Archives de catégorie : Publications AJEI

Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs de l’AJEI 2013 (Calcutta), l’AJEI a publié le compte-rendu suivant :

Bérénice Bon et Hortense Rouanet (éd) Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations. Compte rendu des 15ème ateliers Jeunes Chercheurs de l’AJEI, 2014, 24 p.

CR Ateliers de l’AJEI 2013 Calcutta

 

Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2012 (Mumbai), l’AJEI a publié les actes du colloque :

Ingrid Le Gargasson (éd) Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud, AJEI, 2013, 72 p.

Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud [PDF]

Préambule (extrait)

L’Association Jeunes Études Indiennes (AJEI) regroupe des étudiants de différents champs disciplinaires des sciences sociales, du niveau mastère au niveau postdoctoral, ayant pour aire de recherche l’Asie du Sud. Chaque année, elle organise un séminaire en France et des ateliers en Inde rassemblant étudiants et chercheurs pour discuter des travaux présentés. La 14e édition des ateliers s’est déroulée du 11 au 15 mars 2012, en partenariat avec le département de Sciences sociales et humaines de l’Indian Institute of Technology de Bombay (IIT-B). Pour la première fois depuis leur mise en place, les Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales se sont tenus à Mumbai. En raison de son importance dans l’histoire économique et culturelle de l’Inde, la ville se prêtait à merveille au thème retenu : « Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud ». Le campus verdoyant et paisible de l’Indian Institute of Technology of Bombay (IIT-B), situé au nord de la ville, entre le lac Powai et le lac Vihar, offrait par ailleurs un cadre idéal pour cet événement : une bulle de tranquillité et d’effervescence intellectuelle au coeur d’une métropole fourmillante d’activités. Suite à la diffusion de l’appel à communication à la fin de l’année 2011, trente-cinq propositions relevant de disciplines et d’approches méthodologiques très variées ont été reçues. Le comité scientifique a eu pour tâche de sélectionner les quinze propositions finales. Il fut composé de Ramesh Bairy et D. Parthasaraty, sociologues exerçant au département de sciences sociales et humaines de l’IIT, de Nicolas Jaoul, anthropologue, et de Frédéric Landy, géographe. Comme à l’accoutumée, nous souhaitions faire des ateliers un espace de discussions interdisciplinaires entre des étudiants français réalisant leur recherche aux quatre coins du sous-continent, et une plateforme d’échanges entre des chercheurs français d’affiliations institutionnelles diverses et leurs homologues indiens. Ce double objectif a été atteint grâce à la réponse positive de jeunes chercheurs et à la participation de leurs aînés qui ont partagé leur expérience et leur expertise au cours des quatre jours de rencontre.

Après le terrain

Garder contact

Un mail, une lettre avec quelques tirages photos, une carte postale de votre coin, sont autant de gestes qui seront très appréciés des gens qui vous ont accueilli, souvent très généreusement. Vous verrez que l’on vous en reparlera si d’aventure vous étiez amenés à revenir sur votre terrain.

Resumer sa recherche en anglais

Partager sa recherche avec les personnes sur lesquelles on a travaillé n’est pas forcément évident, pas tout le temps possible. Il faut se poser la question des effets que peut produire votre recherche sur votre terrain et sur vos relations futures avec vos interlocuteurs. Mais si cette réflexion vous amène à conclure que vous pouvez partager votre travail, alors il faut le faire ! Si vos interlocuteurs lisent l’anglais et qu’ils sont intéressés par vos recherches, essayez de prendre le temps, une fois votre mémoire terminé, d’en faire un résumé en anglais, que vous pourrez leur faire parvenir par Internet, ou, idéalement, leur remettre à la prochaine rencontre. Les réactions qu’il peut provoquer sont un terrain en soi. Votre travail peut être utile aux personnes sur lesquelles vous avez travaillé, ils comprendront mieux ce que vous faites, on peut même vous proposer de le publier.
Bon terrain et n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques sur cette rubrique afin de l’améliorer !

Diffuser votre mémoire

En devenant membre de l’AJEI, vous pourrez mettre en ligne sur notre site votre mémoire et donner ainsi une meilleure visibilité à votre recherche.

La technologie

Les objets techniques récents (appareils numériques, enregistreurs, etc.) sont de grands consommateurs d’énergie. Attention, dans les villages, les coupures de courant sont longues et fréquentes, multipliez les batteries !
Attention à la surexposition de matériels techniques coûteux devant des gens dont les revenus sont très modestes.

Les adaptateurs et stabilisateurs de courant

Si jamais vous êtes en Inde avec des appareils nécessitant de l’électricité (du type ordinateur portable, chargeur de batterie, appareil photo numérique, etc.) pensez à acheter un adaptateur de courant. Ca se trouve dans les aéroports et pourra protéger votre ordinateur des irrégularités du courant indien. Sachez par ailleurs que, si vous êtes en ville, les possibilités de réparation sont bien plus étendues qu’en France. Si vous grillez votre adaptateur, vous trouverez en Inde des gens qui vous le répareront pour un coût modique.

L’ordinateur

Lorsque vous travaillez sur votre ordinateur, faites-le sur sa batterie, et recharger-le éteint, c’est plus sûr. Cela permet aussi de maintenir la bonne performance de votre batterie sur le long terme.

L’appareil-photo

L’Inde est un pays où il est facile de prendre des photos. Aucune contre-indication à ce niveau-là, si ce n’est qu’il est préférable de demander la permission avant de prendre des personnes en photo. Toutefois comme il est théoriquement interdit de photographier beaucoup de lieux (ponts, usines, par exemple), ne soyez pas forcément obsédés par les règles. L’essentiel est de ne pas offenser quiconque personnellement.

Un assistant de recherche

Dans certaines recherches, l’aide d’un assistant pourra être utile voire nécessaire. Pour trouver cette personne, vous devez bien clarifier vos besoins, puis partir à sa recherche et enfin négocier les termes de votre contrat avec elle.

Relations avec son assistant

La qualité de la collecte des données repose en partie sur la qualité de votre relation avec l’assistant. Si vous êtes diplômé d’une bonne école, l’assistant n’est pas pour autant stupide : c’est le premier point. Il a souvent déjà travaillé avec d’autres chercheurs, et a en tout cas une bonne connaissance du milieu local. Considérez-le comme un employé et vous aurez les infos qu’un employé peu motivé peut donner à son patron ! Soyons clair, l’assistant calcule lui aussi : pourquoi griller ses contacts pour un étudiant qui le considère peu et avec lequel il n’a que peu de rapports ? Ecoutez-le, il n’est pas une simple machine à traduire ou à collecter des données.
Les rapports que vous tisserez et ce que vous en tirerez dépendent de ce que vous lui donnez, de ce que vous investissez dans cette relation. L’assistant connaît le bénéfice que vous allez retirer des informations qu’il va vous fournir : s’ils sont souvent très contents qu’on s’intéresse à leur culture, ils peuvent être aussi dérangés par une personne présente deux mois et cherchant à remplir sa grille le plus vite possible sans se soucier d’autre chose.
Surtout, évitez au maximum d’entrer en conflit avec lui en public… En cas de problèmes, n’oubliez pas que la communication est souvent à l’origine de vos soucis, et pensez d’abord que cela vient peut-être de la manière dont vous avez expliqué les choses à votre assistant. S’il y a un vrai souci, vous pouvez mettre un terme à votre collaboration cordialement, et chercher à travailler avec quelqu’un d’autre.
Vous passerez du temps avec lui, vous mangerez ensemble, vous dormirez avec lui peut-être. Il est nécessaire d’avoir une relation respectueuse. Vous deviendrez peut-être des amis.
N’oubliez pas que vous n’êtes que de passage, que d’autres vous suivront peut-être. L’assistant vous présente partout, supporte vos gaffes, vos mauvaises manières, vos diarrhées, vos refus de boire de l’eau, des réflexions sur l’Inde qui peuvent le heurter (c’est sale, c’est comme si, c’est comme ça…). Il s’investit souvent beaucoup plus que vous ne l’imaginez. Pensez à renvoyer un mot, une carte postale, des photos, bref, une attention une fois votre retour en France.
Tout cela relève du bon sens, mais il n’est pas inutile de le rappeler.
Il n’y a donc pas de recette miracle pour établir une parfaite synergie entre votre assistant et vous-même. L’amitié est une clé importante de la réussite de votre travail, et peut s’avérer parfois d’une aide très précieuse lors des coups durs. Sachez cependant garder la distance nécessaire dans cette relation qui est professionnelle avant tout. Vous êtes tous les deux là pour bosser, pas pour passer la journée à discuter en buvant du chai… Cette relation humaine toute particulière, car elle met en jeu le travail, l’amitié, et souvent le stress de l’efficacité, dépend donc d’un savant dosage humain, qui pourra déboucher sur la coopération la plus sommaire comme sur la véritable alchimie.

Quelles sont les compétences requises ?

Tout d’abord, quelles compétences recherchez-vous ? Êtes-vous à la recherche d’une personne

  • qui connaisse bien les lieux ?
  • qui soit familiarisée avec la population que vous étudiez ?
  • qui connaisse avant tout bien la ou les langues (qu’il soit notamment capable de la lire) ?
  • qui se charge de collecter des données administratives ?

Ensuite cernez bien les qualités humaines qui seront nécessaires à votre recherche :

  • Avez vous besoin d’une personne qui devra s’adapter à des milieux très différents ?
  • De quelqu’un qui devra physiquement tenir le coup pour crapahuter avec vous ?

Suivant les sujets, les personnes que vous souhaitez rencontrer, il peut être plus intéressant de travailler avec une assistante, mais sachez que sa mobilité peut être plus réduite. Si vous travaillez avec un assistant du sexe opposé, évitez et désamorcez dès que possible, si cela se produit, les rumeurs. Sachez qu’il n’est pas nécessaire de travailler avec quelqu’un de diplômé. Souvent les étudiants d’université rechigneront à aller sur des terrains ruraux ou difficiles, car pour beaucoup cela représente un retour en arrière dans leur parcours qu’ils n’apprécient guère.

Questions de traduction

Pensez également aux problèmes posés par la traduction : souvent, un assistant ne traduira pas tout, mais plutôt vous proposera une interprétation, pour vous faire bien comprendre, vous aider. Il s’agit de critères à prendre en compte. C’est à vous de lui dire quel type de traduction vous souhaitez (du mot à mot, auquel cas il interrompra l’interviewé très fréquemment, et non après dix phrases), comment vous souhaitez qu’il travaille (prise de notes). Il faut consacrer du temps à bien faire comprendre à votre traducteur quel type de données vous recherchez. S’il s’agit d’entretiens semi-directifs voir non-directifs, il vous faudra penser à enregistrer l’entretien et à le réécouter ensuite avec votre interprète, qui aura préféré laisser parler l’interviewé pour ne pas interrompre le cheminement de sa pensée, que de le couper, au risque de laisser passer des éléments du discours.

Où trouver cette personne ?

Pour favoriser une telle rencontre, contacter les institutions citées précédemment, les étudiants et les professeurs de « Colleges » et d’universités. Faites aussi confiance au bouche-à-oreille.

Quelques pièges sont quand même à éviter. Ainsi, soyez attentifs, aux personnes qui

  • pleines de bonne volonté, voudront faire la recherche à votre place
  • voudront simplement être vues en votre compagnie et, passé le stade de l’expérience, vous laisseront tomber
  • ne seront pas à l’aise avec votre sujet ou la population que vous étudiez, et risquent par conséquent de se comporter à leur égard de façon agressive ou méprisante, ce qui vous nuira
  • sont uniquement intéressées par la possibilité d’un gain financier
  • prétendent tout savoir.

Comment rémunérer la personne ?

Evitez de parler salaire avant d’être sûr que la personne vous convienne, cela vous évitera de dépenser de l’argent pour un résultat décevant. Le salaire dépend avant tout du travail que vous effectuerez ensemble, il peut aller du simple remboursement des frais (transport, repas…) au salaire mensuel (3 000 à 6 000 roupies) en passant par le salaire journalier (100 à 500 roupies).

La rédaction d’un contrat peut être nécessaire, surtout pour laisser à votre collaborateur-trice une trace du travail effectué. Si vous ne savez pas comment rédiger votre contrat, vous pouvez demander au CSH ou à l’IFP des modèles du genre, ils en ont.

Ce contrat peut être accompagné d’un certificat (To Whom It May Concern) où vous qualifiez, à l’issue de votre enquête, la qualité du travail fourni par votre assistant-e. Il-elle pourra ensuite s’en resservir pour vanter ses mérites auprès d’autres étudiants/chercheurs.

La question d’un assistant n’est pas forcément évidente et dépend beaucoup de votre terrain. N’en faites pas un impératif préalable au terrain. Il est parfois préférable de démarrer sa recherche seul et ensuite, au sein du groupe étudié, de trouver certains interlocuteurs privilégiés, ou un assistant sur place. C’est ce que font beaucoup de chercheurs.

Moyen de locomotion

Les transports locaux

Le char à bœufs, la marche à pieds, le vélo, le bus, le rickshaw collectif, le stop (les motos s’arrêtent). Tout dépend auprès de qui et où vous travaillez : arriver dans un village perdu avec un 4×4 ou une voiture vous catégorise clairement…et a une incidence sur les infos que vous collecterez. Pensez-y.

Un véhicule personnel

Vous avez souvent la possibilité de louer voire d’acheter un véhicule, par exemple un deux-roues. Même si on a tendance à l’oublier, un permis de conduire est requis par la loi (eh oui…). Deux options :
Vous êtes sur le terrain pour moins de six mois, vous ne pouvez pas vous faire enregistrer au consulat, donc vous demandez avant de partir auprès de votre préfecture un permis international (c’est gratuit) qu’il faudra faire viser par les autorités indiennes compétentes à votre arrivée pour qu’il soit valide.
Vous êtes en Inde pour plus de six mois (donc avec un visa autre que touriste, et pour le coup vous devez vous enregistrer auprès du Foreign Regional Registration Office et obtenir un permis de résidence temporaire) et vous pouvez vous faire enregistrer à l’ambassade ou au consulat (Listes des consultats en Inde). En cas de problèmes, les autorités sauront où vous chercher, vous trouver etc., mais surtout, vous allez pouvoir recevoir de la part de l’ambassade, sur présentation de votre permis de conduire, une lettre en anglais disant à quoi il correspond. Muni de cette lettre et de votre permis de résidence, vous pourrez vous rendre au Transport Department et, après deux heures (si vous êtes une fille, ladies first oblige… sinon comptez trois ou quatre) et une bonne dizaine de guichets différents, une visite médicale du plus haut sérieux (30 secondes montre en main) et la modique somme de 400 roupies, vous repartirez avec un magnifique permis de conduire indien pour la durée de votre séjour.
L’assurance n’est pas obligatoire mais conseillée, elle coûte environ 300 roupies l’année.
Sinon, n’oubliez pas quelques règles importantes du code de la route indien :

  • Les Indiens roulent à gauche.
  • C’est le plus gros qui a toujours raison.
  • Klaxonnez.
  • Ne regardez pas trop dans vos rétroviseurs car il se passe déjà tellement de choses inattendues devant qu’il vaut mieux garder toute sa concentration.
  • Klaxonnez.
  • Méfiez-vous des clignotants, et des bras ballant sur la portière, les Indiens sont très joueurs.
  • Klaxonnez.
  • Apprenez quelques insultes en langue locale, cela peut détendre l’atmosphère en cas d’accrochage.

Loger loin, près ou sur son terrain ?

A priori, l’idéal est de loger près de son terrain, car cela vous permettra d’avoir, en plus des rencontres liées directement à votre recherche, des interactions d’une autre nature. Vivant dans le même quartier que les gens sur lesquels vous travaillez, ou dans le lieu que vous étudiez, vous devenez un acteur à part entière du système et vous aurez l’occasion de faire des observations (indirectes) qui enrichiront votre recherche, qui amélioreront votre compréhension de la situation. Vous pourrez facilement inviter les gens à passer chez vous, et vous faire inviter chez eux, pour boire un thé, une bière ou un whisky… Vous serez là, on pensera plus facilement à vous, à vous prévenir lors d’un événement imprévu que si vous habitez à une heure du lieu de votre enquête. Bref, vous serez vraiment immergé.
Cela étant dit, il n’y a pas de règle stricte et il faut avant tout vous connaître, savoir quelles sont vos limites et ne pas vous imposez une situation que vous jugeriez intenable (car trop isolé(e), ou au contraire pas assez et donc trop sollicité(e) par votre entourage). Parfois, il peut être préférable de rentrer le soir chez soi où vous retrouverez d’autres personnes, aurez l’occasion d’échanger sur vos expériences du jour, et de recharger les batteries, que de s’imposer de vivre en permanence sur un terrain qui ne vous convient pas.

Le logement chez l’habitant

C’est certainement la meilleure solution pour rentrer rapidement dans le vif du sujet, pour apprendre toutes les petites choses que l’on n’aurait jamais pensé demander. Lors des différents contacts que vous établirez avant de rejoindre votre terrain ou une fois sur place, on vous offrira certainement une chambre, voire plus, à louer ou simplement à partager. Si vous êtes curieux de découvrir tout ce qui vous entoure, vous n’êtes pas les seuls et les Indiens apprécieront souvent d’en savoir également un peu plus sur vous, votre famille, votre pays, votre culture ; ne ratez pas l’échange. De plus, il n’y a pas que la recherche, alors de temps en temps, sachez profiter simplement de ce qui vous entoure. Dans tous les cas n’hésitez jamais à discuter, ce n’est pas du temps perdu, au contraire. Cela vous permettra, si le contact est bien passé, d’avancer ensuite beaucoup plus vite, de laisser peu à peu vos idées toutes faites de côté et de commencer vraiment votre métier de chercheur.

Chez quelle caste loger ?

Relations de caste : s’installer, c’est aussi entrer dans une catégorie bien précise. Vous serez identifié au groupe auprès duquel vous dormez. Rien d’irrémédiable, mais il faut bien y réfléchir en fonction de votre sujet.

Les invitations

Certaines familles ont du mal à s’offrir trois repas par jour… Vous aurez à gérer en permanence la différence de richesse monétaire. Ne refusez pas pour autant les invitations, accueillir un étranger est souvent une source de prestige. Gérez au mieux ce que vous pouvez apporter aux familles, en pensant que les voisins calculent tout : les conflits de jalousies et les rancœurs sont quotidiens !

Louer un appartement ou une maison

Il n’est pas évident (voire compliqué) de loger chez l’habitant quand on travaille en ville. Et rester à l’hôtel pendant deux mois ou davantage risque, en plus d’être coûteux, d’être vite pas très sympa… C’est quand même bien agréable de pouvoir se faire à manger, inviter des gens, vivre dans un espace dépassant l’unique chambre, bref, se sentir chez soi.

Si vous ne l’avez pas fait avant de partir, vous pouvez contactez les centres de recherche français en Inde (CSH et IFP) si vous êtes dans leur secteur (Delhi et Pondichéry). S’il existe une Alliance française dans votre ville, cela peut être un moyen de faciliter votre recherche. Il n’est pas impossible du tout de trouver une colocation pour quelques mois.

Les ONG

Elles ont souvent des bâtiments dans certains villages, mais cela nécessite de rencontrer le directeur de l’ONG, généralement installé en ville. Comme dans le cas d’un logement chez l’habitant, vous serez alors perçu en fonction des relations qui existent entre l’ONG et les villageois.

Dans les hôtels et les guest houses

Si l’endroit est suffisamment important, vous en trouverez sans problèmes, et même dans les villages, vous serez assez souvent surpris de trouvez une petite guest house. Certes, le confort sera parfois rustique mais en attendant de trouver mieux, c’est très pratique. Le prix défie souvent toute concurrence, rarement plus de 50 roupies la nuit (dans l’Inde rurale).

Hôtels pour étudiants, travailleurs, guest houses, hôtels gouvernementaux

Les différents cadres de l’administration indienne sillonnent régulièrement les campagnes. Pour les recevoir, il existe tout un réseau de guest houses ou d’hôtels gouvernementaux. Les travelers bungalows : s’adresser au Public Work Department (PWD) pour savoir s’il y en a un près de votre terrain mais également pour avoir l’autorisation d’y résider. Les conditions sont souvent les suivantes :

  • que l’hôtel soit libre,
  • que votre séjour ne dépasse pas une certaine durée (variable selon les endroits).

Pour les étudiants ou les travailleurs, il existe de nombreux tourism homes et youth hostels. Y être hébergé est souvent très facile mais ils ne sont pas toujours au centre ville. Le prix dans tous les cas est plus que raisonnable (entre 20 et 50 roupies), mais le confort varie d’un endroit à l’autre.

Young Men Christian Association/Young Women Christian Association

Peut-être une bonne option : prix très abordable, et souvent pas mal de services sur place, comme une cafétéria, un salle Internet, une église (évidemment), bref, de la convivialité (chrétienne !).

Se présenter, se situer

Quelques généralités

Respecter le code vestimentaire indien. Les épaules et les jambes doivent rester couvertes. En particulier, les femmes doivent éviter de porter des vêtements trop ajustés, trop courts. Les vêtements amples seront plus appropriés (et souvent plus adaptés au climat) et ne risqueront pas de choquer pas les personnes avec qui vous comptez travailler.
Les femmes doivent éviter de fumer et de boire de l’alcool en public, ce que les hommes peuvent faire dans certaines limites… Attention à la caste que vous fréquentez : si elle est strictement végétarienne, elle condamnera ces expédients. De même tabagisme et consommation d’alcool sont plus stigmatisés dans certains Etats, aussi soyez prudents.
Apprendre au moins des rudiments de la langue. Même de simples notions faciliteront toujours le contact. Des cours de langue sur place sont une solution idéale, mais selon le temps et votre terrain, ils ne sont pas obligatoires (cf. supra).

Les cartes de visites

C’est l’occasion rêvée pour vous faire des cartes de visite à très bas prix. Sachez qu’en Inde, dans les milieux académiques ou intellectuels, sans carte de visite, c’est à peine si vous existez… C’est un peu exagéré, mais pas loin de la vérité.
Vous pouvez y faire figurer le logo de votre université, de votre laboratoire de rattachement, en ayant demandé la permission préalable. Faites-y figurer votre niveau d’étude, en tout cas son équivalent anglo-saxon (M.A., M.Phil.) et vos coordonnées indiennes (adresse mail, numéro de téléphone). Vous pouvez aussi les faire recto-verso anglais-français.

Les photos de famille

En Inde, vous l’aurez vite expérimenté, vous n’êtes jamais seul. Tout le monde voudra savoir qui vous êtes, d’où vous venez, qui vous fréquentez, avec qui vous vivez, etc. La famille tient une très grande place, les photos de votre famille sont donc très appréciées.

Développer son réseau

Les centres de recherche français

De tous les pays d’Asie du Sud, seule l’Inde est dotée de centres de recherche français. Ces derniers situent leur recherche dans une perspective nationale mais peuvent également accueillir des chercheurs travaillant sur d’autres pays d’Asie du Sud.

L’Institut Français de Pondichéry

http://www.ifpindia.org
L’Institut Français situé à Pondichéry a été fondé en 1955. Il est célèbre pour son département d’indianisme qui possède un important fonds documentaire. Le département des sciences sociales a été créé en 1988. Par nature multidisciplinaire, il allie démographie, anthropologie, économie, droit, sciences politiques, géographie et épidémiologie spatiale au sein des différents programmes de recherche qu’il coordonne. L’institut accueille des étudiants en master, doctorat ou post-doctorat ; de nombreux membres de l’AJEI y sont passés.
Pour les programmes en cours au sein du département des sciences sociales : http://www.ifpindia.org/-Sciences-sociales-.html

Institut Français de Pondichéry
Département des sciences sociales
11, St Louis Street
605 001 Pondicherry
Tél. : + 91 (413) 233 4168
Fax : + 91 (413) 233 9534
e-mail : ifpinfo@ifpindia.org

Le Centre de Sciences Humaines

http://www.csh-delhi.com
Créé en 1990 à New Delhi, le Centre des Sciences Humaines s’est spécialisé depuis 1995 dans l’étude de l’Inde contemporaine. Economie, sciences politiques, relations internationales, droit international, géographie, sociologie, anthropologie sont les différentes disciplines représentées. Le Centre des Sciences Humaines accueille également des doctorants et post-doctorants. Il fournit plusieurs types de bourses et peut être un bon endroit pour rencontrer d’autres chercheurs et conduire des recherches sur Delhi et le nord de l’Inde.
Pour avoir un aperçu des différents programmes de recherches en cours : http://www.csh-delhi.com/programs/research.php

Centre de Sciences Humaines
2, Aurangzeb Road
New Delhi 110 011
Tél. : +91 11 30 41 00 70
Fax : +91 11 30 41 00 79
e-mail : info@csh-delhi.com

L’Ecole Française d’Extrême Orient

http://www.efeo.fr/presentation/pondi.shtml
L’EFEO a pour mission la recherche et la formation à la recherche, principalement par le travail sur le terrain dans toutes les disciplines qui se rapportent aux civilisations de l’Asie, principalement de l’Asie du Sud. Elle regroupe des chercheurs orientalistes : anthropologues, archéologues, architectes, historiens, historiens de l’art, linguistes, philologues et spécialistes d’épigraphie. Par tradition, l’EFEO est attachée à l’étude des sources (archéologiques, écrites ou orales) et exige de ses chercheurs la connaissance des langues vernaculaires écrites ou parlées. En Inde l’EFEO possède un centre à Pondichéry et une antenne à Pune. Les domaines sur lesquels travaillent les chercheurs du centre EFEO sont ceux du sanskrit d’une part, du tamoul et du télougou pour les langues dravidiennes d’autre part, ainsi que ceux de l’archéologie et de l’histoire de l’art. Même si les sciences sociales ne constituent pas sa priorité, l’EFEO y est ouverte et fournit des bourses de terrain pour les jeunes doctorants et post-doctorants.

École Française d’Extrême-Orient
Centre d’Indologie
P.O. Box 151
16-19 rue Dumas
605 001 Pondicherry
Tél. : +91 (413) 233 45 39 ou +91 (413) 2225689
Fax : +91 (413) 233 08 86
email : dominic.goodall@efeo.net ou administration@efeo-pondicherry.org

Les universités indiennes

Il est essentiel de mettre les pieds dans les universités indiennes. C’est là que vous rencontrerez vos collègues indiens et pourrez nouer des relations importantes pour votre recherche en cours et à venir. Qui plus est, généralement situés dans la nature, les campus indiens sont des endroits fort agréables où il est délicieux de flâner.
Allez visiter la section la plus proche de votre discipline. Attention, tous les départements indiens ne sont nécessairement équivalent aux nôtres. Souvent, par exemple, les départements d’anthropologie ne sont que d’un faible intérêt car est pratiquée l’anthropologie physique, comme à la fin du XIXe siècle ; la même incompréhension peut survenir en ce qui concerne la géographie. On peut néanmoins trouver localement dans les sections de sociologie, de sciences politiques, des chercheurs beaucoup plus proches de nos démarches, comme l’enquête de terrain.
Si au gré des hasards, vous pouvez faire des rencontres intéressantes, il reste néanmoins plus simple et souvent plus productif de passer par des tierces personnes qui font déjà partie d’un réseau de recherche familier. On peut notamment tirer partie du réseau des chercheurs indiens invités chaque année par la MSH (Paris). Pour cela, il suffit de contacter les responsables de ce réseau : après Gilles Tarabout, ce sont Véronique Bouiller et France Bhattacharya qui en ont à présent la charge. La liste des invités de la MSH est régulièrement répercutée sur le forum « Actualités » de l’AJEI.
Il faut savoir qu’en Inde, les rapports entre professeurs et élèves sont nettement plus hiérarchisés qu’ils ne le sont en France. S’il est possible d’avoir des échanges directs avec un chercheur en France, il est important, en Inde, de faire preuve d’une grande déférence envers les professeurs, et ce quelque soit votre niveau d’études. Voici quelques règles de bienséance qui paraîtront aller de soi pour beaucoup d’entre vous, mais on ne sait jamais…

  • Prise de rendez-vous
    Il n’est pas nécessaire de contacter un professeur indien avant d’être en Inde car il est rare d’obtenir un rendez-vous à distance (vous vous rendrez compte qu’ils répondent assez peu à leurs emails). En revanche, une fois en Inde, il est essentiel de prendre rendez-vous au préalable : se pointer à l’université sans rendez-vous ferait mauvais genre et vous risqueriez de rentrer bredouille.
    Soyez plutôt plus formel que pas assez, cela sera apprécié. Le premier contact peut se faire par email mais nous vous conseillons de ne pas attendre la réponse, qui ne viendra peut-être (sûrement) jamais, et d’appeler quelques jours plus tard.
    N’oubliez pas, qu’en Inde, il est essentiel de venir de la part de quelqu’un d’autre. Les contacts avec les chercheurs français que vous aurez pu obtenir avant votre départ seront essentiels pour cela. Venir de la part de l’un d’entre eux permettra d’ouvrir beaucoup de portes. Petit à petit vous vous ferez ensuite un carnet d’adresses personnel.
  • Présentation de soi
    Présentez-vous dans une tenue soignée. Vous n’êtes pas sur le terrain, mais dans un milieu académique. Évitez donc les tenues décontractées. Dans un lieu de recherche, on attend de vous une image différente de celle du touriste. Pour les hommes chemise et chaussures de ville, pour les femmes la décence de la tenue seront appréciés. Présentez-vous en donnant votre carte de visite (voir plus loin) et en rappelant de la part de qui vous venez.
  • Après le rendez-vous
    N’hésitez pas à remercier votre interlocuteur par un petit mot, ou un email, et tenez-le au courant de vos recherches, c’est toujours sympathique.
  • Rencontrer des élèves
    Rien de plus facile, il suffit de traîner un peu sur les campus, d’aller jouer au cricket, de suivre des cours ; les étudiants indiens sont toujours très accueillants et feront preuve de curiosité à votre égard.
  • Présenter vos travaux
    Si vous avez un bon contact avec un professeur, proposer de présenter vos travaux peut être une idée. Il n’est pas certain qu’il accepte, mais dans le cas contraire ce sera un bon échange et une expérience très enrichissante.
  • Trouver un interprète
    Les contacts au sein d’une université ou d’un institut local peuvent aussi s’avérer très utiles pour trouver un interprète. L’idéal est d’en parler à un professeur indien de confiance, qui vous indiquera une personne compétente. Ce n’est pas une garantie mais cela peut éviter de commencer à travailler avec un interprète peu efficace. En revanche un interprète diplômé pourra estimer mériter une rémunération élevée, parfois supérieure à votre budget ; à vous de négocier.

Les Alliances françaises

http://www.afindia.org/delegation/intro.htm
Allez faire un tour sur le site des Alliances françaises en Inde. S’il s’en trouve une dans la ville où vous faites votre terrain, ou proche de celui-ci, c’est souvent un endroit plein de ressources. Qu’il s’agisse des rencontres que vous pourrez y faire (et pourquoi pas dégotter là-bas un interprète francophone…), des événements culturels qui y ont lieu, de la bibliothèque, des infos en tout genre… De même à défaut, leurs équivalents britanniques et allemands, les British Councils et les Max Muller Bhavan, sont des lieux très ouverts et riches en informations.