Après le terrain

Garder contact

Un mail, une lettre avec quelques tirages photos, une carte postale de votre coin, sont autant de gestes qui seront très appréciés des gens qui vous ont accueilli, souvent très généreusement. Vous verrez que l’on vous en reparlera si d’aventure vous étiez amenés à revenir sur votre terrain.

Resumer sa recherche en anglais

Partager sa recherche avec les personnes sur lesquelles on a travaillé n’est pas forcément évident, pas tout le temps possible. Il faut se poser la question des effets que peut produire votre recherche sur votre terrain et sur vos relations futures avec vos interlocuteurs. Mais si cette réflexion vous amène à conclure que vous pouvez partager votre travail, alors il faut le faire ! Si vos interlocuteurs lisent l’anglais et qu’ils sont intéressés par vos recherches, essayez de prendre le temps, une fois votre mémoire terminé, d’en faire un résumé en anglais, que vous pourrez leur faire parvenir par Internet, ou, idéalement, leur remettre à la prochaine rencontre. Les réactions qu’il peut provoquer sont un terrain en soi. Votre travail peut être utile aux personnes sur lesquelles vous avez travaillé, ils comprendront mieux ce que vous faites, on peut même vous proposer de le publier.
Bon terrain et n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques sur cette rubrique afin de l’améliorer !

Diffuser votre mémoire

En devenant membre de l’AJEI, vous pourrez mettre en ligne sur notre site votre mémoire et donner ainsi une meilleure visibilité à votre recherche.



Cite this blog post
ajei (2013, January 30). Après le terrain. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved April 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/axfd