Category Archives: Current

Vacations géo Université d’Arras 2013-14

Le département de géographie de l’Université d’Arras recrute des enseignants vacataires pour des travaux dirigés (TD) pendant l’année universitaire 2013/2014 (1er semestre). Ces enseignements se dérouleront à Arras à partir du 9 septembre.

Licence 1 (semestre 1) 19,5h TD (12 x 1h30) Géographie de la France

Licence 2 (semestre 3) 24h TD (12 x 2 h) Mondialisation et espaces métropolisés

* Rémunération
Le taux brut horaire est le suivant :
– travaux dirigés (ETD) = 40,91 €

CV à envoyer rapidement par mail à corinne.luxembourg@gmail.com

STAKES 10/09/13 CEIAS

Introduction

La prochaine séance du séminaire STAKES aura lieu mardi 10 septembre 2013, de 10 à 12h, en salle 662. Cette séance de séminaire est organisée de manière conjointe avec l’équipe “Citoyennetés” (Représentations et pratique de la citoyenneté en Asie du Sud).

Cette séance accueillera Bertrand Lefebvre (IDEES – DENFREE Bangkok) dont la présentation s’intitule : “Droit à la santé et gouvernance urbaine : les services hospitaliers à Delhi”. Bertrand Lefebvre a soutenu sa thèse sur les services hospitaliers de Delhi en 2011 à l’Université de Rouen. Il est post-doctorant au sein du programme DENFREE (FP7-EU) depuis 2012. Il est actuellement affilié à l’UMR IDEES (CNRS) et à la School of Tropical Medicine of Bangkok.

Cette présentation sera discutée par Julie Vallée, chercheuse CNRS en géographie de la santé (Géographie-Cités, CNRS-Paris 1).

Le séminaire se déroule au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 190 avenue de France, Paris (métros : Bercy, Bibliothèque ou Quai de la Gare).

Présentation

“Droit à la santé et gouvernance urbaine : les services hospitaliers à Delhi”

Bertrand Lefebvre (IDEES, CNRS-Université de Rouen)

Discutante : Julie Vallée (Géographie-Cités, CNRS-Paris 1)

L’accessibilité et l’universalisation des services hospitaliers sont des enjeux majeurs de santé publique en Inde. De la planification hospitalière aux politiques de soutien au secteur privé, en passant par des programmes plus spécifiques ciblant les patients pauvres (p.ex. EWS, RSBY, MAMTA), l’objectif est d’améliorer l’accès aux soins hospitaliers pour l’ensemble de la population.
A travers une présentation des principaux résultats issus de ma thèse, je reviendrai sur la difficulté pour les différents acteurs publics et privés à atteindre cet objectif d’universalisation dans une métropole comme Delhi. Entre blocages institutionnels, ressources financières, foncières et humaines limitées, problèmes de coordination entre acteurs privés et publics, l’universalisation des soins hospitaliers révèle les travers d’une gouvernance urbaine imparfaite à Delhi. Les populations pauvres se trouvent face à un phénomène de double marginalisation : spatiale en étant éloignées des services hospitaliers et citoyenne face à leur exclusion de fait des programmes leur garantissant un accès aux services hospitaliers.
Cette présentation sera aussi l’occasion de discuter le rôle de concepts-clés (l’accès, la distance) et d’outils de la géographie (la carte, les SIG) pour aborder la gouvernance urbaine.

Offre de poste : chercheur en sciences sociales CSH Delhi

Le Centres des Sciences Humaines New Delhi (UMIFRE 20, MAE-CNRS) recrute un chercheur en Sciences Humaines et Sociales dans le domaine “coopération et action culturelle”.

Description de l’offre : Chercheur SHS CSH 2 2013

Sous l’autorité du Directeur du Centre, le chercheur a la responsabilité de :

a) mener, en partenariat étroit avec des institutions indiennes et françaises (centres de recherche, acteurs locaux, entreprises et administrations), un programme de recherche personnel dans un des domaines suivants : économie, géographie, science politique, sociologie, anthropologie, ou démographie;

b) contribuer à l’élargissement du réseau institutionnel du CSH et au développement de projets en collaboration avec des équipes indiennes et européennes ;

c) valoriser les travaux de cet axe à travers l’organisation d’ateliers et de séminaires, la publication d’articles dans des revues reconnues et d’ouvrages, etc.

d) assurer le suivi et l’encadrement des projets conduits dans cet axe y compris ceux des doctorants et des stagiaires;

Contacts :
Poste : Basudeb Chaudhuri : basudeb.chaudhuri@csh-delhi.com
MAE : Aude Debarle : aude.debarle@diplomatie.gouv.fr

 

Santé globale et globalisation de la santé

Présentation

Le Journal des anthropologues souhaite revenir sur le rôle des organisations internationales dans l’organisation planétaire de la santé, mais aussi sur celui des grands fonds philanthropiques (Global Fund, Ford, Gates ou historiquement la fondation Rockefeller), comme acteurs centraux des politiques. De même, une véritable anthropologie des acteurs à buts lucratifs de la santé, les grandes firmes pharmaceutiques et les milliers de prestataires privés (cliniques, pharmacies, échoppes africaines), reste à produire pour comprendre les mutations qui touchent les différentes sociétés face à la globalisation des normes et pratiques de santé. Moins qu’une anthropologie des organisations internationales qui est déjà en train de se faire, le journal des anthropologues souhaite privilégier une analyse des conséquences politiques de l’évolution des politiques mondiales de santé, corrélée aux idéologies qui les soutiennent.

Modalités de soumission

Les résumés des propositions (5 000 signes) sont à adresser par mail en format word avant le 1er décembre 2013 aux coordinateurs.

Les articles complets, d’une longueur maximum de 40 000 signes, avant le 1er mars 2014, avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues (afa@msh-paris.fr).

Publication : deuxième semestre 2014

Responsables scientifiques du numéro
Marie Bonnet : mbonnet@ehess.fr
Mathieu Caulier : matcaulier@gmail.com
Daniel Delanoë : daniel.delanoe@wananoo.fr

Plus d’informations sur Calenda.org

Carnets de soutenances

La revue Carnets de géographes souhaite contribuer à la visibilité des travaux de thèse de jeunes géographes ou chercheurs en sciences sociales soulevant un questionnement propice à la réflexion géographique.

Nous proposons un espace de publication en ligne pour des courts textes présentant les thèses de doctorats récemment soutenues.

Chaque texte comprend une présentation de la problématique, de la méthode de recherche et de l’aire géographique traitée (6 000 signes maximum, les cartes ou images étant acceptées en plus). N’hésitez pas à écrire votre carnet de soutenance si vous êtes intéressé par l’utilisation de ce nouveau tremplin pour les jeunes chercheurs !

Pour en savoir plus

Journée doctorale du CEIAS 2013

La journée doctorale du Centre d’Etude de l’Inde et de l’Asie du Sud aura lieu le mercredi 26 juin 2013, de 9h30 à 18h.

190-198 avenue de France – Paris 13e, 6ème étage, noyau A, salles 640 – 641

Programme

9h30 : Accueil des participants – café

Matinée – Présidente de séance : Aminah MOHAMMAD-ARIF (CNRS – CEIAS)

10h : Florence NOWAK (EHESS – CEIAS) La musique garhwali : circulations globales d’un répertoire himalayen
Discutante : Christine GUILLEBAUD (CNRS – CREM / LESC / CEIAS)

11h : Ingrid LE GARGASSON (EHESS – CEIAS) Entre savoir professional et discipline académique : la musique hindoustanie et ses différents contextes d’enseignement (Inde du Nord)
Discutante : Caterina GUENZI (EHESS – CEIAS)

12h – 13h30 : Buffet déjeuner servi au Centre (salle 641)

Après-midi – Présidente de séance : Blandine RIPERT (CNRS – CEIAS)

13h30 : Bérénice BON (Paris 10 – GECKO / CEIAS) Concevoir et financer une grande infrastructure de transport à Delhi : gouvernance, modèles urbains et ingénierie technique
Discutante : Stéphanie TAWA LAMA-REWAL (CNRS – CEIAS)

14h30 : Michaël BRUCKERT (Paris 4 – ENEC / CEIAS) Statut et spatialité de la viande dans l’espace public urbain. Le cas de Chennai
Discutant : Pierre-Yves TROUILLET (CNRS – CEIAS)

15h30 : Pause café

16h : Adrien BOUZARD (Paris 10 – LESC / CEIAS) De la lutte pour un statut rituel et politique à la conquête de l’espace urbain. Les bateliers de Bénarès
Discutante : Daniela BERTI (CNRS – CEH / CEIAS)

17h : Pot de clôture

Programme détaillé : Journée doctorale 2013 abstracts

Soutenance Christelle Brun 18/06/13

“De la caste marchande gujarati à la communauté religieuse fatimide : construction identitaire et conflits chez les daoudi bohras (ouest de l’Inde)”

devant un jury composé de :

M. Michel Boivin, Directeur de recherche, CEIAS EHESS (rapporteur)
M. Djallal G. Heuzé, Directeur de recherche CNRS, LISST EHESS Toulouse (directeur de la thèse)
M. Pierre Lachaier, Maître de conférences, EFEO
Mme Aminah Mohammad-Arif, Chargé de recherche CNRS, CEIAS EHESS
M. Harald Tambs Lyche, Professeur des Universités, Université d’Amiens Picardie (rapporteur)
Mme Galia Valtchinova, Professeur des Universités, Université de Toulouse II le Mirail

La soutenance aura lieu mardi 18 juin 2013 à l’Université de Toulouse II le Mirail, à 14h en salle du château.

Circuits financiers et production urbaine dans les Suds 03/06/13

Présentation

Géographie-Cités, le Laboratoire Techniques Territoires Sociétés (LATTS) et le Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS)
ont le plaisir de vous inviter à la première journée d’étude de l’ANR Finurbasie consacrée aux Circuits financiers et production urbaine dans les Suds, le lundi 3 juin 2013, de 10h à 17h30.

salle 640, 6ème étage (ascenseurs A) à l’EHESS – Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud

190-198 avenue de France, 75013 Paris

métro : Bibliothèque François Mitterrand (14), Quai de la Gare (6)

Programme

10h – Accueil

10h15 – Présentation de l’ANR Finurbasie : Natacha Aveline (CNRS, Géographie-Cités)

10h30 – Mylène Gaulard (Université Pierre Mendès France, CREG) : Une analyse marxiste de la bulle immobilière chinoise.

11h30 – Aurélie Varrel (CNRS, CEIAS) : L’argent des migrants et la production urbaine en Inde. Premiers éléments.

12h30 – Déjeuner

14h – Hortense Rouanet (Université Paris-Est, LATTS) : Promotion immobilière indienne et atterrissage du capital financier étranger : le repositionnement des promoteurs en tant qu’acteurs transcalaires territoriaux.

15h – Rodrigo Cattaneo Pineda (Université Paris 8 Vincennes Saint Denis, CREDA) : Les trois visages de la financiarisation à Santiago du Chili.

16h – Pause café

16h15 – Louise David (ENPC, LATTS) : La production immobilière de Mexico : entre financiarisation et construction territoriale. Une analyse de l’insertion du réseau financier transnational dans les marchés d’immobilier d’entreprise.

17h15 – Conclusion et perspectives de recherche : Ludovic Halbert (CNRS, Université Paris-Est, LATTS)

N’hésitez pas à diffuser cette invitation à toute personne susceptible d’être intéressée.
Participation gratuite et ouverte à tous, mais enregistrement souhaité auprès de : hortense.rouanet@enpc.fr

STAKES 31/05 CEIAS

Introduction

La prochaine séance du séminaire STAKES aura lieu Vendredi 31 Mai 2013, de 10h à 13h, en salle 662 au CEIAS.

Ce sera une double séance autour de Robert Jensen (UCLA Luskin School of Public Affairs, Directeur d’étude invité à l’EHESS), discutée par Jérôme Sgard (CERI, Science-Po Paris), et de Rémi de Bercegol (CSH, New Delhi).

Le séminaire se déroule au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 190 avenue de France, Paris (métros : Bercy, Bibliothèque ou Quai de la Gare).

Présentation

“Why is Schooling so Low in India? Supply, Demand and Constraints”

Robert Jensen (UCLA Luskin School of Public Affairs, Directeur d’étude invité à l’EHESS)

Discutant : Jérôme Sgard (CERI, Science Po Paris)

Despite high rates of economic growth, education remains low in many developing countries. In particular, despite significant progress at the primary level, secondary school enrollment and completion rates remain low. There has long been an emphasis on the role of poverty, schooling costs, school access or school quality as determinants of schooling. However, much less attention has been paid to the role of schooling demand; if children and/or their parents do not perceive a benefit from enrolling in school, then enrolments will remain low. I will discuss results from three of my recent papers that emphasize the key role of demand-side factors in schooling decisions in India.

Robert Jensen is Professor of Public Policy at the UCLA Luskin School of Public Affairs. His research examines the microeconomics of international poverty and economic development, with a focus on gender, health, education, and fertility.

 

“The (Difficult) Emergence of Municipalities: Decentralization and Small Town Governance in Uttar Pradesh”

Rémi de Bercegol (Post-doctorant, ANR SUBURBIN, CSH, New Delhi)

The presentation will summarize the major findings of my PhD thesis “The Emergence of Municipalities: An analysis of reorganization of government after decentralization on the governance of small towns in Uttar Pradesh”. The thesis analyzed the new political and technical arrangements in small town governance in the aftermath of decentralization reforms in India. By analyzing government reorganization in a double political and technical dimension, this research aims to better understand the institutional building of municipalities and the new modes of urban governance in the specific case of small towns in Uttar Pradesh. It will examine the incentives faced by local officials to ensure effective management of their towns. It will study the reorganization of powers and responsibilities between municipal institutions and traditional public actors in order to assess the impact of this transformation on access to municipal services within and between towns.

Rémi de Bercegol received his PhD in urban planning from ENPC/UPMLV, Paris Est University, France. He was a visiting PhD-candidate at Centre de Sciences Humaines in Delhi between 2008 and 2012. Since November 2012, he joined back CSH as a post-doctoral researcher within the framework of the Suburbin project funded by ANR (http://suburbin.hypotheses.org/)

Les frontières au prisme du genre, Marseille, nov 2013, CFP

 Les communications discutées lors de la première journée « Les frontières au prisme du genre », en mars 2012, ont permis de décrire comment les activités sociales travaillent des partages en partie instables et marqués par des zones de flous. Afin de poursuivre notre réflexion, il s’agira cette fois de faire travailler la métaphore de la frontière à partir du registre spatial sur lequel elle s’appuie : comment les frontières sociales contribuent-elles à découper ou unifier des territoires ? Comment les partages géographiques ou leurs représentations alimentent-ils les frontières sociales ? Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de l’anniversaire des dix ans de l’association EFiGiES.

Argumentaire

La notion de genre, en affirmant la dimension sociale des identités sexuées a permis de repenser la personne en son entier. Cette dernière a pu être conçue comme un ensemble complexe et articulé de relations et de rôles sociaux. Le couple dichotomique masculin/féminin, et avec lui d’autres oppositions structurantes, se révèlent être des entités historiquement changeantes dont les frontières ne cessent d’être retravaillées. A la croisée de la tradition interactionniste et des études de genre, la journée d’étude organisée en 2012 avait permis d’illustrer la fécondité du concept de genre pour interroger les grands partages sociaux. Le genre constitue un exemple de frontière sociale particulièrement prégnante, et un concept analytique permettant de voir autrement les frontières, quelles qu’elles soient. Pour nous, lire la notion de frontière au prisme du genre, c’est tenir ensemble trois propositions :

  • l’existence d’une frontière est toujours relative, et tributaire d’un processus : aucune frontière n’est donnée une fois pour toute ;
  • les frontières sont le fruit d’activités collectives : les gens font et défont sans cesse diverses frontières sociales, par des opérations à la fois matérielles (répartir, organiser, ordonner les êtres et les choses) et discursives (assigner ou contester une place) ;
  • étudier une frontière ce n’est pas chercher une ligne de démarcation fixe et univoque, mais prendre en compte un espace, une « zone frontière » dans laquelle, souvent, les partages dichotomiques s’avèrent problématiques.

Les communications discutées lors de la première journée « Les frontières au prisme du genre », en mars 2012, ont permis de décrire comment les activités sociales travaillent des partages en partie instables et marqués par des zones de flous. Par l’élaboration d’un regard raciste et sexiste dans les sciences médicales françaises, par la négociation des statuts juridiques dans le quotidien de couples palestiniens, ou par le jeu entre parenté et amitié dans la succession des rites matrimoniaux au Mexique, actrices et acteurs sociaux manipulent le partage dichotomique masculin/féminin.

Afin de poursuivre notre réflexion, nous souhaitons organiser une deuxième journée EFiGiES prevue pour le 22 novembre 2013 à Marseille, Centre Norbert Elias.

Axes thématiques

Il s’agira cette fois de faire travailler la métaphore de la frontière à partir du registre spatial sur lequel elle s’appuie : comment les frontières sociales contribuent-elles à découper ou unifier des territoires ? comment les partages géographiques ou leurs représentations alimentent-ils les frontières sociales ? Nous souhaitons donc réunir des communications autour des thèmes suivants :

Comment le genre contribue-t-il à produire l’espace ? La différence de sexe participe à modeler à la fois matériellement et symboliquement l’espace. Quels sont les effets de la division sexuelle du travail sur l’aménagement des lieux ? Comment le genre soutient-il l’existence de mondes imaginés ? De quelles façons et avec quels effets certains espaces se voient-ils investis de connotations genrées ?

Comment l’espace modèle-t-il le genre ? L’ancrage spatial des pratiques sociales dans des lieux, des sites, des territoires, des parcours ou des trajectoires participe à la production, tangible et symbolique, d’un système binaire lié au genre. Que nous aident à penser les mécanismes de ségrégation sexuelle de l’espace ? De quelles manières les mobilités géographiques engagent-elles le genre ? Comment les enjeux géopolitiques mobilisent-ils le genre ?

Nous souhaiterions que chaque contribution insiste sur la dimension spatiale des analyses présentées, et examine la question de la (re-)production ou de la transformation du genre sur le terrain étudié. Nous sommes également intéressé-es par des interventions proposant une critique explicite du cadre esquissé ici, à partir d’autres approches théoriques.

Modalités de soumission

Les propositions d’intervention (une à deux pages dans lesquelles seront explicités lecontenu de l’intervention, l’objet empirique, la méthode d’enquête ainsi quequelques repères théoriques)

sont à envoyer à efigies.aixmarseille@gmail.com

avant le 15 juillet 2013.

La sélection des proposition sera assurée par les organistraices et organisateur de l’atelier :

  • Francesca Arena (Telemme)
  • Karim Hammou (Centre Norbert Elias)
  • Perrine Lachenal (IDEMEC)