologie ne sont que d’un faible intérêt car est pratiquée l’anthropologie physique, comme à la fin du XIXe siècle ; la même incompréhension peut survenir en ce qui concerne la géographie. On peut néanmoins trouver localement dans les sections de sociologie, de sciences politiques, des chercheurs beaucoup plus proches de nos démarches, comme l’enquête de terrain.
Si au gré des hasards, vous pouvez faire des rencontres intéressantes, il reste néanmoins plus simple et souvent plus productif de passer par des tierces personnes qui font déjà partie d’un réseau de recherche familier. On peut notamment tirer partie du réseau des chercheurs indiens invités chaque année par la MSH (Paris). Pour cela, il suffit de contacter les responsables de ce réseau : après Gilles Tarabout, ce sont Véronique Bouiller et France Bhattacharya qui en ont à présent la charge. La liste des invités de la MSH est régulièrement répercutée sur le forum « Actualités » de l’AJEI.
Il faut savoir qu’en Inde, les rapports entre professeurs et élèves sont nettement plus hiérarchisés qu’ils ne le sont en France. S’il est possible d’avoir des échanges directs avec un chercheur en France, il est important, en Inde, de faire preuve d’une grande déférence envers les professeurs, et ce quelque soit votre niveau d’études. Voici quelques règles de bienséance qui paraîtront aller de soi pour beaucoup d’entre vous, mais on ne sait jamais…

  • Prise de rendez-vous
    Il n’est pas nécessaire de contacter un professeur indien avant d’être en Inde car il est rare d’obtenir un rendez-vous à distance (vous vous rendrez compte qu’ils répondent assez peu à leurs emails). En revanche, une fois en Inde, il est essentiel de prendre rendez-vous au préalable : se pointer à l’université sans rendez-vous ferait mauvais genre et vous risqueriez de rentrer bredouille.
    Soyez plutôt plus formel que pas assez, cela sera apprécié. Le premier contact peut se faire par email mais nous vous conseillons de ne pas attendre la réponse, qui ne viendra peut-être (sûrement) jamais, et d’appeler quelques jours plus tard.
    N’oubliez pas, qu’en Inde, il est essentiel de venir de la part de quelqu’un d’autre. Les contacts avec les chercheurs français que vous aurez pu obtenir avant votre départ seront essentiels pour cela. Venir de la part de l’un d’entre eux permettra d’ouvrir beaucoup de portes. Petit à petit vous vous ferez ensuite un carnet d’adresses personnel.
  • Présentation de soi
    Présentez-vous dans une tenue soignée. Vous n’êtes pas sur le terrain, mais dans un milieu académique. Évitez donc les tenues décontractées. Dans un lieu de recherche, on attend de vous une image différente de celle du touriste. Pour les hommes chemise et chaussures de ville, pour les femmes la décence de la tenue seront appréciés. Présentez-vous en donnant votre carte de visite (voir plus loin) et en rappelant de la part de qui vous venez.
  • Après le rendez-vous
    N’hésitez pas à remercier votre interlocuteur par un petit mot, ou un email, et tenez-le au courant de vos recherches, c’est toujours sympathique.
  • Rencontrer des élèves
    Rien de plus facile, il suffit de traîner un peu sur les campus, d’aller jouer au cricket, de suivre des cours ; les étudiants indiens sont toujours très accueillants et feront preuve de curiosité à votre égard.
  • Présenter vos travaux
    Si vous avez un bon contact avec un professeur, proposer de présenter vos travaux peut être une idée. Il n’est pas certain qu’il accepte, mais dans le cas contraire ce sera un bon échange et une expérience très enrichissante.
  • Trouver un interprète
    Les contacts au sein d’une université ou d’un institut local peuvent aussi s’avérer très utiles pour trouver un interprète. L’idéal est d’en parler à un professeur indien de confiance, qui vous indiquera une personne compétente. Ce n’est pas une garantie mais cela peut éviter de commencer à travailler avec un interprète peu efficace. En revanche un interprète diplômé pourra estimer mériter une rémunération élevée, parfois supérieure à votre budget ; à vous de négocier.

Les Alliances françaises

http://www.afindia.org/delegation/intro.htm
Allez faire un tour sur le site des Alliances françaises en Inde. S’il s’en trouve une dans la ville où vous faites votre terrain, ou proche de celui-ci, c’est souvent un endroit plein de ressources. Qu’il s’agisse des rencontres que vous pourrez y faire (et pourquoi pas dégotter là-bas un interprète francophone…), des événements culturels qui y ont lieu, de la bibliothèque, des infos en tout genre… De même à défaut, leurs équivalents britanniques et allemands, les British Councils et les Max Muller Bhavan, sont des lieux très ouverts et riches en informations.



Cite this blog post
ajei (2013, January 21). Développer son réseau. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved April 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/axf4