Un assistant de recherche

Dans certaines recherches, l’aide d’un assistant pourra être utile voire nécessaire. Pour trouver cette personne, vous devez bien clarifier vos besoins, puis partir à sa recherche et enfin négocier les termes de votre contrat avec elle.

Relations avec son assistant

La qualité de la collecte des données repose en partie sur la qualité de votre relation avec l’assistant. Si vous êtes diplômé d’une bonne école, l’assistant n’est pas pour autant stupide : c’est le premier point. Il a souvent déjà travaillé avec d’autres chercheurs, et a en tout cas une bonne connaissance du milieu local. Considérez-le comme un employé et vous aurez les infos qu’un employé peu motivé peut donner à son patron ! Soyons clair, l’assistant calcule lui aussi : pourquoi griller ses contacts pour un étudiant qui le considère peu et avec lequel il n’a que peu de rapports ? Ecoutez-le, il n’est pas une simple machine à traduire ou à collecter des données.
Les rapports que vous tisserez et ce que vous en tirerez dépendent de ce que vous lui donnez, de ce que vous investissez dans cette relation. L’assistant connaît le bénéfice que vous allez retirer des informations qu’il va vous fournir : s’ils sont souvent très contents qu’on s’intéresse à leur culture, ils peuvent être aussi dérangés par une personne présente deux mois et cherchant à remplir sa grille le plus vite possible sans se soucier d’autre chose.
Surtout, évitez au maximum d’entrer en conflit avec lui en public… En cas de problèmes, n’oubliez pas que la communication est souvent à l’origine de vos soucis, et pensez d’abord que cela vient peut-être de la manière dont vous avez expliqué les choses à votre assistant. S’il y a un vrai souci, vous pouvez mettre un terme à votre collaboration cordialement, et chercher à travailler avec quelqu’un d’autre.
Vous passerez du temps avec lui, vous mangerez ensemble, vous dormirez avec lui peut-être. Il est nécessaire d’avoir une relation respectueuse. Vous deviendrez peut-être des amis.
N’oubliez pas que vous n’êtes que de passage, que d’autres vous suivront peut-être. L’assistant vous présente partout, supporte vos gaffes, vos mauvaises manières, vos diarrhées, vos refus de boire de l’eau, des réflexions sur l’Inde qui peuvent le heurter (c’est sale, c’est comme si, c’est comme ça…). Il s’investit souvent beaucoup plus que vous ne l’imaginez. Pensez à renvoyer un mot, une carte postale, des photos, bref, une attention une fois votre retour en France.
Tout cela relève du bon sens, mais il n’est pas inutile de le rappeler.
Il n’y a donc pas de recette miracle pour établir une parfaite synergie entre votre assistant et vous-même. L’amitié est une clé importante de la réussite de votre travail, et peut s’avérer parfois d’une aide très précieuse lors des coups durs. Sachez cependant garder la distance nécessaire dans cette relation qui est professionnelle avant tout. Vous êtes tous les deux là pour bosser, pas pour passer la journée à discuter en buvant du chai… Cette relation humaine toute particulière, car elle met en jeu le travail, l’amitié, et souvent le stress de l’efficacité, dépend donc d’un savant dosage humain, qui pourra déboucher sur la coopération la plus sommaire comme sur la véritable alchimie.

Quelles sont les compétences requises ?

Tout d’abord, quelles compétences recherchez-vous ? Êtes-vous à la recherche d’une personne

  • qui connaisse bien les lieux ?
  • qui soit familiarisée avec la population que vous étudiez ?
  • qui connaisse avant tout bien la ou les langues (qu’il soit notamment capable de la lire) ?
  • qui se charge de collecter des données administratives ?

Ensuite cernez bien les qualités humaines qui seront nécessaires à votre recherche :

  • Avez vous besoin d’une personne qui devra s’adapter à des milieux très différents ?
  • De quelqu’un qui devra physiquement tenir le coup pour crapahuter avec vous ?

Suivant les sujets, les personnes que vous souhaitez rencontrer, il peut être plus intéressant de travailler avec une assistante, mais sachez que sa mobilité peut être plus réduite. Si vous travaillez avec un assistant du sexe opposé, évitez et désamorcez dès que possible, si cela se produit, les rumeurs. Sachez qu’il n’est pas nécessaire de travailler avec quelqu’un de diplômé. Souvent les étudiants d’université rechigneront à aller sur des terrains ruraux ou difficiles, car pour beaucoup cela représente un retour en arrière dans leur parcours qu’ils n’apprécient guère.

Questions de traduction

Pensez également aux problèmes posés par la traduction : souvent, un assistant ne traduira pas tout, mais plutôt vous proposera une interprétation, pour vous faire bien comprendre, vous aider. Il s’agit de critères à prendre en compte. C’est à vous de lui dire quel type de traduction vous souhaitez (du mot à mot, auquel cas il interrompra l’interviewé très fréquemment, et non après dix phrases), comment vous souhaitez qu’il travaille (prise de notes). Il faut consacrer du temps à bien faire comprendre à votre traducteur quel type de données vous recherchez. S’il s’agit d’entretiens semi-directifs voir non-directifs, il vous faudra penser à enregistrer l’entretien et à le réécouter ensuite avec votre interprète, qui aura préféré laisser parler l’interviewé pour ne pas interrompre le cheminement de sa pensée, que de le couper, au risque de laisser passer des éléments du discours.

Où trouver cette personne ?

Pour favoriser une telle rencontre, contacter les institutions citées précédemment, les étudiants et les professeurs de « Colleges » et d’universités. Faites aussi confiance au bouche-à-oreille.

Quelques pièges sont quand même à éviter. Ainsi, soyez attentifs, aux personnes qui

  • pleines de bonne volonté, voudront faire la recherche à votre place
  • voudront simplement être vues en votre compagnie et, passé le stade de l’expérience, vous laisseront tomber
  • ne seront pas à l’aise avec votre sujet ou la population que vous étudiez, et risquent par conséquent de se comporter à leur égard de façon agressive ou méprisante, ce qui vous nuira
  • sont uniquement intéressées par la possibilité d’un gain financier
  • prétendent tout savoir.

Comment rémunérer la personne ?

Evitez de parler salaire avant d’être sûr que la personne vous convienne, cela vous évitera de dépenser de l’argent pour un résultat décevant. Le salaire dépend avant tout du travail que vous effectuerez ensemble, il peut aller du simple remboursement des frais (transport, repas…) au salaire mensuel (3 000 à 6 000 roupies) en passant par le salaire journalier (100 à 500 roupies).

La rédaction d’un contrat peut être nécessaire, surtout pour laisser à votre collaborateur-trice une trace du travail effectué. Si vous ne savez pas comment rédiger votre contrat, vous pouvez demander au CSH ou à l’IFP des modèles du genre, ils en ont.

Ce contrat peut être accompagné d’un certificat (To Whom It May Concern) où vous qualifiez, à l’issue de votre enquête, la qualité du travail fourni par votre assistant-e. Il-elle pourra ensuite s’en resservir pour vanter ses mérites auprès d’autres étudiants/chercheurs.

La question d’un assistant n’est pas forcément évidente et dépend beaucoup de votre terrain. N’en faites pas un impératif préalable au terrain. Il est parfois préférable de démarrer sa recherche seul et ensuite, au sein du groupe étudié, de trouver certains interlocuteurs privilégiés, ou un assistant sur place. C’est ce que font beaucoup de chercheurs.



Cite this blog post
ajei (2013, January 21). Un assistant de recherche. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved May 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/axf8