AJCSS 2008 | Shillong

Environnement naturel et sociétés : Pratiques, gouvernance et transformations de la nature en Asie du sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 15/02 – 20/02/2008

North-Eastern Hills University (NEHU), Shillong

Organisation : Nicolas LAINÉ, François-Xavier ÉCHAPPÉ

Partenaires : North-Eastern Hills University, CEIAS-EHESS, Centre de Sciences Humaines, Institut Français de Pondichéry, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Présentation

Pour ces 11èmes Ateliers de l’AJEI, nous voudrions lancer une réflexion pluridisciplinaire autour des relations homme/nature en Asie du Sud. Notre intention est d’ouvrir des débats méthodologiques, épistémologiques et théoriques autour des différentes façons dont l’homme se pense dans son environnement naturel, et agit sur celui-ci.
Les discussions seront articulées autour de trois axes qui nous permettront d’envisager différentes modalités d’interactions entre les systèmes écologiques et les systèmes sociaux dans l’espace sud-asiatique : les « savoirs naturalistes locaux » (traditional ecological knowledge) ; les enjeux de la gouvernance environnementale ; les conséquences de la transformation des milieux par l’homme.

Les savoirs naturalistes locaux
Depuis le sommet de Rio (1992), et la Convention sur la Diversité Biologique (1996), l’expression « savoirs naturalistes locaux » fait autorité pour traduire en français l’expression anglo-saxonne « traditional ecological knowledge ». Elle désigne un ensemble de savoirs et de pratiques sur la nature mis en œuvre par les populations locales.
D’une part, nous souhaiterions rendre compte de la richesse et de la diversité des savoirs naturalistes locaux en Asie du sud. Les hommes qui possèdent ces savoirs mobilisent des connaissances, des postures et des gestes, des outils, qu’ils combinent entre eux de manière à obtenir un résultat désiré. Les savoirs naturalistes locaux s’expriment ainsi en des processus d’opérations complexes qui à la fois respectent des contraintes écologiques, et qui sont le fruit de choix sociétaux. En tant que systèmes de connaissances spécifiques sur le monde, ces savoirs témoignent d’un rapport singulier avec l’environnement naturel, et plus généralement de manières originales d’être au monde.
D’autre part, les recherches récentes menées sur les savoirs naturalistes locaux montrent qu’ils peuvent servir d’outil d’analyse et d’évaluation des politiques de gestion et de conservation des ressources ; ils peuvent dans certains cas remettre en cause ces mêmes politiques.
Aussi des propositions de communication, s’appuyant sur cette conception des savoirs naturalistes locaux en tant qu’objet de conservation, seront-elles examinées avec intérêt. On pourra par exemple s’attacher à montrer l’impact des actions des populations sur la nature, et à évaluer la durabilité de leurs pratiques.

Gouvernance de la nature
En Asie du sud, le mouvement de protection et de conservation des ressources naturelles et de la biodiversité trouve son écho dans nombre de régions du sous-continent. Nous désirons soulever ici la question de l’émergence et de la mise en place de projets de conservation, ainsi que de leurs conséquences sur le terrain, à différentes échelles, pour l’ensemble des acteurs.
En proposant de nouvelles approches, à la croisée des sciences humaines et des sciences naturelles, les recherches actuelles insistent sur la nécessité d’enquêtes pluridisciplinaires incluant les dimensions socio-économique, culturelle, politique, religieuse et écologique des projets. Ces enquêtes ont également montré que la prise en compte des représentations de la biodiversité par tous les acteurs concernés (ONG, autorités locales, populations impliquées, etc.), l’étude des relations que nouent ces acteurs entre eux, et celle de leurs interactions avec les espèces et les systèmes écologiques, sont autant de facteurs d’analyse qui permettent de saisir dans leur ensemble l’élaboration de tels projets (M. Roué, 2003).
Les propositions de communication relatives à cet axe pourront ainsi présenter des recherches portant par exemple sur la création et/ou l’extension de parcs nationaux, la mise en place de projets d’éco-tourisme, l’élaboration de programmes de protection d’une ou de plusieurs espèces, etc : quels sont les enjeux liés à ces programmes de conservation ? quels sont les logiques et les intérêts des différents acteurs qui y participent ?

Transformation du milieu et recompositions socio-spatiales
Hors du champ de la protection de la nature, les actions de l’homme sur son environnement conduisent également à la redéfinition des espaces habités. Le développement industriel et économique du sous-continent indien – l’expansion urbaine, les nouvelles mises en culture, la construction de grandes infrastructures (barrages hydrauliques, gazoducs, infrastructures routières) – ont des conséquences sur les relations que les groupes sociaux sud-asiatiques entretiennent avec leur territoire.
Les programmes de développement sont en effet à l’origine de mouvements de population contraints ou volontaires, qui se traduisent par de nouvelles pratiques spatiales : mobilités saisonnières, migrations permanentes, bi-résidence, installation à la périphérie des villes, etc.
Le cas de l’espace urbain est encore plus complexe puisque son expansion peut être vue à la fois comme un empiètement sur l’espace naturel, et comme une incorporation de la nature à la ville, en fonction de politiques environnementales et urbaines plus ou moins harmonieuses.
Les propositions pourront ainsi porter sur les relations entre environnement naturel et nouveaux espaces, émergents ou en développement. On pourra aussi interroger la manière dont les transformations de l’environnement par l’homme influent sur la composition et les comportements des groupes sociaux qui peuplent ces territoires.

D’une manière transversale, les communications portant sur des situations dans lesquelles s’expriment et se rencontrent différentes pratiques et représentations de la nature seront privilégiées.

Ces ateliers ont également la vocation de mettre en avant les approches pluridisciplinaires récentes permettant d’appréhender les interactions entre l’homme et son environnement en Asie du sud. Les différentes communications nous permettront de nous interroger sur les outils méthodologiques permettant d’aborder l’observation et l’analyse de groupes sociaux pour lesquels l’environnement est au centre de dynamiques et d’enjeux identitaires, sociaux, politiques et économiques.

Programme

Vendredi 15 février : Accueil des participants

Lieu: Guest house North- Eastern Hills University (NEHU), Shillong.

Samedi 16 février: Ouverture des 11èmes Ateliers

Lieu: auditorium NEHU

Matin

– Discours de bienvenue
– Présentation de l’AJEI (Bertrand LEFEBVRE, webmaster de l’AJEI)
– Présentation des onzièmes ateliers de l’AJEI par les organisateurs (Nicolas LAINÉ, François- Xavier ÉCHAPPÉ)

Pause thé

– Table ronde : présentation des participants et de leur sujet de recherche (bref exposé de la recherche en cours)

Déjeuner

Après-midi

– Table ronde (suite)

Pause thé

– Table ronde (suite et fin)

Dimanche 17 février : Ateliers thématiques

Lieu : NEHU

Matin

– Atelier 1 : Approche ethno-historique de l’environnement en Asie du sud. Raphael ROUSSELEAU (CEIAS /Musée du Quai Branly, Paris) et Samuel BERTHET (CSH, New Delhi).

– Atelier 2 : Recompositions socio-spatiales et leurs implications sur l’appartenance communautaire. Interdisciplinarité dans l’étude et la prise en compte des facteurs exogènes. Salomé DEBOOS (EHESS-Paris).

Déjeuner

Après-midi

– Atelier 3 : L’interdisciplinarité, une nécessité pour aborder les questions d’environnement. Joëlle SMADJA (« Milieux, sociétés et cultures en Himalaya » U.P.R 299-CNRS ; membre du projet ANR « Autour du Brahmapoutre »).

– Atelier 4 : Tanka B. SUBBA (NEHU)

Soir

Projection et animation d’un débat autour du film « Eaux douces, eaux amères » de Nicolas PLOUMPIDIS et Nathanaël COSTE par K. ANUPAMA (IFP, Pondichéry).

Lundi 18 février: Journée d’étude : Environnement naturel et sociétés

Lieu : grand auditorium NEHU

Matin : Séminaire International (anglais)

– Inauguration du séminaire par R. KHONGSDIER (directeur du département d’Anthropologie, NEHU)

Forest conservation, property rights and incentives in the Central Himalaya: a research project. Carine SEBI (GAEL, Grenoble, CSH, New Delhi)
discutant : Samuel BERTHET

Some trends in the way to view oneself as “community” in the context of globalization. The example of Padum in Zanskar region (Indian Himalaya). Salomé DEBOOS
discutant: Philippe RAMIREZ (« Milieux, sociétés et cultures en Himalaya » U.P.R 299 – CNRS ; membre du projet ANR « autour du Brahmapoutre »).

Pause thé

The Industrial Corridor’s environmental issues: the case of Gujarat. David KONG (IUED, Genève)
discutant: K. ANUPAMA

From Romantic Gaze to Scientific Interpretation (1854-1945). The British Perception of North-East ‘Megalithic Landscapes and Cultures’. Raphael ROUSSELEAU
discutant: Philippe RAMIREZ

Déjeuner

Après-midi : Séminaire Jeunes Chercheurs (français)

La géopolitique indienne de l’énergie. Sunith SOMAN (EHESS, Paris)
discutant: Lionel BAIXAS (CERI-Sciences Po Paris / CSH, New Delhi).

Les Mising : une tribu du fleuve Brahmapoutre (Assam). Impacts des pressions territoriales sur le mode de vie de la tribu mising. Emilie CREMIN (« Milieux, sociétés et cultures en Himalaya » U.P.R 299 – CNRS / LADYSS, Paris 8)

Pause thé

Les implications socio-économiques de la conservation. Le cas de la réserve de biosphère de Nanda Devi, Himalaya indien. Sarah BENABOU (CEIAS-EHESS, Paris)
discutant : Joëlle SMADJA

La relation des Gaddis à leur environnement (Himalaya indien occidental) : une perspective dynamique. Noëlle COUNORD (Université d’Aix-Marseille)
discutant : Nicolas LAINE (CEIAS-EHESS, Paris).

Mardi 19 février : Regards croisés sur le Nord-est-indien

Lieu : NEHU, salle de conférence

Matin : La spécificité du Nord-est indien (présentation de travaux et de recherches en cours)

Emilie ARRAGO (LAHIC- EHESS, Paris ; membre de l’ANR « Autour du Brahmapoutre »)
Samiran BORUAH (Assam State Museum, Guwahati ; membre de l’ANR « Autour du Brahmapoutre »).
Philippe RAMIREZ
Joëlle SMADJA

Déjeuner

Après-midi

Visite du « Don Bosco Center for Indigenous Cultures », Shillong.

Soir

Bilan des ateliers par les organisateurs et discussion avec l’ensemble des participants.
Dîner de clôture des onzièmes ateliers.

Mercredi 20 février : Excursion (sortie facultative)

Visite du site archéologique de Nartiang (Meghalaya).


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
ajei (July 12, 2012). AJCSS 2008 | Shillong. AJEI - Association Jeunes Études Indiennes. Retrieved July 14, 2024 from https://doi.org/10.58079/axe1