Archives de catégorie : Ateliers Jeunes Chercheurs

AJCSS 2014 | New Delhi : Appel à contribution

Travail, mobilité et mobilisations en Asie du sud

16ème Ateliers Jeunes Chercheurs de l’Association Jeunes Études Indiennes (AJEI), 11 au 14 Février 2014

Au Centre for Informal sector and Labour Studies,

Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde.

Les propositions de communication peuvent être envoyées jusqu’au Vendredi 8 novembre (ateliers@ajei.org).

N’hésitez pas à diffuser l’information.

 

Présentation

Le travail en Inde est devenu un thème de recherche prolifique pour les sciences humaines et sociales, ainsi qu’un sujet important de débat parmi les décideurs politiques. Le débat académique a évolué de manière rapide au cours des vingt dernières années, grâce à de nouvelles orientations thématiques comme la “croissance sans emploi”, la place du secteur informel ou encore la circulation des travailleurs. La conception officielle du travail a elle aussi évolué vers un intérêt nouveau pour les travailleurs du secteur informel, comme la publication des rapports de la National Commission on Labour et de la National Commission for Enterprises of Unorganized Sector le démontre1.

La nature et les conceptions versatiles du travail et des travailleurs représentent un enjeu toujours plus important pour les sciences humaines et sociales. Le thème est cependant central pour comprendre et analyser la situation économique et sociale de l’Inde contemporaine, puisqu’il pose de nombreuses questions liées au développement économique, à la protection des travailleurs, à la réalité d’une croissance “inclusive”, aux mobilités sociales et géographiques, aux mobilisations politiques …

Les ateliers 2014 de l’AJEI ont donc pour objectif d’offrir une vision aussi complète que possible de l’actualité de la recherche contemporaine sur le travail en Inde, afin d’en comprendre les évolutions conceptuelles et d’en analyser les enjeux les plus récents. En mettant en avant les questions de mobilité et de mobilisations politiques et sociales, l’objectif de ces ateliers est de placer au coeur des discussions, les travailleurs et leurs enjeux quotidiens.

L’AJEI propose donc d’aborder le thème du travail à travers les axes suivants : 1) Migrations internationales de travail depuis et vers l’Inde, 2) Migrations circulaires et saisonnières de travail, 3) Mobilisations de travailleurs, syndicats et droit du travail, 4) L’emploi en Inde contemporaine et ethnographies du travail. Le programme de la journée reste cependant ouvert à des approches, et propositions de communication, originales, en dehors des thèmes indiqués ci-dessus.

 

Migrations internationales de travail depuis et vers l’Inde :

On date traditionnellement le début des migrations internationales de travail de grande ampleur depuis le continent Sud-asiatique, au développement du système de “l’engagisme” au 19ème siècle. Des travailleurs, souvent pauvres et peu qualifiés, étaient envoyés dans les différentes régions de l’Empire Britannique, pour travailler dans les plantations et combler la demande d’une main d’oeuvre à bas prix après l’abolition de l’esclavage. La plupart de ces migrations devinrent définitives par manque de ressources ou d’opportunités. Plusieurs systèmes se sont développés en parallèle, comme le système Kangani au Tamil Nadu ou le système Sardari au Bengale, lesquels reposaient sur les réseaux des travailleurs pour trouver de nouvelles recrues2. Les “agents-recruteurs”, promus contremaitres et envoyés dans les villages à la recherche de nouveaux travailleurs, sont souvent considérés comme l’équivalent des “jobbers” contemporains. À la même période, beaucoup de “passagers” ou de “migrants libres” partent vers d’autres régions de l’Empire pour travailler comme employés, marchands, clercs, et participer ainsi au développement économique de l’Empire Britannique3.

Apres l’Indépendance, dans les années 1950 et 1960, la large majorité des migrations internationales originaires d’Inde sont à destination de l’ancienne métropole coloniale. Alors que la Grande-Bretagne durcit ses lois sur l’immigration, le flux de migrants se déplace progressivement vers les “nouveaux” pays anglophones comme les Etats-Unis, le Canada et l’Australie. En parallèle, les migrations de travail vers les monarchies du Golfe se développent, à la fois pour des migrants qualifiés (médecins, infirmières, etc.) et pour des migrants non-qualifiés. Dans une quatrième vague de migrations, les ingénieurs informatiques originaires du sous-continent sont, depuis la fin des années 1980, nombreux à émigrer, non seulement en Amérique du Nord, mais aussi en Europe et en Asie orientale4.
Les études sur les migrants qualifiés ou hautement qualifiés tendent à négliger la dimension économique de ces migrations. La part du travail dans le choix de la migration, de la destination et dans le quotidien du migrant, est ainsi souvent mise de coté par les travaux académiques. Les propositions de communications qui développent cette dimension et essaient de comprendre les enjeux auxquels ces migrants qualifiés doivent faire face lors de leur migration, seront donc particulièrement bienvenues. Les migrations de migrants non-qualifiés depuis et vers l’Inde seront aussi un thème d’intérêt pour les ateliers, et plus spécifiquement, les communications s’intéressant au rôle des réseaux de migrants, aux conditions de travail en migration, aux questions liées au genre, etc.

Migrations saisonnières et circulaires de travail :

Les migrations circulaires ou saisonnières de travail des zones rurales vers d’autres zones rurales ou urbaines sont non seulement une réalité importante du paysage urbain en Inde, mais aussi un aspect central des vies et stratégies quotidiennes des travailleurs dans les zones rurales. Ces travailleurs temporaires ne bénéficient généralement d’aucune forme de sécurité de l’emploi ou d’assistance sociale, et travaillent dans des conditions extrêmement difficiles (en particulier dans des secteurs comme la construction)5 6. Comme le décrivent Breman, Guérin et Prakash (2009)7, le prolétariat des travailleurs sans terre “constitue une grande réserve de travailleurs, embauchés et mis à la porte en fonction de la demande, dans l’agriculture, mais aussi, de plus en plus, dans d’autres secteurs. L’élargissement du marché du travail rural a permis le développement de nouveaux modèles de circulation, à la fois entre les zones rurales et mais aussi, entre les zones rurales et urbaines.”. Ces travailleurs, qui appartiennent à ce que Jan Breman nomme le “Footloose labour”8, doivent à la fois faire face à des salaires bas, à des emplois non réguliers et à l’absence de sécurité ou d’assurance sociale. Ils sont ainsi souvent confrontés à des “formes nouvelles de servitude”, en particulier dans les industries telles que la construction, les briqueteries, etc. Ces migrations circulaires, de même que l’exode rural définitif ou de long terme (qui est, en Inde, de relativement faible intensité9), sont déterminantes dans la croissance urbaine et économique des grandes métropoles indiennes. Les travailleurs du secteur de la construction dans des villes comme Bombay ou Delhi, jouent par exemple un rôle central dans le développement des infrastructures et la croissance du secteur immobilier. Cependant, la tendance officielle est de concevoir ces migrations vers les centres urbains, qu’elles soient temporaires ou permanentes, plutôt comme une difficulté à résoudre que comme un des éléments de l’activité économique. Les propositions de communication pourront donc aborder des questions liées aux migrations saisonnières ou circulaires de travail, en particulier, les conditions de travail, les réseaux de travail et le rôle des “jobbers”, les nouvelles et anciennes formes de “servitude”, le genre, etc.

Mobilisations des travailleurs, syndicats et droit du travail :

Les mouvements de travailleurs en Inde ont une histoire longue, qui remonte à la fin du 19esiècle – début du 20e siècle. Les premiers syndicats sont ainsi créés dans les années 1920 à Chennai et dans les autres grandes villes industrielles10. L’absence de régulation, et de droit du travail, ainsi que la concentration très importante des industries dans les grands centres urbains, sont parmi les caractéristiques les plus symptomatiques de la classe ouvrière industrielle indienne sous la période coloniale11.

Après l’indépendance et pendant une quinzaine d’années, un consensus entre l’Etat, les industriels et les syndicats permet un calme relatif12. Cependant, au cours des années 1960, le tournant vers des industries à forte intensité technologique et de capital par les grands groupes indiens, ainsi que les changements dans la structure sociologique des travailleurs et de leurs représentants (plus éduqués, plus politisés, conscience de classe croissante), ont entrainé une montée des agitations dans les grands centres industriels et les grandes grèves des années 1970s (en particulier celle des Chemins de fer en 1974)13. Comme le soulignent Heuzé, Zins and Jagga (1993)14, ces mouvements de travailleurs ne bénéficient pas nécessairement aux travailleurs eux-mêmes. En effet ils permettent aux travailleurs des grandes industries publiques d’augmenter leur salaire et la sécurité de leur emploi, mais ne donnent pas les mêmes avantages aux travailleurs du secteur privé ou informel.

Au cours des trente dernières années, la structure du travail en Inde a évolué vers l’informalisation. Des industries de plus petite taille, ainsi que des secteurs considérés comme “peu sûrs” pour les travailleurs, (construction, petites industries, etc.) ont gagné en poids relatif. La classe ouvrière s’est aussi développée en dehors des grands centres urbains, en particulier dans les petites villes, entrainant une moindre concentration de la main d’oeuvre. La montée du secteur informel amène donc de nombreuses nouvelles questions sur l’influence des syndicats, la qualité et les conditions de travail, les salaires, etc. Comme l’explique Bhowmik (2009)15, le salaire moyen dans le secteur formel est 4 à 5 fois supérieur à celui du secteur informel. D’autre part, les travailleurs dans le secteur inorganisé ne profitent souvent pas de la protection des plus grands syndicats, auprès desquels ils sont souvent invisibles, ni de la protection du droit du travail, conçu pour les grandes industries. Quelles conséquences peuvent avoir ces évolutions sur les salaires et le pouvoir de négociation et d’influence de la classe ouvrière? Est-ce que la “pente raide” (“steep slope”)16 qui sépare le secteur public du reste de la classe ouvrière autorise toujours la formation d’une conscience de classe entre travailleurs? Les propositions de communication portant sur le droit du travail, le droit au travail, le travail et la sécurité de travailleurs, les conditions de travail, les mouvements de travailleurs dans le secteur formel et informel, le rôle des grands syndicats, ainsi que des associations et syndicats du secteur informel, etc. seront tout particulièrement bienvenues.

“Informalisation” : l’emploi dans l’Inde Contemporaine et Ethnographies du travail :

Les dernières décennies ont été le théâtre d’un changement important dans la structure de l’emploi en Inde. D’une part, les secteurs traditionnels d’emploi, en particulier l’agriculture, ont reculé en faveur du secteur tertiaire, dont la part de l’emploi croit de manière continue17, et, d’autre part le déséquilibre entre les secteurs formels et informels s’est accentué. En effet, la dynamique récente d’informalisation, en particulier dans les zones rurales, entraine une dégradation des conditions de travail, des salaires et un pouvoir de négociation plus faible pour les travailleurs. Cette informalisation de l’emploi rend le débat sur l’existence ou non d’une économie duale toujours plus prégnant. Est-ce que la “pente raide” (“steep slope”) d’Holmstrom (1984)18est toujours pertinente ? Ou est-ce que la situation a paradoxalement évolué vers la première hypothèse d’Holmstrom (1976), celle d’un état de “citadelle”, qui sépare les travailleurs avec une sécurité de l’emploi des autres ? Ou au contraire, peuton imaginer que la frontière entre les travailleurs du secteur formel et ceux du secteur informel s’affine avec l’informalisation du travail ?

L’un des enjeux actuels les plus importants pour les décideurs politiques est de rendre la croissance économique indienne plus “inclusive”. Plusieurs études récentes ont dénoncé une croissance indienne sans emploi (jobless growth), même si ce concept a depuis été critiqué par plusieurs économistes. L’Inde connait-elle une croissance sans emploi? Comment rendre la croissance économique plus inclusive? Même si la croissance crée des emplois, quelles sortes d’emplois sont créées? Sous ce thème, les propositions de communication pourront porter sur la libéralisation et l’évolution du marché du travail, la part de l’emploi dans les politiques publiques, les quotas et les politiques à l’égard des “minorités”, le chômage et le concept de “croissance sans emploi” en Inde contemporaine, etc.

Au cours des dernières années, une nouvelle vague d’études a pris pour objet les travailleurs et leur quotidien, afin de développer une connaissance plus concrète du travail en Inde19. Dans le même esprit, l’objectif des ateliers 2014 est de placer les travailleurs et leurs enjeux au centre de notre étude. Nous aimerions donc dédier une session à des communications plus ethnographiques sur le quotidien des travailleurs et sur leurs conditions de vie et de travail. L’objectif de cette session serait d’étudier les évolutions concrètes du travail et de l’emploi en Inde ainsi que leurs dynamiques changeantes dans différents secteurs et dans différents espaces.

Toutes les communications portant sur la relation entre le travail et la société, à la fois la conception sociale du travail et la place du travail dans les évolutions sociales seront aussi les bienvenues. Nous aimerions d’autre part inviter des propositions sur des sujets comme la conception et la relation au travail en Inde contemporaine, le lien entre travail, caste et classe, le travail et le genre, ainsi que sur des sujets plus spécifiques comme le travail des enfants, les discriminations au travail, la mobilité sociale et professionnelle des travailleurs, la sécurité du travail, etc.

1 Sharit K. Bhowmik, “India: Labor Sociology searching for a direction”, Work and Occupations, Vol. 36, N2, May 2009
2Armarjit Kaur, “Sojourners and Settlers : South Indians and Communal Identity in Malaysia”, in Crispin Bates (ed), Community, Empire and Migrations. South Asians in Diaspora, Hyderabad: Orient Longman, 2001
3Aurelie Varrel, Back to B’lore. Étude géographique de la migration de retour des indiens très qualifiés à Bangalore(Inde), PhD Thesis, Poitiers University, Poitiers (France), 2008
4Binod Khadria, Perveen Kumar, Shantanu Sarkar and Rashmi Sharma, “International Migration Policy: Issues and Perspectives for India”, IMDS Working Paper, no1, December 2008
5 David Picherit “Migrant Labourers’ Struggles Between Village and Urban Migration Sites: Labour Standards, Rural Development and Politics in South India,”Global Labour Journal: Vol. 3: N°1, pp. 143-162, 2012
6Peter Robb, Dalit Movements and the Meaning of Labour in India, Delhi: Oxford University Press, 1993
7 Jan Breman, Isabelle Guerin & Aseem Prakash (eds.), India’s Unfree Workforce : Of Bondage Old and New. New Delhi : Oxford University Press, 2009
8Jan Breman, Footloose Labour: Working in India’s Informal economy. Cambridge: Cambridge University Press, 1996
9Frederic Landy, Jean-Luc Racine, “Croissance Urbaine et Enracinement Villageois”, Espace, Populations, Societes, Vol.15, N2-3, 1997
10Sharit K. Bhowmik, “India: Labor Sociology searching for a direction”, Work and Occupations, Vol. 36, N2, May 2009
11S.K.Bhowmik, 2009; Op.cit.
12Gerard Heuze, Lajpat Rai Jagga & Max Zins, Les Conflits du Travail en Inde et au Sri Lanka, Paris: Editions Karthala, 1993
13 Heuze, Zins and Jagga, 1993 ; op.cit.
14 Heuze, Zins and Jagga, 1993 ; op.cit.
15S.K.Bhowmik, 2009; Op.cit.
16Mark Holmstrom, Industry and Inequality: The Social Anthropology of Labour. Cambridge: Cambridge University Press, 1984
17Himanshu, “Employment Trends in India: A Re-examiniation”, Economic and Political Weekly, Vol. XLVI, N37, Sept. 10. 2011
18Holmstrom, 1984; op. cit.
19Geert De Neve, The Everyday Politics of Labour, Delhi: Social Science Press, 2005

Propositions de contribution

Les propositions de contribution (500 à 1000 mots) sont à envoyer en français ou en anglais avant le 8 Novembre 2013 à l’adresse suivante : ateliers@ajei.org.

Chaque présentation se fera en anglais et durera 20 minutes, et sera discutée par un spécialiste. Merci de joindre à votre proposition vos nom, prénom, discipline, niveau d’études, institution de rattachement et sujet de recherche. Après décision du comité d’organisation et annonce aux auteurs, il sera demandé aux participants de communiquer les textes complets (10 000 mots) en anglais, destinés au discutant de chaque session, avant le 19 Décembre 2013.

Pour toute question liée à l’accueil ou l’hébergement sur place, n’hésitez pas à contacter les organisateurs de la journée.

Organisateurs

Alexandre Cebeillac (Centre de Sciences Humaines, CSH, New Delhi) : alexandre.cebeillac@cshdelhi.com
Bérénice Girard (EHESS, CEIAS, Paris) : girard.berenice@gmail.com, berenice.girard@ehess.fr

Programme

Le programme des ateliers est disponible en français: AJEI – Appel a contribution (fr) – 2014

et en anglais : AJEI – Call for Papers (Eng) – 2014

AJCSS 2013 | Kolkata

Frontières en Asie du sud : territoires, identités, mobilisations

Ateliers Jeunes Chercheurs, 04 – 07/03/2013

Centre for Studies in Social Sciences of Calcutta, Kolkata

Organisation : Bérénice BON, Hortense ROUANET

Partenaires : Centre for Studies in Social Sciences of Calcutta, Centre de Sciences Humaines de New Delhi, Institut Français de Pondichéry, Institut Français, LATTS, CEIAS-EHESS, Université de Nanterre – UMR CNRS Mosaïques

Présentation

Les frontières sont séparations mais aussi ressources. Elles cristallisent des conflits, des mobilisations, des coopérations, des stratégies d’acteurs. Par ailleurs, c’est un thème de recherche très fécond qui mobilise fortement des dimensions symboliques. La mobilité des frontières influence non seulement les populations par le jeu de construction et de reconstruction d’identités nationales et régionales, mais également les rapports de force qui se mettent en place à l’échelle du monde indien. En outre, l’ouverture ou la fermeture d’une frontière ont un impact sur les mobilités, les liens entre territoires, et posent la question des entités qui peuvent traverser la frontière : flux de personnes, marchands, organisations transfrontalières. Enfin à différentes échelles, la frontière, associée à l’idée de localisation, de catégorisation, de logiques de délimitation territoriale, structure le rapport des individus et des groupes à la société villageoise ou urbaine. L’AJEI propose d’aborder ce thème à travers trois axes : les frontières comme i) production de limites et niveaux de pouvoir, ii) délimitation territoriale et constructions sociales et iii) les mobilités et le passage de la frontière. Le champ d’étude reste délibérément ouvert pour inclure des approches originales ne rentrant pas dans les axes proposés.

Production de limites et niveaux de pouvoir

La frontière peut être comprise au sens de limites administratives et politiques d’un territoire, par exemple entre l’Inde et le Bangladesh. Elle est une matérialisation d’identités, de stratégies de politiques intérieures et extérieures, et d’enjeux socio économiques à diverses échelles : états, entités administratives, aires métropolitaines. La frontière dote un territoire d’un pouvoir (États, Panchayats), ou sert à le réguler (exemple des districts).

Des travaux historiques pourront ainsi revenir sur la question de la frontière dans le passage de structures impériales à des structures nationales, ou sur le phénomène progressif d’assignation territoriale, la question du choix par un système institutionnel coercitif et les enjeux de citoyenneté dans le contexte de la Partition.

La question de la définition d’une frontière et de ses multiples représentations est également centrale dans les conflits et les processus de négociations. Il faut considérer les multiples versions et représentations de frontières, souvent différentes de la version officielle, voire inexistantes au regard du droit international. Par exemple, on peut mettre en perspective les représentations de la frontière produites par l’Inde, le Pakistan et les mouvements indépendantistes du Cachemire. Dans le cas de l’Arunachal Pradesh, on peut s’intéresser à la ligne McMahon, reconnue comme frontière par l’Inde et l’administration centrale tibétaine en exil, mais toujours pas par la Chine.

En outre, la matérialisation de la frontière est un aspect essentiel en cas de tensions géopolitiques de par son caractère fortement symbolique : elle est l’expression de la souveraineté des États. La cartographie – plus qu’un outil de compréhension d’un territoire – devient un instrument de fixation et de légitimation d’une frontière. C’est pourquoi la profusion de ressources cartographiques en libre accès (google, wikimapia) semble aujourd’hui poser problème aux gouvernements transfrontaliers puisqu’elles imposent une version de la frontière au grand public. Si l’on cherche à souvent naturaliser la frontière (cours d’eau, chaîne de montagne), celle-ci reste l’expression de stratégies politiques et de constructions identitaires, de différences culturelles, religieuses ou linguistiques entre deux territoires. La frontière résulte aussi d’un héritage historique (limites de l’expansion d’un empire), ce qui explique l’instrumentalisation de l’histoire dans le contexte d’une redéfinition de frontière, mais aussi de religion et de langues (Partition, States Reorganisation Act 1956). La frontière, en retour, réifie des identités.

Les communications qui porteront sur la dimension locale des limites administratives seront les bienvenues. Derrière l’évolution de ces limites sont imbriqués des jeux de pouvoirs politiques, économiques, sociaux et fonciers (villes, SEZ, zones environnementales protégées). Dans un contexte d’expansion rapide des aires métropolitaines, la question de la redéfinition des limites municipales implique également un rapport de force souvent décisif entre l’urbain et le rural. Quels sont les volontés et pouvoirs politiques qui décident de la production et de la modification de ces limites administratives et comment imposent-ils un respect de la limite sur le long terme ? Par exemple, quels calculs politiciens se dessinent derrière des revendications comme la création de l’État du Telangana ? Quels sont les niveaux de décision politiques en présence ?

Délimitation territoriale et constructions sociales

Le deuxième axe porte sur la frontière dans son sens plus symbolique. Il s’agit de révéler les constructions sociales derrière la production de frontières. La frontière, associée à l’idée de localisation, de zonage, de logiques de marquage, structure le rapport des individus et des groupes à la ville ou aux villages. Elle participe également à la construction d’identités et de représentations, entre celui qui est dedans et celui qui est dehors, entre ici et là-bas, entre soi et les autres. Elle ancre dans l’espace des rapports de pouvoirs dans une société urbaine ou villageoise. Ces frontières sont à la fois héritées et réactualisées.

Les communications pourront porter sur les formes d’exclusion et de marginalisation, et les processus de catégorisation découlant de frontières visibles. On pense par exemple au processus d’isolement de certains quartiers très denses à East Delhi, où des frontières se tissent à partir d’un statut foncier incertain (en attente de leur régularisation, ou des droits de propriété, habitat illégal), mais aussi de la situation socio-économique (très fortes inégalités sociales, population en majorité musulmane, travail informel), des stratégies de certains politiciens (contrôle de l’incertitude, logique de dissimulation dictée par le calcul des intérêts politiques), et enfin de la stigmatisation par les quartiers voisins.

Des travaux sur les marqueurs physiques des frontières dans le paysage seront les bienvenus. C’est le cas par exemple de statues d’Ambedkar utilisées pour affirmer un certain contrôle sur le territoire, la construction de murs comme lignes de démarcation comme dans certains quartiers à Ahmedabad, l’action de renommer un lieu pour affirmer un sens de la localité comme cela peut être le cas pour des temples à Hyderabad, l’ambiguïté de nouvelles architectures urbaines.

Les intervenants pourront s’intéresser au temps long et proposer des lectures rétrospectives : les définitions et redéfinitions de frontières suivent-elles par exemple l’évolution des formes de ségrégation (en fonction de la richesse ? selon le type d’emploi ? selon la caste ?) ? Les relations tissées entre un intérieur et un extérieur, les pratiques générées par des frontières subjectives, ce que l’on considère par exemple comme son espace intime, ou bien des frontières objectivées, c’est à dire l’intériorisation de formes de stigmatisation attachées à une localité, d’une façon de se comporter, pourront être soulignées. L’urbanisme d’enclave n’est-il ainsi que l’illustration d’une logique de marquage et de contrôle sur le foncier ? Des frontières se créent à l’intérieur des espaces des gated communities situées à la périphérie des métropoles. Quels sont les comportements des femmes dans ces espaces clos et protégés de l’extérieur, et sont-ils différents dans les espaces domestiques et les espaces à l’intérieur de la gated community? Les centres d’appel ou les nouveaux espaces dédiés aux hautes technologies comme dans les parcs technologiques de Bangalore sont aussi l’exemple d’un jeu complexe de frontières : modèle transnational/espace du global, nouvelle temporalité venue de l’extérieur (travail de nuit, etc.).

Mobilités et passage de la frontière

Ce dernier axe s’articule autour de l’idée de mobilité dans un contexte de prolifération d’activités transfrontalières et les acteurs associés, de circulation de biens, de constitution de communautés sociales et politiques transnationales.

Des travaux sur la mobilité pourront ainsi interroger la manière dont on passe les frontières et l’expression de la transgression. Qu’est ce qu’une frontière pour ceux qui circulent, par exemple pour les migrants qui ont « un pieds dedans et un pieds dehors » ? Comment les acteurs transfrontaliers participent à la construction d’un imaginaire sur le pays de départ et le pays d’accueil ? Est-ce la frontière qui structure ces mobilités ?

Les intervenants pourront préciser les distinctions entre les logiques migratoires, et ceux qui sont forcés de se déplacer, ou encore les enjeux de définition entre les catégories réfugiés / personnes déplacées. Le passage de la frontière est enfin celui des biens. Comment la perception de la frontière évolue-t-elle dans un contexte d’intégration accélérée de l’Asie du Sud à l’espace économique mondial? Des travaux sur les économies transfrontalières, qui inclut également l’illégalisme transfrontalier et la question de la contrebande, seront les bienvenus.

Programme

Le programme des ateliers est disponible en version PDF.

invitation AJEI

AJCSS 2012 | Mumbai

Territoires, villes et sociétés urbaines en Asie du Sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 11-15/03/2012

Indian Institute of Technology, Mumbai

Organisation : Ingrid LE GARGASSON

Partenaires : Indian Institute of Technology-Mumbai, Centre de Sciences Humaines de New Delhi, Ambassade de France-New Delhi, Laboratoire GECKO – Université de Nanterre, CEIAS-EHESS

Suite à l’organisation de ces Ateliers, des Actes ont été publiés.

Présentation

Bien que connaissant un taux d’urbanisation relativement faible (31,16 %) pour un total avoisinant tout de même les 377 millions d’habitants d’après le recensement de 20111, les villes indiennes occupent depuis deux décennies le devant de la scène médiatique et scientifique. Plusieurs raisons expliquent l’intérêt des chercheurs pour les modalités et les conséquences de l’urbanisation du sous-continent indien : le pays compte trois mégapoles parmi les vingt premières mondiales avec une densité de population très élevée due en partie à l’accroissement naturel et recense quarante villes de plus d’un million d’habitants. Par ailleurs, les métropoles abritent des bidonvilles qui peuvent regrouper jusqu’à 54 % de la population, mettant ainsi en évidence les difficultés rencontrées par les politiques de développement. Ces données illustrent les paradoxes du phénomène urbain en Asie du Sud et expliquent que les villes soient à la fois l’objet d’enjeux politiques majeurs et d’enjeux économiques décisifs pour le développement socio-économique du pays.

Les 14ème ateliers de l’AJEI proposent d’analyser les différentes facettes du développement urbain en Asie du Sud et de dégager les conséquences sociales de la gestion urbaine en prenant en compte tous les acteurs investis, ceci en s’intéressant au cas des mégapoles et métropoles, sans pour autant exclure les petites et moyennes villes. Celles-ci connaissent en parallèle une dynamique urbaine aux problématiques sensiblement distinctes. Pour traiter ce thème, quatre axes de réflexion sont envisagés : les transformations spatiales et leurs implications sociales, les politiques de la ville, les mobilités socio-spatiales engendrées par le développement urbain et enfin la question des cultures et des identités urbaines. Les communications, d’approches et de spécialisations différentes, pourront s’inscrire dans un ou plusieurs de ces axes et varier d’une étude ethnographique localisée à une approche plus macroscopique.

Transformations spatiales, transformations sociales
Les différentes phases du développement industriel puis la libéralisation économique du pays avec l’ouverture des marchés ont marqué l’expansion des villes avec des conséquences sur le paysage urbain. Ces transformations territoriales se sont doublées récemment d’enjeux environnementaux. Dans cette perspective, il s’agira, à partir d’études de cas, de questionner les liens entre (re)structurations spatiales et transformations sociales. L’organisation de l’habitat est souvent conçue en Inde en terme de ségrégation spatiale, les communautés se regroupant dans certains quartiers (du village ou de la ville). L’espace urbain offre cependant plus d’anonymat et d’occasions de se mélanger que l’espace villageois. Par conséquent, dans quelle mesure l’espace de la ville favorise-t-il un brassage de populations – d’origine géographique, de communautés religieuses, de castes et de niveau socio-économique différents – et crée ainsi une rupture avec l’habitat traditionnel ? Suivant quels facteurs la stratification de la société urbaine s’effectue-t-elle ? La ville permet-elle un décloisonnement des groupes ou au contraire entraîne-t-elle une communautarisation, renforcée par les réseaux d’entraide et des formes de socialisation basées sur la caste et la communauté ? Étant donné que la métropole constitue aux yeux du migrant un lieu d’opportunités de travail mais aussi d’éducation, pour les classes populaires comme pour les classes plus aisées, on pourra se demander jusqu’à quel point la ville constitue le lieu privilégié d’une (éventuelle) ascension sociale. On pourra également s’interroger sur les liens entre l’urbanisation, la croissance économique et le développement d’une classe moyenne.

Les politiques de la ville en question
Les pouvoirs publics se trouvent confrontés à des défis sociaux tels que le poids démographique et l’inégalité croissante entre riches et pauvres. Les autorités tentent d’apporter des solutions au manque de place, à l’envolée des prix de l’immobilier ainsi qu’à la saturation de certaines voies du réseau ferré et routier. Les projets d’aménagement urbain se succèdent avec la mise en place de projets d’envergure, comme par exemple la création de nouvelles banlieues dans les grandes métropoles (Dwarka, Gurgaon, Okhla à Delhi, Navi Mumbai à Mumbai, etc.) et la construction de métros (Delhi, Bangalore). Des propositions pourront aborder les réponses apportées par l’État au travers de l’étude d’un ou plusieurs projets de réaménagement. Les exemples présentés pourront illustrer les choix, anciens et nouveaux s’ils diffèrent, des politiques en matière de projet urbain. Les gratte-ciels et les centres commerciaux se multiplient, répondant à la demande des élites et classes moyennes, tandis que des bidonvilles, notamment ceux installés au cœur du centre-ville, sont régulièrement éradiqués provoquant un déplacement en périphérie de leurs habitants. Quelles sont donc les tendances actuelles des projets d’aménagement en zone urbaine et que révèlent-elles des représentations et des discours officiels concernant la ville ? Quelles perspectives se dessinent pour les slums : assiste-t-on à une réponse nationale ou le cas par cas des actions locales est-il la règle ? Faute de moyens, les réformes prévues par les politiques de gestion urbaine ne sont pas toujours en mesure d’être appliquées. Certaines transformations territoriales sont parfois la conséquence des seuls intérêts économiques des entreprises privées. L’absence de planification proprement dite est par conséquent une réalité qui pourra être prise en considération. Les problèmes de santé publique et de risques environnementaux, qui constituent deux critères à maîtriser en vue d’un développement durable, pourront également être évoqués. La compréhension des processus d’urbanisation implique les questions de gouvernance : la prise en compte de la pluralité des pôles décisionnaires et des intervenants dans l’espace urbain semble indispensable à une appréhension des dynamiques en cours. L’analyse du rôle respectif des diverses instances concernées (gouvernement central, autorités municipales, acteurs non institutionnels tels que les ONG qui œuvrent pour le droit et l’intégration des plus démunis, mais aussi représentants locaux, attachés ou non à des partis politiques, promoteurs immobiliers, etc.) ainsi que de leurs relations pourra constituer un angle d’approche fécond. L’influence des mouvements politiques qui se sont investis dans des quartiers populaires ou favorisés pourra être abordée : comment certains partis politiques se sont-ils insérés au sein du débat touchant aux questions de développement urbain ? Le rôle de la justice pourra également être analysé, les conflits fonciers mobilisant de plus en plus les instances judiciaires.

Mobilités socio-spatiales
L’urbanisation affecte directement l’environnement géographique, économique et social des zones rurales environnantes mais aussi la région dans son ensemble. Un processus de périurbanisation est à l’œuvre avec le développement d’une périphérie aux franges de la ville et de la campagne, aux dynamiques socio-spatiales propres. Des communications pourront concerner les enjeux et les conflits soulevés par l’acquisition et le développement de ces interfaces convoitées par des acteurs aux intérêts divergents. On pourra enfin s’intéresser à la manière dont se structurent les mobilités entre centre urbain et zone périurbaine et rurale. La ville constitue en effet un territoire ouvert sur l’extérieur : elle est au cœur de flux migratoires, transnationaux et internationaux, entre villes et campagnes mais également entre moyennes et grandes villes. En prenant en compte la diversité des réalités que recouvre le terme de migration
(migrations économiques, professionnelles ou politiques, migrations saisonnières, migrations temporaires ou définitives…) et des situations (travailleurs du bâtiment, employés de maison, main-d’œuvre hautement qualifiée…), on pourra s’interroger sur les corollaires sociaux et spatiaux de la mobilité.

Cultures et identités urbaines
La ville est avant tout un cadre de vie, favorisant certaines pratiques culturelles et religieuses qui participent de la définition même des identités urbaines. Grâce aux infrastructures disponibles, à la présence d’un public et de mécènes, la cité est le lieu privilégié de nombreuses formes artistiques : la peinture, la musique, la danse, le théâtre mais aussi le cinéma. Cet axe met en avant le thème de l’intégration des pratiques artistiques à l’espace urbain. Il s’agira d’appréhender l’objet ou la performance, de sa conception jusqu’à sa réalisation, en considérant la spécificité offerte par la ville où elle s’insère. En quoi la forme pratiquée a-t-elle été favorisée par le contexte urbain ou bien s’est adaptée à lui ? En quoi l’espace urbain est-il le lieu d’innovation et de réinvention de pratiques culturelles et religieuses ? La ville même est un sujet de réflexion et d’inspiration pour les artistes : films et romans mettent ainsi en scène la ville et l’art contemporain aime à se nourrir et à s’exposer dans les lieux de la cité. À la fois héritée et toujours réactualisée, résultat de constructions et de processus d’acquisition et d’appropriation de la part des individus et du groupe, l’identité de la ville recouvre de nombreuses acceptions. En considérant que des formes variées d’intégration et de sous-cultures coexistent, relevant de l’expérience de la ville faite par l’individu, il conviendra de décrypter cette notion polémique et imprécise d’identité(s) urbaine(s), en la rapprochant des questions de mémoire, d’héritage, de représentations et d’imaginaire de la ville. Quelles appartenances identitaires le migrant mobilise-t-il, celles du groupe professionnel, de la caste, du lieu d’origine ou du nouveau lieu de vie ? Les liens entre villes et villages se manifestent-ils dans les pratiques culturelles ou les références symboliques des migrants ? La vie urbaine entraîne-t-elle une évolution dans les conduites lors du retour au village ? Les discours identitaires qui ont un fort pouvoir évocateur et mobilisateur, sont facilement relégués et manipulés par les politiques : quelle est donc l’efficacité sociale et politique des identités urbaines ? Autant de questions auxquelles les communications pourront tenter de répondre.

Programme

Sunday 11 March

Venue: Van Vihar Guest House, IIT-B

5 to 9 pm: Welcome and registration of the participants – Dinner

Monday 12 March

Venue: Seminar Hall, Guest House, IIT-B

9.30 to 10.00 am

– Inaugural address by Dr Subashish CHAUDHURI, Dean of International Relation, IIT-B

– Address by Dr Nicolas POUSSIELGUE, Scientific Attaché for French Embassy in India

– Presentation of AJEI and the 14th workshop by the organizer, Mrs Ingrid LE GARGASSON

– Presentation of the Department of Humanities and Social Sciences by Prof K. NARAYANAN

10.00 to 11.30 am

Round Table of Young Researchers: Presentation of Young Researchers’ work (Master, M.Phil and PhD)

Break

11.45 to 1.00 pm

Round Table of Young Researchers: Presentation of Young Researchers’ work (Master, M.Phil and PhD)

Lunch

2.00 to 3.45 pm

Chairperson: Dr Ramesh BAIRY (Dept HSS, IIT-B)

– Dr D. PARTHASARATHY (Sociology, Dept. HSS, IIT-B), Intermediate Urbanism? The spatiality of caste, class and capital in India

– Dr P. RADHIKA (Cultural Studies, Centre for the Study of Culture and Society), Gokaka Agitation (1980s) as a Bangalore Agitation: The surfacing of migrant cultural economy as linguistic politics

break

4.00 to 5.30 pm: City and citizenship

– Mrs. Persis TARAPOREVALA, Creating subjects: a study of the city of Lavasa
Discutant : Dr Himanshu BURTE (TISS)

– Mrs. Priyam TRIPATHY, Negociating right to the city and citizenship
Discutant : Dr Basudeb CHAUDHURI (CSH)

Tuesday 13th March: Presentation of M.A./M.Phil./PhD work by students

Venue: Seminar Hall, Guest house, IIT-B

9.00 to 10.15 am: Urban Governance

– Mrs Bérénice BON, Macro-politics and micro-politics around the strategy of property development undertaken by the Delhi Metro Rail Corporation

– Mrs Hortense ROUANET, Financial capital and real estate in South Asia: How does the evaluation of risk and yield impacts the built environment?

Discutant : Dr D. PARTHASARATHY (Dept. HSS, IIT-B)

Break

10.30 am to 12.30 pm: Urban Identity: Negotiating Past and Present

– Mr Souradip BHATTACHARY, An enquiry into the socio-cultural position of the suburban in Serampore: the ambivalence in its Identity

– Mrs. Debjani BHATTACHARYA, Urban commons, urban culture; tracing the history of the Maidan in 20th Century Calcutta.
Discutant : Dr. Kushal DEB (Dept HSS, IIT-B)

– Mrs Paankhi AGGRAWAL, Surviving Revanchist Urbanism: a study of tactics of coping and resistance among Pardhis in Mumbai
Discutant : Dr Nicolas JAOUL (CNRS IRIS)

Lunch

1.30 to 2.30 pm

Dr Basudeb Chaudhuri (CSH)

– Dr S. Chandrasekhar (IGIDR) Urbanisation in India – How much can existing data inform us?

2.30 to 3.45 pm: Urban Dynamics

– Mrs Roxane DE FLORE, The middle-man and the metropolis. The role of a villager: local actor in the globalization process – the case of Chennai, Tamil Nadu

– Mr Julien BORDAGI, Relationships between Professional Mobilities and urban dynamics in the small towns. Case study of Valavanur
Discutant : Dr S. CHANDRASEKHAR

Break

4.00 to 6.00 pm: Representations of the city

– Mrs. Shiny SAHA, Mapping the flaneuse in Delhi

– Mrs. Claudia ROSELLI, Media and Perfoming Art on the City of Delhi
Discutant : Dr. P. RADHIKA (CSCS, Bangalore)

– Mrs. Sanjukta PODDAR, Writting the comtemporary capital city: representation of the urban
Discutant : Dr. Suhda SHASTRI (Dept. HSS, IIT-B)

Wednesday 14th March

Venue SAME

9.30 to 11.00 am: Urban planning and politics

– Mrs. Sutapa GHOSH, Urban planning, politics and the built environment: a case study of planning of a second growth centre in Mumbai

– Mr Prasad KHALNOKAR Filthy politics, publics, pabliks and counterpublics
Discutant : Dr Aurélie VARREL (CNRS-CEIAS)

Break

– Dr Olivier TELLE (Institut Pasteur, CSH), Metropolization and infectious diseases: Environmental heterogeneity and Dengue in Delhi

Lunch

1.30 to 3.00 pm: Sessions in parallel (one session in French, one in session in English)

Workshop 1: “From Neighbourhood to locality: the making of urban identities”, Dr. Nicolas JAOUL

Workshop 2: Dr Aurélie VARREL

Workshop 3: Dr Olivier TELLE

Break

3.30 to 5.00 pm: workshops

5.00 to 6.00 pm vote of thanks and feedbacks of the participants

6.00 to 7.30 pm Screening of a documentary on Dharavi

Thursday 15 March

8.30 am to 4.00 pm

Cultural visit: Heritage walk in South Mumbai with a guide (VT station, Horniman Circle, Mumbai university, Kala Ghoda, Jehangir Art Gallery)

Participants

Researchers

Ramesh Bairy, sociology (IIT-B)
Himanshu Burte, architecture (TISS)
S. Chandrasekhar, economics (IGIDR)
Basudeb Chaudhuri, economics (CSH)
Kushal Deb, sociology (IIT-B)
Nicolas Jaoul, political anthropology (CNRS, IRIS)
D. Parthasaraty, sociology (IIT-B)
P. Radhika, Cultural Studies (Centre for the Study of Culture and Society)
Sudha Shastri, English Literature (IIT-B)
Olivier Telle, Geography (Institut Pasteur, CSH)
Aurélie Varrel, Geography (CNRS, CEIAS)

Young Researchers Doing presentations

Paankhi Agrawal (M.Phil. in Sociology, Delhi School of Economics)
Debjani Bhattacharya (PhD candidate in History, Emory University, USA)
Souradip Bhattacharyya (M.Phil. in History and Cultural studies, Centre for Studies in Social Sciences)
Bérénice Bon (PhD candidate in Geography, University Paris Ouest Nanterre La Défense, GECKO, CSH)
Julien Bordagi (PhD candidate in Geography, University of Avignon, affiliated with IFP)
Roxane de Flore (PhD candidate in Urban planning, Paris-Est University, Lab’URBA)
Sutapa Ghosh (PhD candidate in Sociology, Department of Humanities and Social Sciences, IIT-B)
Prasad Khalnokar (PhD candidate in Urban development, University of Toronto)
Sanjukta Poddar (M.Phil. in English Literature, University of Delhi)
Claudia Roselli (PhD candidate in Architecture, University of Florence/School of Planning and Arch.)
Hortense Rouanet (PhD candidate in Urban planning, Paris-Est University, LATTS)
Shiny Saha (M.A in Sociology, Delhi School of Economics)
Persis Taraporevala (M.Phil. in Development Studies, University of Oxford)
Priyam Tripathy (M.Phil. in Sociology, Department of Humanities and Social Sciences, IIT-B)

Attending the workshop

Shirish Athawale (PhD candidate in Sociology, Department of Humanities and Social Sciences, IIT-B)
Thi Bai Bernard (Master 1 in Geography, University of Lyon III, affiliated with JNU (Delhi))
Eléonore Boissinot (M.Phil. in Geography, University Paris La Défense, GECKO, affiliated with CSH)
Adrien Bouzard (M.Phil. in Social Anthropology, EHESS, CEIAS) Michael Brucker (PhD candidate in Geography, University Paris Sorbonne, ENeC, CEIAS)
Hemantkumar A. Chouhan (M.Phil. in Sociology, Department of Humanities and Social Sciences, IIT-B)
Emma Courtine (Master 1 in Geography, University of Lyon 2, affiliated with TISS (Mumbai))
Élodie Cremers (M.Phil. in Social Anthropology, EHESS Toulouse)
Emilie Edelblutte (Master 1 in Geography, Lyon 2, affiliated with TISS (Mumbai))
David Hallau (PhD candidate in Geography, University of Cologne)
Lorraine Hohler (PhD candidate in Geography, affiliated with CSH)
Ingrid Le Gargasson (PhD candidate in Social Anthropology, EHESS, CEIAS)
Kuriakose Mathew (PhD candidate in Sociology, Department of Humanities and Social Sciences, IIT-B)
Florence Moreau (M.Phil. in Geography, University Paris La Défense, GECKO)
Laetitia Sieffert (Diploma EHESS, EHESS)
Devika Singh (M.Phil. in Development Studies, affiliated with CSH)
Andréa Valerio (Master in Urban planning, University Paris La Défense, GECKO, affiliated with CSH)

AJCSS 2011 | Paris

Ateliers Méthodologiques

Ateliers Jeunes Chercheurs, 11/05/2011

CEIAS, Paris

Organisation : Vanessa CARU

Partenaires : CEIAS-EHESS

Programme

10h00 – 11h30 : atelier écriture, animé par Vanessa CARU (docteure en histoire, pensionnaire de la Fondation Thiers) et Aurélie VARREL (chargée de recherche en géographie, CEIAS)

11h30 – 13h00 : atelier internet, animé par Bertrand LEFEBVRE (doctorant en géographie, Université de Rouen)

13h00 – 14h00 : Repas

14h00 – 16h00 : atelier vidéo, animé par Philippe PEREIRA (documentariste)

Cette journée vise à présenter aux étudiants de master des outils dont ils sont susceptibles d’avoir besoin tant pour organiser leur travail sur le terrain que pour synthétiser et exploiter leurs données. Nous vous invitons donc vivement à participer à ces ateliers spécialement conçus pour vous !

Détails pratiques

Les différentes sessions seront fondées sur l’interactivité : les matériaux issus du travail des participants en formeront le support. N’oubliez donc pas d’apporter tous les documents qui pourront servir à nourrir la discussion et la réflexion collective (plans de mémoire, introductions et paragraphes en cours de rédaction, extraits de film ou d’entretien, données à traiter, etc.).

Le déjeuner est offert par le CEIAS.

Les ateliers se tiendront dans les locaux du CEIAS (190-198 avenue de France, 75013 Paris, noyau A, 6e étage, salles 638-640). Pour y accéder, métros Quai de la Gare (ligne 6) ou François Mitterrand (ligne 14) ; bus n°89.

AJCSS 2010 | Nagpur

Mouvements sociaux et politiques en Asie du Sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 07/02 –12/02/2010

Dr Ambedkar College, Pragati Sanstha, Nagpur

Organisation : Joël CABAILON, Julien JUGAND

Partenaires : Nagpur University, CEIAS-EHESS, Centre de Sciences Humaines, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Présentation

Dans un contexte international où les approches en sciences sociales multiplient, en les renouvelant, les perspectives sur les organisations politiques et les mouvements sociaux, ce thème générique couvre un grand nombre d’objets d’études de jeunes chercheurs travaillant sur l’Inde ou l’Asie du Sud. Au travers des interventions respectives, la réflexion engagée entend mobiliser l’interdisciplinarité en sciences sociales afin d’intégrer les différents apports issus, entre autres, de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences politiques et de la géographie.

L’Asie du Sud connaît nombre de situations particulièrement complexes ayant fait émerger et/ou (trans)formé des mouvements sociaux et politiques relevant de luttes et d’enjeux spécifiques. Les mouvements sociaux et politiques, quelles que soient leurs formes et leurs manifestations, participent ainsi de la (re)définition des configurations où ils émergent : politiques compensatoires de quotas et place des mouvements catégoriels (castes et tribus), luttes juridiques autour des évènements d’émeutes interconfessionnelles, conflits fonciers et mouvements contre la dépossession, mouvements environnementaux, mouvements populaires de démocratisation, recompositions familiales, etc. ; sont autant de dimensions relatives au thème proposé qu’il serait possible d’investiguer.
Les interventions pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes esquissés ci-dessous.

Outils et perspectives théoriques d’appréhension des univers de luttes sociales
Ce premier axe interroge la possibilité, à la fois cumulative et critique, de travailler avec un certain nombre d’outils et de théories en rapport à l’analyse des mouvements sociaux et politiques au-delà du seul contexte de l’Asie du Sud. Sous quelles conditions les catégories mobilisées en Asie du Sud sont-elles opératoires dans l’analyse des contextes sociohistoriques sud-asiatiques ? Par ailleurs, celles produites et utilisées en Europe permettent-elles de saisir les évènements propres à cette région ? Quels sont les paradigmes analytiques dominants considérés comme particulièrement heuristiques dans l’analyse de ces phénomènes sociaux qui, en Asie du Sud, évoluent rapidement tout en témoignant de fortes régularités ? À quels types de tensions (épistémologiques) le chercheur/la chercheuse fait-il/elle face lors d’une étude de mouvements sociaux et politiques, par exemple dans le cas où il/elle prend fait et cause pour ceux et celles qu’il/elle étudie ?

Un enjeu de définition des mouvements sociaux et politiques
Il apparaît nécessaire d’aborder les questions relatives à la définition d’évènements susceptibles de constituer des mouvements sociaux et politiques. Qu’est-ce qu’un mouvement social ou un mouvement politique ? A partir de quels critères peut-on qualifier un fait ou un événement de mouvement social ? Comprendre les transformations sociales et politiques demande de restituer la genèse et la structure contextuelle des lignes de forces qui ont cours dans un espace donné. Ceci implique de revenir sur l’identification des trajectoires historiques des lieux et des personnes ayant entrainé de nouvelles configurations dans l’espace social ou dans le champ politique. Certaines luttes prennent la forme de manifestations virulentes ou de revendications spécifiques, quand d’autres s’inscrivent dans une transformation des modes de faire ou de penser en dépendant d’une réorganisation plus globale de l’espace social. Ces luttes aboutissant ou n’aboutissant pas à l’expression de revendications clairement définies, mais pouvant apparaître telle une transformation soit manifeste, soit latente dans un certain ordre des choses. Enfin, dans quelle mesure ces transformations se pérennisent-elles ? Quelles sont les structures sociales qui favorisent ces évolutions et les inscrivent dans un ensemble de processus de formalisation, de consécration, de ritualisation voire même d’institutionnalisation (par exemple quand un mouvement social se structure en parti politique) ?

Construction symbolique des mouvements sociaux et politiques
La complexité et la diversité des mouvements sociaux et politiques en Asie du Sud appellent à l’examen de leur construction symbolique au sens des pratiques, croyances et rituels instituant culturellement leur existence. Un mouvement social et/ou politique pouvant, rappelons-le, prendre différentes formes : qu’il s’agisse de manifestations, au sens strict, jusqu’à la création de réseaux de pouvoir à différentes échelles et dans divers espaces, en passant par le repositionnement/reclassement d’agents particuliers (telle la position des femmes dans la société indienne, les carrières administratives ascendantes au sein des basses castes et « intouchables », etc.). Dans le cas d’actions à visées contestataires, ce que l’on désigne comme des mouvements sociaux et politiques cristallisent différentes formes de mise en question du monde social. En Asie du Sud, il semble particulièrement important de se pencher sur la question de leur construction symbolique dans la mesure où le rapport au monde se structure selon des catégories et des schèmes de perception spécifiques encore souvent pris dans et par des conceptions religieuses (spécialement les conceptions gandhiennes dans leur diverses déclinaisons, mais aussi les conceptions ambedkaristes bouddhistes, les luttes sociales propres au nationalisme hindou, etc.) qui coexistent néanmoins avec d’autres schémas témoignant de modalités d’action collectives propres au syndicalisme, voire propres aux mouvements armés insurrectionnels : naxalites, talibans ou néo-talibans, milices privées de hautes castes, etc. Il s’agit alors de circonscrire l’ensemble des propriétés distinctives des formes contestataires et militantes en Asie du Sud et d’analyser la circulation des modes ou répertoires d’action et des registres symboliques de mobilisation généralement hérités des luttes contre la tutelle coloniale, mais relevant encore de nouveaux registres plus récents pouvant, entre autres, revêtir certaines formes nouvelles en raison de l’apparition de modes de luttes transnationaux.

L’économie des pratiques militantes
L’appréhension de ces différents phénomènes pouvant être qualifiés de « mouvements sociaux et politiques » ne peut être opérée qu’à moins de porter une attention à l’économie des pratiques militantes relevant non seulement d’une étude des propriétés sociales des groupes pris dans ces restructurations et des agents adhérents à différents mouvements, mais aussi, suivant les cas, en étudiant origine(s) et position(s) des agents-meneurs, c’est-à-dire des divers « leaders » se revendiquant porteurs de salut social et souvent auto-consacrés prophètes dans leurs espaces d’influence. Qu’il s’agisse d’un espace social faiblement structuré ou à proprement parler d’un champ, tel le champ politique, les pratiques des agents-adhérents ou agents-meneurs de mouvements demandent à être décrites puis analysées au prisme d’une économie symbolique des pratiques militantes. Celle-ci implique l’identification des différentes espèces de ressources (culturelles et scolaires, politiques, économiques, sociales, etc.) et d’intérêts mobilisés dans les divers espaces ou sous-espaces des pratiques contestataires, ceci afin de dévoiler les nécessités et logiques expliquant l’investissement plus ou moins fort dans une cause précise ou bien l’inégale propension à pouvoir et à savoir mener un mouvement. Il est par exemple possible de parler de carrières militantes, voire d’un capital militant renvoyant à des espaces de luttes où le savoir protestataire devient un type de ressource spécifique lui-même produit de l’acquisition de savoir-faire antérieurs transposés à d’autres espaces.

Programme

Sunday, 7th of February 2010

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

7 to 9 pm

Welcome and registration of the participants
Dinner

Monday, 8th of February 2010

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

8.30 to 10 am

– Introductory speech/Presentation of AJEI and of the 13th workshops by the organizers
– Presentation of our partner (Nagpur University)

Break

10.30 to 12 am

– Round Table: Presentation of young researchers’ work (MA/Mphil &PhD)

Lunch

1.30 to 3 pm

– Dr Bertrand GEAY (Université de Picardie – CURAPP) Le mouvement étudiant comme fait social total. A propos de la mobilisation de 2006 en France (The student movement as a total social fact. About the 2006 mobilisation in France)

– Dr Shrinivas KHANDEWALE (Department of Economics – Nagpur University) The regional inequalities in the process of globalization: a case study of the demand for a Vidarbha State

Break

3.30 to 5 pm

– Vijay JAWANDHIA (Shetkari Sanghatana/All India Kisan Coordination Committee) Farmers’ movement in India: past, present and future

– Dr Pradeep AGLAVE (Dr Babasaheb Ambedkar Thought Department – Nagpur University) The Buddhist movement in Maharashtra

Tuesday, 9th of February 2010: Presentation of PhD work by senior researchers

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

9 to 10.15 am

– Presentation of MA/Mphil and PhD researches by French students

– Parallel sessions for Indian participants: Social scientists and social activists: What relations? What collaboration? (w/ Dr Aglave, Dr Wankhede, Dr Kumar, V. Jawandhia, V. Bhongade, J. Hardikar)

Break

10.45 to 12 am

– Presentation of MA/Mphil and PhD researches by French students

– Parallel sessions for Indian participants: Social movements and downtrodden sections of society: the ways to move forward (w/ Dr Aglave, Dr Wankhede, Dr Kumar, V. Jawandhia, V. Bhongade, J. Hardikar)

Lunch

1.30 to 3 pm

– Naiké DESQUESNES – Stratégies et savoir-faire militants des étudiantes « naxalites » à New-Delhi. Comment être révolutionnaire lorsqu’on appartient à l’élite urbaine féminine?
Discussant: Dr Nicolas JAOUL (CNRS – IRIS)

– Arnaud KABA – Mouvements sociaux dans les plantations de thé de Darjeeling: vers la fin de l’idéologie de classe.
Discussant: Dr David PICHERIT (University of Sussex)

Break

3.30 to 4.15 pm

– Aude REYGADES – La scène syndicale étudiante à Osmania University, Hyderabad: le poids des logiques communautaires dans la mobilisation.
Discussant: Dalel BENBABAALI (CSH)

– Screening of “The Dalit Panthers’ administrative know how in UP”, a documentary by Dr Nicolas Jaoul and extracts from “Khairlanji”, a documentary by Pratap PATIL

– Dr Nicolas JAOUL (CNRS – IRIS) : “The Dalit movement and the state: comparative perspectives from UP and Maharashtra” Followed by a discussion

Wednesday, 10th of February 2010: International Day

Venue: Dr Ambedkar College, Dikshabhumi, Nagpur

9 to 9.30 am: Introduction

9.30 to 11 am

– Charlène SIMON – Dera Sant Sarwan Dass of Ballan: the Invention of a New Form of Religiosity: Where Community-Affirmation meets Private Spiritual Quest
Discussant: Dr Pradeep AGLAVE (Department of Ambedkar thought – Nagpur University)

– Shaileshkumar DAROKAR – Victimized by Hindu Social Order: The Manual Scavengers and their Struggle for Dignity in Maharashtra.
Discussant: Dr Nicolas JAOUL (CNRS – IRIS)

Break

11.30 am to 1 pm

– Ingrid LE GARGASSON – The Institutionalization of Hindustani Music During the 20th c.: A Social rather than a Musical Movement?
Discussant: Julien JUGAND (University of Paris Ouest)

– Shirish ATHAWLE – Historical Marginalization, Social Exclusion and Inclusive Efforts towards De-notified Tribes in Maharashtra: the Case of the Kaikadis
Discussant: Dr Ajit KUMAR (Matru Sewa Sangh Institute of Social Work – Nagpur)

Lunch

2.30 to 4 pm

– Khushboo JAIN – Winds of Change and the Question of Women’s Empowerment in Nepal.
Discussant: Naiké Desquesnes (Sciences-Po) and Joel Cabalion (EHESS/CSH)

– Sundeep PAULOSE – Women Self Help Group as a Social Movement and its Impacts in the Rural Areas – Some Cases from a Tribal Belt in Maharashtra.
Discussant: Dr Cyril FOUILLET (SIAS – University of Oxford)

Break

4.30 to 6 pm

– KP RAJESH – New Social Movements, State and Civil Society in Kerala: A Critical Engagement with Adivasi Gothra Maha Sabha (AGMS) as a ‘New Social Movement’.
Discussant: Dr David Picherit

– Lalit KHANDARE – Analyzing Contemporary Global Advocacy on Annihilation of Caste & Untouchability.
Discussant: Dr Govardhan G. WANKHEDE

6 pm – 7 pm

Visit of the Dikshabhumi (stupa of Dr Bhimrao Ambedkar)

Thursday, 11th of February 2010

Place: Pragati Sanstha, Lonara, Nagpur

10 am to 1 pm

Workshops animated by post-doctorate scholars and researchers

Lunch

2.30 to 5.30 pm

Workshops animated by post-doctorate scholars and researchers

5.30 to 7 pm: Break

7 to 8 pm: Dinner

8 to 10 pm: Cultural program

Social and revolutionnary songs of Maharashtra:
– Ambedkari Qawwal by Anirudha Shewale
– Krantikari Git by Madhukar Gajbhiye
– Bhimgit by Parmeshwar Chahande

Meeting and discussion with the artists

Friday, 12th of February 2010

Day visit in Ramtek, district of Nagpur. Last evening at Pragati

AJCSS 2009 | Varanasi

L’analyse des politiques publiques en Asie du Sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 15/02 – 20/02/2009

Banaras Hindu University (BHU), Varanasi

Organisation : Rémi DE BERCEGOL, Olivier TELLE

Partenaires : Banaras Hindu University, CEIAS-EHESS, Centre de Sciences Humaines, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Présentation

Ces Ateliers ont l’ambition d’embrasser la diversité des politiques publiques, de questionner leur nature, leur signification et leur impact dans le contexte indien afin de saisir une éventuelle transformation de l’État. Pour cela, on pourra s’intéresser à des politiques sectorielles volontairement hétérogènes (qu’elles soient -par exemple et de manière non exhaustive- environnementales, territoriales, urbanistiques, touristiques…) pour aborder ensuite une réflexion commune plus large sur la définition de la puissance étatique et son rapport à la société indienne. Dans cette perspective et afin d’avoir une vision globale de la situation, une approche multidisciplinaire (sciences administratives et politiques, histoire, géographie, anthropologie, sociologie, économie…) et multiscalaire (à l’échelle locale, nationale et régionale) de cette thématique est encouragée.
Pour guider la réflexion, trois pistes d’analyses des politiques publiques sont évoquées dans cette appel à contribution : « les politiques publiques au jeu des acteurs », « signification et sens de l’action publique », «métamorphoses de l’État».

Les politiques publiques au jeu des acteurs
Une politique publique peut être définie de façon large comme le résultat de processus d’actions collectives, associant différents acteurs publics et privés, en vue de résoudre un problème défini politiquement comme collectif. Loin d’être neutre et incontesté, le choix de telle ou telle « solution » émane d’un compromis entre les différents groupes sociaux impliqués qui se traduit ensuite par un ensemble concret de moyens législatifs,organisationnels, financiers, administratifs, juridiques et humains. Chaque décision rencontre des résistances dans son application en raison des conflits d’intérêts qu’elle peut susciter entre les acteurs dans son élaboration et sa concrétisation.
L’actualité récente avec les oppositions rencontrées par les États dans leur politique d’industrialisation et de réhabilitation des populations, comme la médiatique et difficile implantation de la chaine de montage de la Nano de Tata au Bengale Occidental, fournit des exemples significatifs de ces contestations. L’atelier vise donc tout d’abord à répondre aux questions suivantes: comment sont représentés les différents intérêts et selon quels processus de coordination d’acteurs? Qui gouverne et comment?
On pourra plus particulièrement s’intéresser aux réseaux, plus ou moins stables et formels, d’acteurs impliqués dans le processus de décision et d’application. Il s’agira notamment de souligner les différents groupes concernés, leur composition et leur pouvoir afin de montrer la diversité des systèmes d’actions et des modes de structuration des intérêts politiques et sociaux au sein d’un territoire ( ex: Asie du sud, Union Indienne, Bihâr, ville…), d’une filière ( ex: santé, économie, environnement, foncier….) et d’un problème ( grippe aviaire, inflation, inondation, slums…).

Signification et sens de la politique publique
Une politique publique est aussi une image sociale du système sur lequel elle intervient. Sa construction émane d’un ensemble de normes, de symboles, de croyances et cristallise donc à ce titre une représentation spécifique d’un objet à un moment, un lieu et une situation socio-économique donnés. Mais une politique impose également une production de normes, une fabrication d’idées et de valeurs qui vont constituer une certaine vision du monde.
Ainsi, les communications pourront présenter les dimensions cognitives (compréhension du monde) et normatives (les objectifs de chaque politiques pour agir sur ce monde) des politiques publiques en Inde. Dans cette perspective, les politiques de discrimination positive pourront être appréhendées comme une redéfinition de la place et de l’image sociale de groupes traditionnellement marginalisés. Dans le même registre, les débats politiques sur la condition féminine en Inde apparaitront comme un processus de médiation sociale entre la société et une situation identifiée comme fortement inégalitaire et donc problématique. La question qui se pose est de déterminer comment sont motivées, mobilisées et légitimées les idées constitutives à toute action politique. Plus précisément, il s’agit de savoir comment est élaborée l’image du système à réguler. A partir de quels concepts et à travers quels mécanismes?

Métamorphoses de l’Etat
L’analyse des politiques publiques renvoie en fin de compte à l’évolution de l’Etat et à ses visions successives selon les époques et les contextes. Au niveau international, on assiste depuis les années 1980 à un changement de paradigme avec la remise en cause de l’État centralisé et monopolistique, perçu comme obsolète dans le cadre d’une économie mondialisée. Dans ce contexte, les politiques publiques doivent désormais concilier des d’objectifs d’équité sociale (réduction de la pauvreté et des inégalités) et d’efficacité économique (avec l’ouverture au marché et l’assainissement des finances publiques).
Contrairement à la plupart des autres pays du Sud, cette libéralisation ne semble pas s’être traduite en Inde par de profondes ruptures dans l’éventail des politiques publiques. Par exemple, sans céder à la vague mondiale des privatisations des années 1990, l’Inde a libéralisé son système (autonomisation du secteur privé et ouverture au marché) avec la coordination, l’implication et le soutien de l’État qui réaffirme son contrôle selon de nouvelles modalités. Ainsi, la construction des politiques résulte de la conjugaison de forces internes et externes, de philosophies politiques distinctes qui évoluent en interdépendance avec la société.
Les communications qui tenteront d’approcher les transformations possibles de l’État indien seront particulièrement appréciées. A travers des politiques publiques comme la décentralisation politico-administrative, on pourra notamment questionner les évolutions des formes, de la nature de l’État et de ses capacités régulatrices. Existe-t-il de réelles ruptures dans ses actions?

A travers l’analyse des politiques publiques, c’est la spécificité d’une potentielle « voie indienne » que ce séminaire entend ici questionner: en quoi et pourquoi peut-on distinguer les caractéristiques de l’Inde dans la formulation et l’application de ses politiques publiques? Des contributions sur les autres pays de l’Asie du Sud pourront être également soumises si elles permettent des comparaisons avec le système indien.
Enfin, cet atelier pourra aussi être l’occasion de s’interroger sur la place même des analyses des politiques publiques en Inde. En effet, fortement développée en France, la discipline semble se cantonner en Inde à l’évaluation et à la science administrative. Alors qu’en est-il exactement de l’état de la recherche sur cette thématique en Inde et que cela nous apprend-il sur la manière d’y penser l’action publique ?

Programme

Sunday, 15 February, 2009

7:00 pm to 9:00 pm
Registration and Reception
Place: Guest House, Varanasi

Monday, 16 February, 2009

9:00 am to 10:00 am

Inaugural address, AJEI’s presentation, Presentation of the 12th edition of the workshop by the organizers, Presentation of the thematic and the planning, Presentation of the Hosting Place (BHU)

Break

10:15 am to 12:00 pm

Round table: Presentation of Young French Researchers’ work (Master, M Phil and PhD)

Lunch

2 pm to 4:00 pm

– Presentation of the thematic of the workshop: How to study policies? A methodological introduction. by Loraine KENNEDY (CSH, EHESS, CNRS)

– Presentation of comparative methodology: Comparing most different cases: a pathbreaking but marginal comparative methodology becomes crucial in the age of globalization by Olivier GIRAUD (Chargé de recherche CNRS, CURAPP)

– Presentation of a case study: Methods and tools for urbanization: stake for urban governance by Dr Kamala MARIUS-GNANOU (Ades Tempo, IFP)

Break

4:15 pm to 5:00 pm

Presentation of Varanasi: Kāshī and its Cosmos: Sacred Geography of Benares by Prof. Rana P. B. SINGH (BHU University)

Tuesday, 17 February: Presentation of PhD research discussed by senior researchers

Conference Hall, Ganpathi Guest house, Meer Gath, Varanasi

10:00 to 10:40 am

– Implementing Agrarian reforms through Gram Panchayat, Marie-Luce BIAZAFINIKAMIA (Sciences Politiques Paris)

Break

11:00 to 12:30 am

– Implementation of Industrial Policies : the case study of Kanchipuram & Chennai district, Jeremy GRASSET (Gecko, Paris X)

– Urbanization, Law and SEZ; a legal analysis in Gujarat , Michaela BUSHCHI (Graduate Institute of International and development Studies, Genève)

Lunch

2:00 to 3:05 pm

– Touristic’ publics Policy in Jammu and Cachemir, Aurélie DELAGE (Institut Universitaire de Kurt Bösch, Lausanne)

– Impact of public policies and tourism in Sikkim, Olivier CHIRON (ADES tempo)

Break

3:20 to 3:55 pm

– Exogenous Factors in Public Policy: Diaspora and the Transformation of the Indian State, Anouck CARSIGNOL (IUHEID)

Wednesday, 18 February, 2009: International day at the Institute of Agricultural Sciences, Banaras Hindu University

9:30 to 10:30 am

– Inaugural Session (BHU)

10:30 to 12:40 pm

– The incertitude of farming: Agrarian policies and agrarian crisis in Vidharba(Central India), Joel CABALION, (École des Hautes Études en Sciences Sociales Paris)

– Spacio-temporal Change in Agricultural Land Use of Harahua Block, Varanasi, Pankaj Prakash SINGH Research Scholar (Banaras Hindu University)

Break

– Implementation of National Rural Employment Guarantee Act in a tribal state: Meghalaya, Dalel BENBABAALI (CSH, Delhi)

– Rural Development Programs and Policies in India: A Critical Analysis with special reference to Ambedkar Gram Vikas Yojana, Kavita JAIJAN (Banaras Hindu University)

– Discussion on previous papers: 45min

lunch

2:00 to 3:20 pm

– Ghats and Palaces of Benares: Construction and Permanence, Savitri Jalais (ENSA Paris, BHU)

– Heritage Planning for Buddhist Sites: A Case Study of Bodh Gaya, Devesh KUMAR (BHU)

– Discussion on previous papers: 40 min

break

3:40 to 4:50 pm

– Land-use Patterns of Towns in Ballia District: A Comparative Study, Ram Kumar CHATURVEDI (BHU)

– Discussion with Prof. Rana P.B Singh

– Concluding Session with Prof. Rana P.B SINGH: Summary, the main issues the perspectives and future questions.

Thursday, 19 February, 2009

10:00 pm to 12 pm

Workshop in small groups with Dr. Aurélie VARREL (MIGRINTER), Dr. Julie BAUJARD (IRSEA) and Dr. Cyril ROBIN (CSH)

15:00 pm to 17 pm

Workshop in small groups with Dr. Aurélie VARREL (MIGRINTER), Dr. Julie BAUJARD (IRSEA) and Dr. Cyril ROBIN (CSH)

Presentation of a documentary or a movie

Friday, 20 February, 2009

Excursion day: Visit of Banaras major places and excursion to Sarnath

AJCSS 2008 | Shillong

Environnement naturel et sociétés : Pratiques, gouvernance et transformations de la nature en Asie du sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 15/02 – 20/02/2008

North-Eastern Hills University (NEHU), Shillong

Organisation : Nicolas LAINÉ, François-Xavier ÉCHAPPÉ

Partenaires : North-Eastern Hills University, CEIAS-EHESS, Centre de Sciences Humaines, Institut Français de Pondichéry, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Présentation

Pour ces 11èmes Ateliers de l’AJEI, nous voudrions lancer une réflexion pluridisciplinaire autour des relations homme/nature en Asie du Sud. Notre intention est d’ouvrir des débats méthodologiques, épistémologiques et théoriques autour des différentes façons dont l’homme se pense dans son environnement naturel, et agit sur celui-ci.
Les discussions seront articulées autour de trois axes qui nous permettront d’envisager différentes modalités d’interactions entre les systèmes écologiques et les systèmes sociaux dans l’espace sud-asiatique : les « savoirs naturalistes locaux » (traditional ecological knowledge) ; les enjeux de la gouvernance environnementale ; les conséquences de la transformation des milieux par l’homme.

Les savoirs naturalistes locaux
Depuis le sommet de Rio (1992), et la Convention sur la Diversité Biologique (1996), l’expression « savoirs naturalistes locaux » fait autorité pour traduire en français l’expression anglo-saxonne « traditional ecological knowledge ». Elle désigne un ensemble de savoirs et de pratiques sur la nature mis en œuvre par les populations locales.
D’une part, nous souhaiterions rendre compte de la richesse et de la diversité des savoirs naturalistes locaux en Asie du sud. Les hommes qui possèdent ces savoirs mobilisent des connaissances, des postures et des gestes, des outils, qu’ils combinent entre eux de manière à obtenir un résultat désiré. Les savoirs naturalistes locaux s’expriment ainsi en des processus d’opérations complexes qui à la fois respectent des contraintes écologiques, et qui sont le fruit de choix sociétaux. En tant que systèmes de connaissances spécifiques sur le monde, ces savoirs témoignent d’un rapport singulier avec l’environnement naturel, et plus généralement de manières originales d’être au monde.
D’autre part, les recherches récentes menées sur les savoirs naturalistes locaux montrent qu’ils peuvent servir d’outil d’analyse et d’évaluation des politiques de gestion et de conservation des ressources ; ils peuvent dans certains cas remettre en cause ces mêmes politiques.
Aussi des propositions de communication, s’appuyant sur cette conception des savoirs naturalistes locaux en tant qu’objet de conservation, seront-elles examinées avec intérêt. On pourra par exemple s’attacher à montrer l’impact des actions des populations sur la nature, et à évaluer la durabilité de leurs pratiques.

Gouvernance de la nature
En Asie du sud, le mouvement de protection et de conservation des ressources naturelles et de la biodiversité trouve son écho dans nombre de régions du sous-continent. Nous désirons soulever ici la question de l’émergence et de la mise en place de projets de conservation, ainsi que de leurs conséquences sur le terrain, à différentes échelles, pour l’ensemble des acteurs.
En proposant de nouvelles approches, à la croisée des sciences humaines et des sciences naturelles, les recherches actuelles insistent sur la nécessité d’enquêtes pluridisciplinaires incluant les dimensions socio-économique, culturelle, politique, religieuse et écologique des projets. Ces enquêtes ont également montré que la prise en compte des représentations de la biodiversité par tous les acteurs concernés (ONG, autorités locales, populations impliquées, etc.), l’étude des relations que nouent ces acteurs entre eux, et celle de leurs interactions avec les espèces et les systèmes écologiques, sont autant de facteurs d’analyse qui permettent de saisir dans leur ensemble l’élaboration de tels projets (M. Roué, 2003).
Les propositions de communication relatives à cet axe pourront ainsi présenter des recherches portant par exemple sur la création et/ou l’extension de parcs nationaux, la mise en place de projets d’éco-tourisme, l’élaboration de programmes de protection d’une ou de plusieurs espèces, etc : quels sont les enjeux liés à ces programmes de conservation ? quels sont les logiques et les intérêts des différents acteurs qui y participent ?

Transformation du milieu et recompositions socio-spatiales
Hors du champ de la protection de la nature, les actions de l’homme sur son environnement conduisent également à la redéfinition des espaces habités. Le développement industriel et économique du sous-continent indien – l’expansion urbaine, les nouvelles mises en culture, la construction de grandes infrastructures (barrages hydrauliques, gazoducs, infrastructures routières) – ont des conséquences sur les relations que les groupes sociaux sud-asiatiques entretiennent avec leur territoire.
Les programmes de développement sont en effet à l’origine de mouvements de population contraints ou volontaires, qui se traduisent par de nouvelles pratiques spatiales : mobilités saisonnières, migrations permanentes, bi-résidence, installation à la périphérie des villes, etc.
Le cas de l’espace urbain est encore plus complexe puisque son expansion peut être vue à la fois comme un empiètement sur l’espace naturel, et comme une incorporation de la nature à la ville, en fonction de politiques environnementales et urbaines plus ou moins harmonieuses.
Les propositions pourront ainsi porter sur les relations entre environnement naturel et nouveaux espaces, émergents ou en développement. On pourra aussi interroger la manière dont les transformations de l’environnement par l’homme influent sur la composition et les comportements des groupes sociaux qui peuplent ces territoires.

D’une manière transversale, les communications portant sur des situations dans lesquelles s’expriment et se rencontrent différentes pratiques et représentations de la nature seront privilégiées.

Ces ateliers ont également la vocation de mettre en avant les approches pluridisciplinaires récentes permettant d’appréhender les interactions entre l’homme et son environnement en Asie du sud. Les différentes communications nous permettront de nous interroger sur les outils méthodologiques permettant d’aborder l’observation et l’analyse de groupes sociaux pour lesquels l’environnement est au centre de dynamiques et d’enjeux identitaires, sociaux, politiques et économiques.

Programme

Vendredi 15 février : Accueil des participants

Lieu: Guest house North- Eastern Hills University (NEHU), Shillong.

Samedi 16 février: Ouverture des 11èmes Ateliers

Lieu: auditorium NEHU

Matin

– Discours de bienvenue
– Présentation de l’AJEI (Bertrand LEFEBVRE, webmaster de l’AJEI)
– Présentation des onzièmes ateliers de l’AJEI par les organisateurs (Nicolas LAINÉ, François- Xavier ÉCHAPPÉ)

Pause thé

– Table ronde : présentation des participants et de leur sujet de recherche (bref exposé de la recherche en cours)

Déjeuner

Après-midi

– Table ronde (suite)

Pause thé

– Table ronde (suite et fin)

Dimanche 17 février : Ateliers thématiques

Lieu : NEHU

Matin

– Atelier 1 : Approche ethno-historique de l’environnement en Asie du sud. Raphael ROUSSELEAU (CEIAS /Musée du Quai Branly, Paris) et Samuel BERTHET (CSH, New Delhi).

– Atelier 2 : Recompositions socio-spatiales et leurs implications sur l’appartenance communautaire. Interdisciplinarité dans l’étude et la prise en compte des facteurs exogènes. Salomé DEBOOS (EHESS-Paris).

Déjeuner

Après-midi

– Atelier 3 : L’interdisciplinarité, une nécessité pour aborder les questions d’environnement. Joëlle SMADJA (« Milieux, sociétés et cultures en Himalaya » U.P.R 299-CNRS ; membre du projet ANR « Autour du Brahmapoutre »).

– Atelier 4 : Tanka B. SUBBA (NEHU)

Soir

Projection et animation d’un débat autour du film « Eaux douces, eaux amères » de Nicolas PLOUMPIDIS et Nathanaël COSTE par K. ANUPAMA (IFP, Pondichéry).

Lundi 18 février: Journée d’étude : Environnement naturel et sociétés

Lieu : grand auditorium NEHU

Matin : Séminaire International (anglais)

– Inauguration du séminaire par R. KHONGSDIER (directeur du département d’Anthropologie, NEHU)

Forest conservation, property rights and incentives in the Central Himalaya: a research project. Carine SEBI (GAEL, Grenoble, CSH, New Delhi)
discutant : Samuel BERTHET

Some trends in the way to view oneself as “community” in the context of globalization. The example of Padum in Zanskar region (Indian Himalaya). Salomé DEBOOS
discutant: Philippe RAMIREZ (« Milieux, sociétés et cultures en Himalaya » U.P.R 299 – CNRS ; membre du projet ANR « autour du Brahmapoutre »).

Pause thé

The Industrial Corridor’s environmental issues: the case of Gujarat. David KONG (IUED, Genève)
discutant: K. ANUPAMA

From Romantic Gaze to Scientific Interpretation (1854-1945). The British Perception of North-East ‘Megalithic Landscapes and Cultures’. Raphael ROUSSELEAU
discutant: Philippe RAMIREZ

Déjeuner

Après-midi : Séminaire Jeunes Chercheurs (français)

La géopolitique indienne de l’énergie. Sunith SOMAN (EHESS, Paris)
discutant: Lionel BAIXAS (CERI-Sciences Po Paris / CSH, New Delhi).

Les Mising : une tribu du fleuve Brahmapoutre (Assam). Impacts des pressions territoriales sur le mode de vie de la tribu mising. Emilie CREMIN (« Milieux, sociétés et cultures en Himalaya » U.P.R 299 – CNRS / LADYSS, Paris 8)

Pause thé

Les implications socio-économiques de la conservation. Le cas de la réserve de biosphère de Nanda Devi, Himalaya indien. Sarah BENABOU (CEIAS-EHESS, Paris)
discutant : Joëlle SMADJA

La relation des Gaddis à leur environnement (Himalaya indien occidental) : une perspective dynamique. Noëlle COUNORD (Université d’Aix-Marseille)
discutant : Nicolas LAINE (CEIAS-EHESS, Paris).

Mardi 19 février : Regards croisés sur le Nord-est-indien

Lieu : NEHU, salle de conférence

Matin : La spécificité du Nord-est indien (présentation de travaux et de recherches en cours)

Emilie ARRAGO (LAHIC- EHESS, Paris ; membre de l’ANR « Autour du Brahmapoutre »)
Samiran BORUAH (Assam State Museum, Guwahati ; membre de l’ANR « Autour du Brahmapoutre »).
Philippe RAMIREZ
Joëlle SMADJA

Déjeuner

Après-midi

Visite du « Don Bosco Center for Indigenous Cultures », Shillong.

Soir

Bilan des ateliers par les organisateurs et discussion avec l’ensemble des participants.
Dîner de clôture des onzièmes ateliers.

Mercredi 20 février : Excursion (sortie facultative)

Visite du site archéologique de Nartiang (Meghalaya).

AJCSS 2007 | Pondichéry

Conflit, négociation, coopération. Enjeux et méthodes pour aborder les rapports sociaux en Asie du Sud

Ateliers Jeunes Chercheurs, 27/02 – 02/03/2012

Institut Français de Pondichéry, École Française d’Extrême Orient, Alliance Française, Pondichéry

Organisation : Lionel BAIXAS, Lucie DEJOUHANET, Pierre-Yves TROUILLET

Partenaires : Institut Français de Pondichéry, EFEO-Pondichéry, Alliance Française, Centre de Sciences Humaines, CEIAS-EHESS, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Suite à l’organisation de ces Ateliers, un ouvrage collectif a été publié.

Présentation

Nous proposons dans le cadre des Ateliers jeunes chercheurs 2007, d’engager une réflexion sur les enjeux et les méthodes permettant d’appréhender les rapports sociaux en Asie du Sud.

Selon Max Weber, ‘le conflit ne peut être exclu de la vie sociale (…) la « paix » n’est rien de plus qu’un changement dans la forme du conflit, dans l’identité de ses protagonistes, dans les objets du conflit ou encore dans les hasards de la sélection.’ Si l’on accepte cette idée, le conflit et la coopération pourraient alors être conçus, non pas comme antithétiques, mais plutôt comme indissolublement liés. D’après Georg Simmel, le conflit – qui peut être aussi bien latent qu’explicite, violent que non-violent, créateur que destructeur – et la coopération – faite de dialogue et de négociation permanents – sont précisément extrêmement difficiles à dissocier dans la mesure où ils seraient à la fois inhérents l’un à l’autre et latents l’un dans l’autre. Ainsi, le conflit, défini comme une relation antagonique entre plusieurs acteurs individuels ou collectifs poursuivant des buts contradictoires, ne constituerait pas un dysfonctionnement de l’ordre social source de désordre, mais au contraire une forme de dialogue social à part entière et même le moteur du changement social. Dans cette perspective, le conflit ne serait plus seulement destructeur mais au contraire vecteur de socialisation. Chaque groupe social en conflit tendrait, en effet, à produire son propre ‘style de vie’, selon la terminologie weberienne, par le biais d’une organisation, d’un imaginaire et de modalités de gratification spécifiques. La coopération, quant à elle, entendue comme gestion pacifique et concertée des tensions sociales, correspondrait à la capacité des acteurs à gérer leurs conflits de manière à ceux que ceux-ci ne dégénèrent pas. Enfin, la négociation représenterait à la fois un appareil de revendication et un outil de pacification pouvant permettre de passer du conflit à la coopération et donc d’interroger ces deux concepts simultanément.

La réflexion que nous avons l’intention d’engager au cours des Ateliers jeunes chercheurs 2007 repose donc sur la volonté de tester ces concepts dans le contexte sud-asiatique. Dans quelle mesure sont-ils susceptibles de nous renseigner sur la nature et les modalités des rapports sociaux dans cette région ? La réflexion s’articulera par conséquent autour de trois axes transversaux : définir les rapports sociaux ; les dire ; et les lire.

Axe 1 : Définir les rapports sociaux : entre conflit, négociation, et coopération

L’extrême diversité, en ce qui concerne les origines, les manifestations, les résultats et les conséquences des rapports sociaux conflictuels et coopératifs, nécessite un effort de définition et de classement, à la fois des notions et des situations. En Asie du Sud, on recense des conflits inter-étatiques armés, des guerres civiles généralisées ou localisées, des actes terroristes, des conflits autonomistes, sécessionnistes ou irrédentistes, ainsi que des conflits communalistes, sectaires, de caste, de classe, etc. Les enjeux de ces conflits peuvent être politiques, économiques, ethniques, religieux, territoriaux, et parfois plusieurs de ces dimensions sont imbriquées. En ce qui concerne la coopération, on relève des tentatives bilatérales ou régionales, le recours à des mesures de discrimination positive ou au redécoupage des frontières des États, des succès et des échecs, etc. Il importe donc de déterminer les critères permettant de définir le conflit et la coopération, de comprendre les raisons à l’origine de ces dynamiques, d’expliquer pourquoi certains conflits dégénèrent tandis que d’autres se stabilisent, de cerner l’espace donné à la négociation, et d’analyser les outils méthodologiques dont dispose le chercheur pour étudier le conflit et la coopération. Il faudrait également s’interroger sur l’identité des acteurs en prise les uns avec les autres, sur leurs intérêts et les stratégies qu’ils adoptent pour les exprimer et les défendre au sein des processus de conflit, de coopération et de négociation.

Axe 2 : Dire les rapports sociaux

Aborder le thème des rapports sociaux, et en particulier les notions de conflit, de négociation et de coopération, à travers la manière dont ils sont exprimés par les différents acteurs et ainsi rendus visibles, puis selon la façon dont ils sont interprétés par le chercheur nous semble constituer une entrée pertinente pour comprendre les interactions entre groupes sociaux en Asie du Sud. C’est sur la visibilité et les formes d’expression des rapports sociaux, que nous voulons lancer une réflexion dans cet axe et le suivant. Chaque entité sociale produit un discours propre – dont il existe plusieurs types : scientifique, idéologique, politique, historique, religieux, médiatique, populaire… – qui agit sur la réalité. La construction des représentations sociales et leur expression dans la société dépendent de ce jeu entre discours et réalité, entre le parler, l’agir et le vécu. Il importe donc de se demander qui produit le discours, pourquoi, et quelles en sont les conséquences ? Comment le discours influence-t-il les réalités sociales alors que celles-ci créent aussi du discours ? Enfin, comment le chercheur peut-il parler des rapports sociaux à partir des discours tenus par les acteurs, et quelle place attribuer à son propre discours ?

Axe 3 : Lire les rapports sociaux

Enfin, parallèlement à l’analyse du « dire », il nous parait intéressant d’aborder les différentes possibilités de lecture des rapports sociaux. Nous voudrions donc nous interroger sur les méthodes disponibles pour lire ou décrypter les rapports sociaux dans leurs diverses expressions. La lecture ou l’analyse herméneutique des discours, qu’ils soient écrits, parlés, imagés, implicites, permet de comprendre les modalités opérant ou ayant opéré dans l’expression des rapports sociaux. Mais il est également possible de lire le conflit, les négociations ou la coopération dans l’espace, en se référant à une lecture géographique des rapports sociaux. En effet, il semble particulièrement heuristique d’aborder la dimension spatiale des rapports sociaux, et plus précisément les enjeux et significations de leur constante imbrication avec les rapports spatiaux, l’espace étant support des relations sociales mais aussi cadre actif, traduisant la position – voire l’opposition – économique, sociale, symbolique, ou politique des individus ou des groupes sociaux. Comme le pense Guy Di Meo, l’espace social doit être envisagé comme se construisant à travers des luttes (de catégories ou de classes) et des enjeux qui entraînent la différenciation sociale de la surface terrestre. Aussi l’espace peut-il et doit-il être envisagé pour lire et comprendre les modalités des rapports sociaux allant du conflit à la coopération. Nous réfléchirons donc sur les méthodes et les outils disponibles pour aborder les rapports socio-spatiaux.

Programme

Mardi 27 Février 2007 : Début des Dixièmes Ateliers de l’AJEI

Lieu : Institut Français de Pondichéry

Matin

9.00: Discours de bienvenue par Jean-Pierre MULLER, Directeur de l’IFP
9.15: Discours d’ouverture par C.Z. GUILMOTO, Directeur du CICRED, Fondateur de l’AJEI
9.30: Présentation de l’AJEI par Raphael VOIX, Président de AJEI
9.45: Présentation des Ateliers 2007 de l’AJEI par les organisateurs
10.00: Débat sur le thème des Ateliers animé par Lionel BAIXAS
10.30: Pause thé
11.00: Présentation de tous les participants et de leur recherche

12.30: Déjeuner dans les jardins de l’IFP

Après-midi

14.00: Présentation de tous les participants et de leur recherche (suite)
16.00: Pause thé
16.30: Présentation de tous les participants et de leur recherche (suite)
18.00: Fin de la session

Mercredi 28 Février 2007 : Ateliers thématiques et pluridisciplinaires

Lieux : Banyan Beach Resort/ Alliance Française

Matin

9.00: Ateliers thématiques en petits groupes

« La carte : Méthodes et enjeux » (Sébastien OLIVEAU)
« Aborder le genre » (Kamala MARIUS-GNANOU)
« Terrains sensibles : des problèmes d’accès aux difficultés de traitement des données » (Laurent GAYER et Marie LECOMTE-TILOUINE)

10.30: Pause thé

11.00 : Suite des ateliers

12.30: Déjeuner au Banyan Beach Restaurant

Après-midi

14.00: Suite des ateliers
15.30: Pause thé
16.00: Ateliers disciplinaires en petits groupes

Géographie : Frédéric LANDY
Sciences Politiques : Mariam ABOU-ZAHAB
Anthropologie : Catérina GUENZI

17.30: Fin de la journée
18.30: Navette (bus) du Banyan Beach Resort à l’IFP à la Maison Colombani
18.45: Projection d’un documentaire de Vijay KUMAR sur les conflits autour de l’eau entre
Etats de l’Union Indienne
, suivi d’un débat à la Maison Colombani

Jeudi 1er Mars 2007 : Journée Internationale

Lieux : École Française d’Extrême Orient (EFEO)/ Banyan Beach

Matin

Inauguration de la journée par Dominic GOODALL, Directeur de l’EFEO

Demographic masculinization in India and China – Christophe Z. GUILMOTO

International Peacebuilding Operations – Kristoffer LIDEN

Understanding Women’s, Method: In Armed Conflict Situations in South Asia – D.PARIMALA
Discutant: Kamala MARIUS-GNANOU

Pause thé

Hindu Nationalism and Communal Violence in India Lethal Religions – Turid BEITLAND
Discutant : M. KANNAN

Violence as an Initiatory Process: Spiritual Practises in a Contemporary Indian Religious Group – Raphaël VOIX
Discutant : Christoph EBERHARD

12.30: Déjeuner dans le jardin de l’EFEO

Après-midi

Prevent and Avoid the Conflict: the Breeders Nomads of Rajasthan – Sandrine PREVOT
Discutant: Frédéric LANDY

Caste and Occupational Change – Max PRIESTER-LASCH
Discutant : V. PRAGATHI

Talking About Social Relations in Indian Context: A Dalit Perspectives – Madamy VELUSAMY
Discutant: Zoé HEADLEY

Pause thé

Missionaries, Medecine and Modernity: Science and Social Conflict in Travancore – Burton CLEETUS
Discutant: KUMARESAN

Shifting Waterscape, Environment and Livelihoods in the Lower Krishna Basin, South India – Jean Philippe VENOT
Discutant : Olivia AUBRIOT

17.30: Fin de la journée internationale

Vendredi 2 Mars 2007 : Séminaire jeunes chercheurs

Lieu : Institut Français de Pondichéry

Matin

Les Zones Economiques Spéciales en Inde – Jérémy GRASSET
Discutant : Emmanuel BON

Conflits, négociations et coopérations dans un village du Tamil Nadu : Approche territoriale du festival religieux – Pierre-Yves TROUILLET
Discutant : Marie LECOMTE-TILOUINE (à confirmer)

Pause thé

Organisation politique des populations tibétaines – Olivier CHIRON
Discutant : Laurent PORDIE

Population locale et « développement durable » (Garhwal himalayen) – Marilyne BONSIRVEN
Discutant : Marc ROESCH

12.30: Déjeuner dans les jardins de l’IFP

Après-midi : Méthodes et épistémologie du travail de terrains en sciences sociales en Asie du Sud.

Introduction

Un jeune chercheur français face aux sujets sensibles en Inde : exemples autour du sida – Pascale HANCART-PETITET (discussion ouverte)

De l’interpétariat avec des chercheurs et jeunes chercheurs français en Inde – G. VENTAKASUBRAHMANIA

Pause thé

Bilan sur la réflexion menée autour du thème des Ateliers

Bilan des Dixièmes Ateliers et propositions pour les prochains Ateliers

17.30: Fin de la journée.

AJCSS 2006 | Kottayam

Religions et communautés religieuses dans le monde indien

Ateliers Jeunes Chercheurs, 28/02- 04/03/2006

Université de Kottayam, Kérala

Organisation : Yohanna JOLY, Julie HUMEAU

Partenaires : University of Kottayam, Centre de Sciences Humaines, Institut Français de Pondichéry, CEIAS-EHESS, Laboratoire GECKO-Université de Nanterre

Présentation

La multiplicité religieuse du monde indien nous invite à une double réflexion : la première, sur la pluralité de croyances et de pratiques qui en résultent ainsi que sur les phénomènes et les enjeux culturels, sociaux, politiques et économiques qu’à diverses échelles la religion sous-tend et influence. La seconde sur la démarche du chercheur en sciences sociales face au religieux qu’il choisit d’étudier ou qui parfois s’impose à lui, en contexte sud asiatique. Dans le cadre des Ateliers Jeunes Chercheurs en sciences sociales 2006 de l’AJEI, nous proposons une réflexion pluridisciplinaire commune d’une part, autour de l’inscription de la religion sur le corps social indien et sur les dynamiques qui en résultent, notamment en contexte contemporain. D’autre part, sur les outils théoriques et méthodologiques qui sont à notre disposition pour aborder, analyser et restituer des faits religieux ou des faits dont la religion constitue un leitmotiv.

Problématique

Dans le cadre des ateliers jeunes chercheurs en sciences sociales 2006 de l’AJEI, nous proposons une réflexion pluridisciplinaire commune d’une part, autour de l’inscription de la religion sur le corps social indien et sur les dynamiques qui en résultent, notamment en contexte contemporain. D’autre part, sur les outils théoriques et méthodologiques qui sont à notre disposition pour aborder, analyser et restituer des faits religieux ou des faits dont la religion constitue un leitmotiv.

La religion dans le sous-continent reste encore largement abordée dans son versant hindou, et dans son versus social, la caste, laissant ainsi de côté le caractère pluri-religieux du monde indien et avec lui l’étude et l’analyse – géographique, économique, politique, ethnologique- de logiques d’acteurs, de pratiques et de croyances dans les communautés musulmanes, chrétiennes, sikhes, bouddhistes, jaïnes, parsies, juives, etc. Nous aborderons alors cette multiplicité tant à travers des formes et des expressions singulières de la religion qu’au regard de la cohabitation et des interactions de communautés. La multi-religiosité nous permet ainsi de cerner des processus d’adaptation réciproque et les configurations socio-religieuses particulières qui s’en dégagent.

Le siècle dernier, marqué par l’expansion des mouvements nationalistes, l’indépendance et la partition, a vu éclater de très violents affrontements entre communautés religieuses, exprimant ainsi une exacerbation du sentiment d’appartenance religieuse et communautaire. Ce sentiment, figé par l’organisation sociale en castes, par les perceptions et les politiques coloniales puis plus récemment par le gouvernement indien lui-même par la discrimination positive qu’il a mise en place, ne distingue généralement pas appartenance sociale et appartenance religieuse. Par ailleurs, la montée des mouvements d’opposition au système des castes et les conversions, au christianisme, à l’islam, au bouddhisme ou à des mouvements néo-hindous, qui les ont parfois accompagnées, nous invitent à réfléchir à ces nouvelles pratiques et aux logiques développées par ces acteurs.

À travers ces multiples configurations, les chercheurs en sciences sociales ont développé de nouveaux outils pour appréhender ces phénomènes. Nous souhaiterions alors nous interroger et réfléchir sur ces nouveaux outils nous permettant d’aborder l’observation et l’analyse de communautés pour lesquelles la religion est au centre de dynamiques et d’enjeux identitaires et sociaux mais aussi politiques et/ou économiques.

Ces différents aspects seront abordés, de préférence, par une étude de cas, notamment à travers des expériences de terrain, mais ils pourront aussi l’être à travers une réflexion théorique générale, selon des approches et des échelles d’espace et de temps variées.

Bilan

C’est dans l’Etat indien le plus alphabétisé mais aussi dans cet Etat marqué d’une configuration religieuse tout à fait particulière (le Kerala compte 56 % d’hindous, 24 % de musulmans et 19 % de chrétiens) que s’est déroulée la neuvième édition des Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de l’AJEI.

Notre volonté était de proposer une réflexion pluridisciplinaire commune d’une part, autour de l’inscription de la religion sur le corps individuel et social indien et sur les dynamiques qui en résultent, notamment en contexte contemporain. D’autre part, sur les outils théoriques et méthodologiques qui sont à notre disposition pour aborder, analyser et restituer des faits religieux ou des faits dont la religion constitue un leitmotiv.
Ces ateliers avaient pour objectif une réflexion, à la fois sur les manières dont ont été et sont aujourd’hui étudiées les croyances, les pratiques et les enjeux du religieux dans le champ des sciences sociales et par là même, les différentes sources qui sont à notre disposition et sur les outils de recherche et de production scientifique. Nous nous proposions d’interroger les possibles utilisations de ces sources, leur impact sur le déroulement et l’orientation de la recherche ainsi que les moyens d’aborder et de travailler sur un phénomène religieux, notamment sur le terrain, ainsi que ceux nous permettant d’en parler, de le restituer. Les regards croisés d’anthropologues, de géographes, de politologues et d’historiens de niveau divers (master 1 à post-doc ainsi que des chercheurs) ont permis une réflexion élargie et c’est à travers des exemples indiens, népalais et pakistanais que nous avons abordé la vaste thématique du Religieux.

Deux axes furent privilégiés. Le premier concernait les communautés religieuses dans leur singularité (structures, pratiques, croyances, territorialité, mobilité sociale et/ou spatiale, …). Le deuxième interrogeait plutôt des situations de cohabitation et d’interaction. Ces deux axes, étroitement liés, nous ont permis de faire émerger des configurations socio-religieuses particulières faisant intervenir des jeux de coopération, d’adaptation réciproque mais aussi des situations conflictuelles de cohabitation. L’aspect méthodologique fut surtout abordé lors des ateliers, même s’il apparut en filigrane des communications.
Il s’est dégagé, tout au long des présentations une très nette manipulation de la religion et la mobilisation de multiples facettes identitaires par les acteurs ce, selon des enjeux et des intérêts politiques, économiques ou symboliques très variés et variables dans l’espace et le temps.

Déroulement des Ateliers

Les ateliers se sont déroulés à quelques kilomètres du centre ville, à Maloosserry, à la School of Social Sciences de Kottayam, département de l’Université Mahatma Gandhi. Le deuxième jour a fait exception ; une grève, en réaction à la venue de G.W. Bush en Inde, paralysait la ville et repoussa la journée franco-indienne.
La SSS a été établie en 1989. Cette école, département de l’Université Mahatma Gandhi, se veut interdisciplinaire et propose des cours, du Master au doctorat, allant de l’anthropologie aux sciences politiques en passant par l’archéologie, l’économie, l’histoire, la sociologie, l’écologie humaine et l’étude des transformations sociales. Elle propose également des programmes de développement et de conservation écologique. Enfin, la School of Social Sciences coopère avec différents instituts, laboratoires et universités internationales dont l’EHESS de Paris, le CIRAD de Montpellier et l’Institut Français de Pondicherry.

Programme

Ouverture des Ateliers (Mercredi 01 mars 2006)

Matinée 9h30-12h45

Accueil des participants
Présentation de l’AJEI par sa présidente Julie Baujard.
Présentation du programme des ateliers par les organisateurs.
Introduction du thème.

Après midi 14h15-17h30

Tour de table: Présentation par chacun des participants de leurs recherches.

Séminaire Chercheurs et Jeunes Chercheurs (Jeudi 02 Mars 2006)

Matinée 9h15-12h30

– M. LABORDE, histoire, Université Aix-Marseille 1 : Les conflits entre hindous et musulmans en Inde de la partition aux années 80 : approche et méthodes [PDF]

– C. SIMON, Anthropologie, EHESS Toulouse : Les vertus émancipatrices de la philosophie de Sant Ravidass dans la lutte contre l’intouchabilité. A partir de l’étude des disciples contemporains du Dera de Ballan, Jalandhar District, Pendjab [PDF]

– N. LAINE, Anthropologie, EHESS Paris : Hindouisme et domestication animale : Les éléphants dans les fêtes de temples au Kerala [PDF]

Après midi 14h00-16h00

– G. SCHLEMMER (CEIAS), Anthropologie : Réflexions sur le mode de construction d’une religiosité dans le rapport à l’Autre : le cas des Kulung (Népal).
Discussion
– L. PORDIE (IFP), Anthropologie : Bouddhisme, médecine et identité politique : quelques réflexions sur les usages sociaux de la religion en Inde Himalayenne.
Discussion

16h30-17h30 – Ateliers méthodologiques

– A. GARANDEAU (Géomatique, IFP) – Présentation de la géomatique et de ses utilisations possibles en sciences sociales.

Journée Franco-Indienne : Espace, religion et société en Asie du Sud. (Vendredi 03 Mars 2006)

9h30-10h00 – Remarques de bienvenue

R. GURUKKAL (Directeur de la School of Social Sciences, Kottayam)
Dr. Jancy JAMES (Vice chancelière de l’Université Mahatma Gandhi)
Dr. K.K. UNUSKUTTY (vice chancelier adjoint de l’Université Mahatma Gandhi)

10h15-13h00 – Session I

Président Dr. Laurent PORDIE, anthropologie (IFP)

– Mr. P. MADHU, SSS, MGU : Construing Divinity from Social Relations: The Case of Malleeswaran

– A. BUISSON, doctorante géographie, Université d’Aix-Marseille 1 : Literacy and religion. Some geographical links [PDF]

– Mr. A. MATHEW (SSS, MGU) – Making sense of sacred geography: the case of Tiruvallal.

Après midi 14h30-17h00 – Session II

Président Mr. Sanal MOHAN (SSS)

– P-Y. TROUILLET, géographie, Université Bordeaux 3 : Murukan and the Tamil Nadu (South India). A geographical approach to a Hindu divinity. [PDF]
Discutant: R. DELAGE

– L. GAYER, Sciences politiques, IEP Paris, CSH Delhi : Les trajectoires de sécularisation de l’islam contemporain en Asie du Sud.

17h15-17h30 – Session finale et clôture du séminaire

19h45-20h30 – Réunion AJEI

Discussion autour de l’association, de son fonctionnement et de ses objectifs ainsi que de l’organisation des prochains ateliers.

 Ateliers (Samedi 04 Mars 2006)

09h30-13h30

Trois ateliers en place : ” Connaître et utiliser les sources et les outils en sciences sociales ”

– Atelier A : R. DELAGE (Géographie) : Comment gérer la pluralité des sources d’information sur son terrain ?

– Atelier B : B. RIPERT (Anthropologie-Géographie) : Appréhender la question religieuse selon différentes disciplines, à partir de l’exemple des conversions religieuses au Népal.

– Atelier C : B. SEBASTIA (IFP, Anthropologie) : Présentation et projection d’un film ethnographique sur la possession au Tamil Nadu : Les rondes de saint Antoine : Culte, affliction et possession à Puliyampatti (2004, 32 min.).

15h-17h Séminaire Jeunes Chercheurs

– C. BRUN, anthropologie, EHESS Toulouse : ‘Les nourritures sacrées’ : circulation des bénédictions et rassemblements communautaires dans une secte musulmane ismaélienne en Inde (daudis bohras).

– A. AVDEEFF, anthropologie, EHESS Toulouse : Rassembler au-delà des clivages religieux ? Stratégie et processus d’adaptation d’un nouvel acteur sur la scène religieuse indienne. [PDF]

19h15 – 20h30 – Clotûre des Ateliers

Bilan par les organisatrices

Table ronde : bilan et commentaires des participants.
Dîner de clôture

Journée Facultative (Dimanche 05 Mars 2006)

Sortie en bateau sur le lac Vembanad, qui relie Kottayam et Alapuzha.

 

 

AJCSS 2005 | New Delhi

La restitution des données en sciences sociales

Ateliers Jeunes Chercheurs, 28/02 – 04/03/2005

Centre de Sciences Humaines, Jawaharal Nehru University,  India International Center, New Delhi

Organisation : Julie BAUJARD, Anne GOLDENBERG

Partenaires : Centre de Sciences Humaines, Jawaharal Nehru University,  India International Center, Institut Français de Pondichéry, CEIAS-EHESS, Laboratoire GECKO, Agence Universitaire de la Francophonie

Présentation

Dans l’idée d’aborder la restitution des données de la recherche sous un angle pratique, un médialab dédié aux participants fut mis en place sur la durée des ateliers. Le concept de médialab fait référence à des installations informatiques, mis en place lors de grandes manifestions, forum ou conférences, permettant aux participants de mettre en forme et diffuser rapidement leurs propres comptes rendus et informations sur l’évènement. Montés à l’origine dans un esprit militant, il s’agissait de mettre en place des structures à la fois légères et performantes, permettant une mise en forme et une mise en ligne directe de contenus tant textuels qu’audio, imagés et vidéo.

Les participants purent ainsi prendre part en temps réel à la restitution de l’évènement et à la constitution de l’information et de la mémoire des ateliers. Vous pouvez consulter la version interactive des Actes des Ateliers avec les textes, le programme, les vidéos, etc…

VISITER LE MEDIALAB