Loger loin, près ou sur son terrain ?

A priori, l’idéal est de loger près de son terrain, car cela vous permettra d’avoir, en plus des rencontres liées directement à votre recherche, des interactions d’une autre nature. Vivant dans le même quartier que les gens sur lesquels vous travaillez, ou dans le lieu que vous étudiez, vous devenez un acteur à part entière du système et vous aurez l’occasion de faire des observations (indirectes) qui enrichiront votre recherche, qui amélioreront votre compréhension de la situation. Vous pourrez facilement inviter les gens à passer chez vous, et vous faire inviter chez eux, pour boire un thé, une bière ou un whisky… Vous serez là, on pensera plus facilement à vous, à vous prévenir lors d’un événement imprévu que si vous habitez à une heure du lieu de votre enquête. Bref, vous serez vraiment immergé.
Cela étant dit, il n’y a pas de règle stricte et il faut avant tout vous connaître, savoir quelles sont vos limites et ne pas vous imposez une situation que vous jugeriez intenable (car trop isolé(e), ou au contraire pas assez et donc trop sollicité(e) par votre entourage). Parfois, il peut être préférable de rentrer le soir chez soi où vous retrouverez d’autres personnes, aurez l’occasion d’échanger sur vos expériences du jour, et de recharger les batteries, que de s’imposer de vivre en permanence sur un terrain qui ne vous convient pas.

Le logement chez l’habitant

C’est certainement la meilleure solution pour rentrer rapidement dans le vif du sujet, pour apprendre toutes les petites choses que l’on n’aurait jamais pensé demander. Lors des différents contacts que vous établirez avant de rejoindre votre terrain ou une fois sur place, on vous offrira certainement une chambre, voire plus, à louer ou simplement à partager. Si vous êtes curieux de découvrir tout ce qui vous entoure, vous n’êtes pas les seuls et les Indiens apprécieront souvent d’en savoir également un peu plus sur vous, votre famille, votre pays, votre culture ; ne ratez pas l’échange. De plus, il n’y a pas que la recherche, alors de temps en temps, sachez profiter simplement de ce qui vous entoure. Dans tous les cas n’hésitez jamais à discuter, ce n’est pas du temps perdu, au contraire. Cela vous permettra, si le contact est bien passé, d’avancer ensuite beaucoup plus vite, de laisser peu à peu vos idées toutes faites de côté et de commencer vraiment votre métier de chercheur.

Chez quelle caste loger ?

Relations de caste : s’installer, c’est aussi entrer dans une catégorie bien précise. Vous serez identifié au groupe auprès duquel vous dormez. Rien d’irrémédiable, mais il faut bien y réfléchir en fonction de votre sujet.

Les invitations

Certaines familles ont du mal à s’offrir trois repas par jour… Vous aurez à gérer en permanence la différence de richesse monétaire. Ne refusez pas pour autant les invitations, accueillir un étranger est souvent une source de prestige. Gérez au mieux ce que vous pouvez apporter aux familles, en pensant que les voisins calculent tout : les conflits de jalousies et les rancœurs sont quotidiens !

Louer un appartement ou une maison

Il n’est pas évident (voire compliqué) de loger chez l’habitant quand on travaille en ville. Et rester à l’hôtel pendant deux mois ou davantage risque, en plus d’être coûteux, d’être vite pas très sympa… C’est quand même bien agréable de pouvoir se faire à manger, inviter des gens, vivre dans un espace dépassant l’unique chambre, bref, se sentir chez soi.

Si vous ne l’avez pas fait avant de partir, vous pouvez contactez les centres de recherche français en Inde (CSH et IFP) si vous êtes dans leur secteur (Delhi et Pondichéry). S’il existe une Alliance française dans votre ville, cela peut être un moyen de faciliter votre recherche. Il n’est pas impossible du tout de trouver une colocation pour quelques mois.

Les ONG

Elles ont souvent des bâtiments dans certains villages, mais cela nécessite de rencontrer le directeur de l’ONG, généralement installé en ville. Comme dans le cas d’un logement chez l’habitant, vous serez alors perçu en fonction des relations qui existent entre l’ONG et les villageois.

Dans les hôtels et les guest houses

Si l’endroit est suffisamment important, vous en trouverez sans problèmes, et même dans les villages, vous serez assez souvent surpris de trouvez une petite guest house. Certes, le confort sera parfois rustique mais en attendant de trouver mieux, c’est très pratique. Le prix défie souvent toute concurrence, rarement plus de 50 roupies la nuit (dans l’Inde rurale).

Hôtels pour étudiants, travailleurs, guest houses, hôtels gouvernementaux

Les différents cadres de l’administration indienne sillonnent régulièrement les campagnes. Pour les recevoir, il existe tout un réseau de guest houses ou d’hôtels gouvernementaux. Les travelers bungalows : s’adresser au Public Work Department (PWD) pour savoir s’il y en a un près de votre terrain mais également pour avoir l’autorisation d’y résider. Les conditions sont souvent les suivantes :

  • que l’hôtel soit libre,
  • que votre séjour ne dépasse pas une certaine durée (variable selon les endroits).

Pour les étudiants ou les travailleurs, il existe de nombreux tourism homes et youth hostels. Y être hébergé est souvent très facile mais ils ne sont pas toujours au centre ville. Le prix dans tous les cas est plus que raisonnable (entre 20 et 50 roupies), mais le confort varie d’un endroit à l’autre.

Young Men Christian Association/Young Women Christian Association

Peut-être une bonne option : prix très abordable, et souvent pas mal de services sur place, comme une cafétéria, un salle Internet, une église (évidemment), bref, de la convivialité (chrétienne !).



Cite this blog post
ajei (2013, January 21). Loger loin, près ou sur son terrain ? AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved April 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/axf6