Identités et Territoires en Inde

Suite aux Ateliers Jeunes Chercheurs en Sciences Sociales de 2003 (Kolkata), l’AJEI a publié les actes du colloque :

Rémy Delage, Zoé Headley (éds.) Identités et territoires en Inde, AJEI, 2003, 136 pages

Identités et Territoires en Inde [PDF]

Identités et territoires en Inde (extrait)

L’AJEI a décidé, pour la sixième édition de ces ateliers, d’exporter une fois de plus le concept en Inde du Nord, au département d’histoire de l’université de Calcutta. En choisissant d’organiser un séminaire de deux jours en anglais, nous avons souhaité élargir le débat sur la question des rapports entre l’identité collective et le concept territorial, en ouvrant un dialogue franco-indien.

Remarques préliminaires
L’idée de la problématique retenue pour le séminaire trouve son origine à la fois dans le contexte général d’une Inde indépendante et dans la confrontation régulière entre étudiants de diverses expériences de recherche en Inde. Bien que le débat autour de la question identitaire ait été initié pour beaucoup par les anglo-saxons, il n’a toutefois pas eu de mal à trouver un vif écho parmi les intellectuels et les universitaires indiens comme français. En revanche, l’analyse des processus d’identification géographique et la question territoriale apparaissent comme un champ relativement inexploré des sciences sociales sur l’Inde.
C’est en soulignant la nature instable des découpages territoriaux en Inde que la nécessité d’approfondir la connaissance des liens entre l’identité collective et le concept territorial s’est confirmée. A l’échelle nationale, nous connaissons bien les difficultés, plus ou moins héritées de la partition de 1947, des gouvernements successifs à gérer sur ses marges (conflits au  Cachemire et dans les territoires du nord-est, pour l’essentiel) et en son sein (volontés régionales d’indépendance en Uttar Pradesh et au Bengale, à la confluence du Bihar et du Madhya Pradesh) les nombreux mouvements de revendication identitaire et territoriale. Si une solution politique a récemment permis de résorber une partie de ces conflits avec la création de trois nouveaux états au sein de l’union indienne (Uttaranchal, Jarkhand et Chattisgarh), le « modèle nehruvien » de l’unité/diversité de la nation reste partiellement remis en cause aujourd’hui.
Placée dans une perspective internationale, la problématique identités et territoires a toujours intéressé les chercheurs en sciences politiques, selon une approche qui a fréquemment recours à la dialectique des facteurs internes et externes. Tantôt la déstabilisation du territoire national est le fruit de luttes internes (sociales, culturelles et politiques) qui se traduisent dans la réalité par un refus d’ouverture et un repli identitaire, tantôt elle trouve son origine dans l’histoire chaotique des relations internationales et dans l’absence d’ouverture et de dialogue avec le voisin. La géopolitique, bien que peu représentée durant ce séminaire, apporte donc un éclairage complémentaire dans la manière d’appréhender le territoire et de jouer avec les échelles d’analyse, le macro/global informant le micro/local et viceversa. Le découpage thématique du séminaire s’est articulé autour de quatre grands axes de réflexion.

Spatialisation de l’identité au travers des catégories sociales, religieuses et politiques
Tout d’abord, une tentative de spatialisation du phénomène identitaire à travers des catégories générales d’analyse a permis de mieux comprendre les usages religieux et politiques du territoire. Si le pèlerinage à Sabarimala au Kerala est en partie fondé sur un régime de mobilité et de circulation à l’échelle de l’Inde du Sud, l’analyse de conflits entre différents groupes processionnels a finalement mis l’accent sur des questions de légitimité territoriale (dont l’unité en jeu est le kara), qui reflètent une certaine fluidité du jeu des interactions locales dans le Kerala contemporain (Rémy Delage). Ensuite, l’analyse critique d’une histoire de caste dans les années trente (Zoé E. Headley) a cherché à identifier et illustrer un certain nombre d’anciens concepts et de catégories tamoules informant les différentes textures de la territorialité des Pramalai Kallars au sud du Tamil Nadu, au moment de son émergence dans la sphère publique. Revenant au temps présent, dans le contexte tribal, Thanuja M. a exposé les composantes de la territorialité des Konda Reddis de l’Andhra Pradesh, une communauté classée ‘Primitive Tribal Group’ par le gouvernement, en soulignant les rapports tissés entre les clans et leur environnement au niveau du groupe d’habitations (gumpu), dans le contexte récent de leur pratique de cultivation itinérante (podu). Enfin, ce premier axe de réflexion s’est achevé par la présentation d’un projet de recherche sur l’appartenance politique au CPI dans un quartier de Calcutta, par un étudiant danois (Kenneth Nielsen), mais présenté dans une ambiance quelque peu surréaliste par Renaud Egreteau.

Au-delà de la frontière : les processus de déterritorialisation identitaire
Le deuxième thème que nous avons choisi de traiter rassemble deux études complémentaires sur l’idée de ‘frontière’, en ce sens qu’elles abordent la question identitaire en situation d’extraterritorialité. La première concerne les migrations de travailleurs de l’ouest du Népal vers l’Inde (Tristan Brusle). En partant de l’hypothèse de Paul Claval selon laquelle le territoire constitue la “base spatiale” de l’identité, la migration est envisagée ici comme perturbatrice et/ou révélatrice de l’identité de ces migrants Nepalais. La seconde présentation traite d’une part, de la relation entre religion (Hindouisme et Islam) et lieu (Inde), en recourant à la catégorie de People of Indian Origin (PIO) et d’autre part, de manière plus empirique, de la relation entretenue entre les PIO hindous et musulmans ayant migré avant 1947, afin de mieux comprendre les effets de la partition dans le processus d’identification de ces derniers (Kathinka Sinha-Kerkhoff). Paula Banerjee a montré en fin de session comment la nature circulatoire de toute région frontalière venait renforcer des processus d’inclusion et d’exclusion, pour redéfinir plus généralement les gamme des rapports de l’individu à soi et à l’Autre.

Modernité et stratégies politiques de la reproduction artistique
Le troisième axe était, quant à lui, plus hétérogène. La présentation de Ponnarasu M. s’intéressait à la différenciation géographique des pratiques artistiques populaires au Tamil Nadu, et aux phénomènes récents de regroupement associatifs comme c’est le cas, par exemple, du théâtre de rue (Therukkuthu), tout en soulignant le fait que ces manifestations soient fréquemment récupérées dans la période contemporaine par les partis politiques, afin de renforcer la dimension identitaire du groupe politique concerné. Une autre forme de rapports tissés entre l’art (ici, la peinture murale), l’identité et le territoire, a été exposée par Nicolas Nercam dans sa présentation des différents moments de la production d’un haut-lieu de la vie artistique de l’élite Bengali et au-delà, celui de Shântiniketan au Bengale Occidental.

Exploration de l’espace indien par l’idéologie
Enfin, la quatrième et dernière partie de ce séminaire a plutôt mis l’accent sur l’importance de l’instance idéologique dans la production identitaire et territoriale. Bodhisattva Kar a montré en se référant à de nombreux matériaux de recherche ‘orientaliste’ qu’il était nécessaire de comprendre les logiques coloniales de l’espace en Assam (nommer, compter, classer et découper), pour mieux lire les revendications politiques actuelles de cet état. Gilles Tarabout, quant à lui, s’est interrogé à partir d’expériences de terrain au Kerala sur les raisons qui avaient poussé beaucoup d’anthropologues à délaisser la notion de territoire dans leur analyse des phénomènes sociaux en Inde. Il conclut, au-delà du débat sur l’antériorité ou non de l’idéologie par rapport au territoire, à la nécessité de prendre en compte l’ensemble des processus contribuant à la structuration du social notamment les différents modes d’appropriation de l’espace.

Conclusions
Du point de vue des sciences sociales, l’approche dialectique des identités et  du territoire s’avère féconde si l’on considère d’une part, la manière dont un groupe social construit son identité géographique dans le rapport à l’altérité  environnementale et d’autre part, la façon dont le territoire ainsi créé, tant du point de vue de la représentation (au sens large) que de l’idéologie sociale, renforce l’identité du groupe et participe en même temps à sa reproduction. L’identité, pour se construire, se nourrit donc à la fois de références géographiques plus ou moins concrètes (la maison, la rue et le quartier, le village, la ville et la région…) et sociales (la famille, le lignage, la sous-caste et la caste…), tout en puisant dans l’idéologie religieuse et politique des outils conceptuels pour se renforcer.
Durant ces deux journées de séminaire, la question récurrente de la multiplicité des échelles, à travers lesquelles se lit la dynamique identitaire et territoriale, a démontré l’importance et la difficulté de l’exercice comparatif. En effet, les composantes actives de l’identité agissent directement sur la nature et la structure du lien territorial, et les territoires décrits par les participants, qu’ils soient informés par la religion, la caste, la tribu, la politique ou bien même une tradition artistique, invitent à une analyse transversale des phénomènes sociaux qui les composent. Dans tous ces cas, l’individu, la communauté, la localité, la région et l’état nation constituent effectivement un système de références identitaires qui amènent
le chercheur à construire un jeu d’échelles comparées.
Les débats qui ont suivi la dizaine de communications ont également porté sur la multiplicité des définitions et des significations attribuées à ces notions, en fonction des affiliations disciplinaires de chacun au sein des sciences sociales. En ce sens, ces ateliers auront permis aux étudiants en géographie, anthropologie, histoire, sociologie et économie, d’aller plus loin  dans leur réflexion personnelle, en replaçant leurs terrains respectifs dans une perspective disciplinaire comparée.
Ajoutons en guise de conclusion que l’objectif de ce séminaire n’était pas tant d’établir des définitions de l’identité et du territoire qui soient communes aux différentes disciplines représentées, que d’offrir aux jeunes chercheurs la possibilité d’enrichir et d’affiner leurs méthodologies par le jeu du dialogue interdisciplinaire.

 

Autour de… Jacques Pouchepadass

06/05/2010

Le prochain “Autour de…” de l’AJEI aura lieu le jeudi 6 mai et sera animé par l’historien Jacques Pouchepadass, directeur de recherche émérite au CNRS.

Dans le cadre informel d’un restaurant indien du quartier de la Gare du Nord, Jacques Pouchepadass nous racontera son parcours et ses recherches.
La discussion sera libre : la rencontre sera l’occasion  de mieux connaître les travaux de J. Pouchepadass et de confronter nos expériences, en toute convivialité !

Le rendez-vous est fixé à 20h au Krishna Bhavan, 24 rue Cail, 75010 (métro La Chapelle).

Pour en savoir plus sur les domaines de recherche et les publications de J. Pouchepadass :
http://ceias.ehess.fr/document.php?id=335

Autour de… Joëlle Smadja

27/04/2009

Le lundi 27 Avril à 19h, nous organisons une rencontre avec Joëlle Smadja, directrice de recherche et responsable du laboratoire “Milieux, sociétés et cultures en Himalaya” du CNRS.

Devant un verre et un dîner, Joëlle Smadja nous racontera son parcours, ses recherches, ses travaux de terrain, ses difficultés et réussites. La discussion est libre, la rencontre informelle, le but étant de mieux connaître ses travaux, la manière dont elle les a menés et de confronter nos expériences, en toute convivialité.

Cet apéro-dîner se déroulera dans le restaurant tibétain Kokonor au 206, rue Saint Jacques dans le 5ème arrondissement, à quelques mètres de l’Institut de Géographie, non loin de la Sorbonne, du Panthéon et du Collège de France (où se déroule le même jour un colloque sur l’Himalaya, cf.http://seechac.org/colloque/).

La station Luxembourg du RER B se situe à proximité.

Pour manger des momos comptez 10 euros, pour un menu complet 20 euros et pour les boissons entre 3 et 5 euros.

Pour en savoir plus sur notre invitée, voici le site du laboratoire Himalaya:
http://www.vjf.cnrs.fr/himalaya/

Et la fiche de présentation de Joëlle Smadja:
http://www.vjf.cnrs.fr/himalaya/fr/membres/jsmadja.htm

Vous pourrez ainsi découvrir un peu l’Himalaya à Paris !

SJC 2011 | Toulouse

La discrimination en Asie du Sud

Séminaire Jeunes Chercheurs, 23-24/11/2011

Maison de la Recherche, Université de Toulouse le Mirail

Organisation : Arnaud KABA, Mickaël LAFFONT

Partenaires : EHESS Toulouse, CEIAS-EHESS

Présentation

Si de nombreux stéréotypes circulent en Occident sur l’injustice sociale censée régner en Inde, on ne peut nier que l’idéologie de caste revêt une dimension intrinsèquement discriminatoire, que ce soit au niveau de ses fondements symboliques et théologiques jusqu’à celui, bien plus concret, de ses manifestations socio-économiques. De même, les problèmes soulevés par les rapports intercommunautaires, en particulier ceux liés aux relations entre hindous et musulmans, ont fortement marqué l’histoire de l’Inde. Depuis l’Indépendance, l’Intouchabilité a été abolie dans la constitution et le discours politique dominant se positionne contre ces pratiques discriminatoires. Pourtant différents groupes sociaux sont aujourd’hui encore la cible de discours, de politiques et de pratiques discriminatoires. Il en résulte diverses situations de violence sociale, nées de la dialectique entre discriminations et résistances. Ainsi, dans le cadre de ce séminaire, nous nous proposons d’explorer cet objet à travers trois axes thématiques, qui correspondront aux approches privilégiées pour les contributions.

Vivre la discrimination : expériences de la violence et mouvements de résistance
Les discriminations prennent plusieurs formes et touchent diverses catégories de populations. Elles s’expriment en terme de genre, à travers les questions de l’inégalité hommes/femmes ou le cas des Hijrah ; ou en terme ethnico-religieux, avec les Adivasi, pressurés par les usuriers et les partis nationalistes, en révolte permanente depuis la fin du XIXème siècle. D’autre part, les Musulmans, bien que représentant la première minorité du pays, sont toujours perçus comme inférieurs par certains hindous. On pourrait citer le cas des Intouchables, qui malgré les lois de 1947 subissent toujours l’opprobre des castes. Enfin la stigmatisation liée aux problèmes de santé avec les lépreux et surtout les malades du VIH persiste. Les discriminations socio-économiques jouent un rôle central dans ces processus.

Depuis plusieurs siècles, un certain nombre de pouvoirs politiques, et d’organisations, comme l’administration coloniale britannique, la Shiv Sena et le Rashtriya Swayamsevak Sangh, ont adopté des politiques et des discours à caractère stigmatisant. Aujourd’hui encore, le Gouvernement central indien mène des politiques que l’on pourrait qualifier de discriminantes, par exemple à travers les déplacements de populations et les destructions de bidonvilles dans le cadre de grands aménagements ou pour l’établissement d’enclaves économiques. Parallèlement, de nombreux mouvements sociaux ont œuvré pour l’émancipation des groupes victimes de discriminations, de l’ambedkarisme aux mouvements tribaux en passant par les courants réformateurs hindous et les mouvements féministes. Comprendre la dialectique entre mécanismes discriminatoires et mouvements de résistances permet de mieux déconstruire les rapports sociaux qui les suscitent. L’analyse de ces différents phénomènes sociaux ne permettrait-elle pas de porter un regard différent sur des pratiques également présentes en Occident ?

Toutefois, la discrimination n’est pas que le résultat de décisions politiques, elle est avant tout une pratique quotidienne qui structure les rapports inter-castes et inter-communautaires en milieu urbain comme en milieu rural. Comme elle se manifeste territorialement, il est souvent aisé de distinguer, dans les quartiers et les villages, les frontières réelles ou symboliques ainsi que les ségrégations qu’elle génère entre castes et entre communautés. Ces ségrégations ont également connu des renforcements à la suite de conflits, comme par exemple dans le cas de la Muslim Belt d’Okhla à New Delhi. Quels problèmes entraîne cette spatialisation de la discrimination, notamment dans l’accès à l’eau et aux autres services publics? Qu’en est-il des phénomènes de résistance parfois violents que peut entrainer cette structuration de l’espace social ?

Politiques publiques de lutte contre la discrimination
Dans cet axe nous tenterons de saisir les implications complexes et parfois contradictoires des politiques menées par l’Etat indien afin de lutter contre la discrimination. Ces politiques publiques ont été mises en place depuis l’Indépendance pour mettre fin à quelques unes de ces pratiques discriminatoires. Par exemple, les statuts de Scheduled Castes et Scheduled Tribes, les réservations de sièges pour les femmes, le National Rural Employment Garantee Act donnent quelques avantages sociaux aux populations victimes de discrimination et leur permettent de bénéficier d’une politique de quotas dans les écoles, les universités, la fonction publique et dans les assemblées élues. Quels enseignements peut-on tirer de l’histoire complexe de ces différentes politiques de discrimination positive? Alors que de nombreuses luttes sociales ont permis la reconnaissance d’un très grand nombre de minorités, le fait que les communautés bénéficiant de mesures de discrimination positive finissent par représenter la majorité de la population indienne ne constitue-t-il pas un paradoxe intéressant? Les débats que suscitent ces politiques, tour à tour accusées d’être inefficaces, paternalistes essentialistes ou encore contraires aux idéaux d’égalité portés par la Constitution ne peuvent-ils pas donner matière à analyse? Enfin, la question de la reconnaissance relativement récente des Other Backward Classes ainsi que celle des demandes de plus en plus nombreuses émanant de groupes souhaitant se faire reconnaitre comme « tribaux » pourront représenter des pistes pertinentes.

Les relations entre les minorités victimes de discrimination et les élites
Toutes les minorités victimes de discrimination ont « produit » leurs élites qui ont pu changer de milieu social et économique, notamment grâce aux politiques de quotas. Cependant, les relations entre ces minorités et leurs élites sont parfois complexes. Incarnant l’espoir, ces creamy layers, comme on les nomme en Inde, sont pourtant régulièrement accusées de trahir les leurs. On pourrait citer le cas de Subhas Geishing et des membres du Gorkha National Liberation Front qui, après avoir représenté les espoirs d’émancipations des népalais de Darjeeling, sont tombés dans l’opprobre à la fin des années 2000, mais beaucoup de cas similaires existent.

Par ailleurs, se pose la question de la cohabitation entre anciennes et nouvelles élites, par exemple dans le champ politique, où se sont parfois établies des alliances complexes entre brahmanes, OBC et Dalits notamment Uttar Pradesh et au Bihar. Dans cette perspective, comment pouvons-nous questionner ces rapports complexes? Les contributeurs pourront explorer différentes facettes de cette question sociale, des affaires de « tickets » politiques aux tentatives de récupération des aspirations tribales ou Dalit par la droite nationaliste ou encore rendre compte des trajectoires des élites issues de minorités.

Programme

Mercredi 23 novembre

14h00 : Accueil des participants, présentation de l’AJEI

14h30 : Session 1

– Christelle BRUN (LISST-CAS) : Entre communautarisme et retrait de l’espace politique : les conséquences des violences communautaires sur la secte des Daudi Bohras (Mumbai, Gujarat)
Discutant : Harald TAMBS-LYCHE (Université d’Amiens)

– Sophie SCHRAGO (GIIDS) : A l’intersection de multiples discriminations : le cas des femmes musulmanes en Inde
Discutant : Djallal HEUZE (CNRS-LISST)

– Rémi DE BERCEGOL (LATTS) : Spécificités de la discrimination dans de petites villes indiennes
Discutant : Nicolas JAOUL (CNRS-CEIAS)

– Diaporama sur les différentes représentations des Dalits, commenté par Nicolas JAOUL

Jeudi 24 novembre

9h00 :  Session 2

– Andréa-Joëlle KUNDIG (GIIDS) : Mouvements sociaux Adivasis et naxalites en Orissa, une situation à multiples facettes
Discutante : Marine CARRIN (CNRS-LISST)

– Giacomo MANTOVAN (LAATS-CSH) : Les récits de résistance : un chemin pour négocier sa place dans la société
Discutant : Marlène ALBERT-LLORCA (UTM-LISST)

– Pavel CHAKRABORTY (GIIDS) : What Explains Ethnic Violence? Evidence from Hindu-Muslim Riots in India
Discutant : Djallal HEUZE (CNRS-LISST)

– Kaveri  HARITAS (GIIDS) : The politics of difference : the shifting basis of « we » and « they » in slum based movements in Bangalore
Discutant : Alexis AVDEFF (LISST)

12h30 : Clôture du séminaire par Djallal HEUZE

SJC 2010 | Nanterre

Les Élites en Asie du Sud

Séminaire Jeunes Chercheurs, 16/11/2010

Maison René‐Ginouvès, Université de Paris Ouest-Nanterre

Organisation : Divya LEDUCQ, Julien JUGAND

Partenaires : CEIAS (EHESS), GECKO, LESC, l’École doctorale Milieux, Cultures et Sociétés du Passé et du Présent (Univ. Paris Ouest Nanterre)

Présentation

Que ce soit la richissime royauté moghole au XVIIIe, les marchands et industriels prospères au XIXe ou les dirigeants politiques issus des hautes castes au XXe siècle, les élites nationales ont fortement contribué aux dynamiques d’émergence en Asie du Sud. Depuis environ deux décennies, les transformations économiques interrogent le réagencement des relations sociales au sein des frontières nationales. Dans ce nouveau contexte, la question des oubliés d’un modèle de croissance peu inclusif occupe une place dominante dans le débat scientifique, mais peu d’études sont consacrées aux élites, dont la définition n’est pas aisée et l’appréhension souvent confondue ou réduite à la notion ambigüe et discutable de « classes moyennes».

Fort de ce constat, le 10e séminaire pluridisciplinaire de l’AJEI portera sur les dynamiques à l’oeuvre au « sommet de la société ». Plus précisément, son ambition est à la fois de contribuer à la redéfinition des traits caractéristiques de ce groupe hétérogène défini par les sociologues, les anthropologues et les politologues comme dominant, mais aussi d’appréhender les changements structuraux intervenus chez les élites sud‐asiatiques au cours de l’histoire, et enfin d’apporter un éclairage nouveau sur les enjeux – politiques, juridiques, territoriaux, économiques, environnementaux et culturels – liés à la sociologie, aux pratiques et aux représentations des classes dominantes passées et présentes en Asie du Sud. Une attention particulière sera portée à la « politique de terrain» mobilisée pour la production de données sur les élites traditionnelles et renouvelées de l’Asie du Sud.

Trois dimensions d’analyse – dans lesquelles pourraient s’inscrire les communications – sont privilégiées, sachant que le champ d’étude reste délibérément ouvert pour inclure des réflexions originales sur des facettes (in)explorées des « élites de l’Asie du Sud ».

Définitions et dynamiques d’un groupe hétérogène
Il paraît essentiel d’aborder en premier lieu les critères qui permettent de définir les élites en insistant sur leur diversité et leur évolution au cours du temps. En effet, les classes dominantes de l’Asie du Sud semblent se trouver au carrefour de plusieurs réalités5 qui rassemblent les couches les plus privilégiées de la société et exercent une influence sensible sur les discours, les actions et la distribution des territoires. Si
ce concept fait sens, tant il se rapporte à la notion théorique de dominance, les études de terrain diachroniques, ne permettent‐elles pas de mettre en évidence d’autres caractéristiques, liées par exemple à la condition socioprofessionnelle, la richesse ou la caste ?

On pourra aussi analyser la contribution des régimes politiques au renouvellement ou au renforcement des élites en place (administration coloniale, système républicain, Congrès tantôt conservateur, tantôt progressiste, ère des « réformes libérales »). Une question sous‐jacente porte sur la volonté et la capacité des élites politiques en place à organiser le renouvellement régulier des « manageurs sociétaux » en favorisant la méritocratie aux échelles nationales et régionales. Cela sous‐entend d’étudier l’existence d’ascenseurs sociaux donnant le droit d’entrée pour les « plébéiens » aux plus prestigieux Instituts de l’enseignement supérieur6 d’où sortent technocrates, hauts fonctionnaires et PDG d’entreprises florissantes, leur mode de fonctionnement et les limites visibles de leurs actions7 (maintien des anciennes élites issues des hautes castes vs recrutement des basses castes dans les formations d’ingénierie). Cette dernière interrogation conduit vers une nécessaire identification des « fabriques » des élites – qu’elles soient instituées ou informelles ‐ avec si possible des comparaisons sud‐asiatiques et internationales sur les trajectoires des personnes (origines et parcours). Cela permettrait de faire apparaître les points communs et les dissemblances dans l’évolution et la transformation des « hiérarchies » au sein des sociétés.
Enfin, on pourra observer les changements en cours chez les élites religieuses – du haut fonctionnaire brahmane de la période coloniale aux prêtres hindous qui officient aujourd’hui de par le monde auprès de la diaspora.

Pratiques et représentations des élites
Ce deuxième thème cherche à nourrir la réflexion sur les systèmes d’opinions et d’attitudes dans lesquels les classes dominantes forgent leur action. Ainsi, il serait intéressant d’examiner de quelle manière les dignitaires politiques et religieux héritiers des traditionnelles hautes castes se distinguent socialement de la récente « upper middle class », considérée souvent comme « parvenue ». On peut aussi penser qu’en Asie du Sud les habitus des élites – logement, culture, alimentation, loisirs, tourisme, mariage, culte religieux, pratique de l’anglais8 et des langues régionales – varient selon l’époque de construction de leur capital économique, social et culturel9, et sont le reflet d’une dichotomie du milieu (dominante rural vs dominante urbaine voire métropolitaine). L’analyse préalable du système de formation des élites aiderait à comprendre le poids des modèles occidentaux qui se reflètent dans la nature des capitaux culturels et sociaux d’individus cosmopolitains.

Enfin, l’appréhension de l’identité, de la mémoire et de la filiation des élites en Asie du Sud ainsi que l’appréciation des évolutions dans la transmission de la culture historique et politique des élites (littérature de référence, légendes, personnages clés, modèles, héros) peut‐elle servir de base à l’analyse des processus d’ouverture, de fermeture et de reconnaissance des groupes sociaux dominants ?

Place, jeux et enjeux des classes dominantes dans le souscontinent indien
Les élites de l’Asie du Sud ne forment pas un groupe aux intérêts (politiques, économiques) nécessairement identiques. Durant ce séminaire, nous aimerions donc aller au‐delà des processus de domination pour comprendre à quels cercles intellectuels influents et réseaux (exemple des think tanks aux intérêts idéologiques entendus ou divergents) appartiennent les élites, et par quels processus ces lieux de rencontre
et d’intronisation influencent les orientations et les trajectoires prises par et pour la société (collusion et circularité des élites politiques, économiques, financières et parfois militaires).

On pourrait aussi mesurer l’influence des élites et de leurs réseaux aux niveaux régional, national et international. Des communications pourront porter sur les liens qu’entretiennent les élites au sein des entités administratives nationales (conventions symboliques, clubs de décideurs, entresoi mondain) ainsi que les rapports des classes « bourgeoises » à l’État (influence réciproque et modernisation). On pourrait
aussi de se demander comment s’organisent les relations entre les élites nationales et transnationales (NRI et returnees) dans le cadre diasporique (« minorité modèle10 ») et celui des frontières du sous‐continent indien. Par exemple, il serait intéressant de savoir comment communiquent les élites – utilisation des nouvelles technologies pour rendre compte d’une stratégie de réseau ‐ que ce soit en temps de guerre ou de paix (géopolitique et géoéconomie internationale). Des contributions pourraient porter sur les perspectives liées à la circulation des élites cosmopolites et leur rôle et responsabilité dans les transformations des tissus économiques et sociaux. Des perspectives de comparaisons entre les États régionaux apporteraient des éléments significatifs sur le rapport des « champagne liberals » à l’échelle locale.
Sonder les classes dominantes, c’est aussi se demander quels sont leurs rapports au reste de la société.

Dans quelle mesure les élites jouent‐elles un rôle clé à la fois dans le maintien de l’unité des nations mais aussi dans l’accroissement des discontinuités socio‐territoriales, observées aussi bien dans les villes que dans les campagnes ? Dans un dernier temps, il semble essentiel d’engager une réflexion sur le discours produit par les élites elles‐mêmes, afin de justifier de leur domination (notamment par rapport aux inégalités sociales ; méritocratie vs naissance). Cette question peut être un terrain d’analyse fructueux pour comprendre pourquoi les pouvoirs publics n’arrivent pas à remettre davantage en cause les inégalités (quid de la contestation des élites contre les mesures de discrimination positive ; sociologie des partis politiques).

Enfin, on pourrait emprunter une démarche de réflexivité et se demander dans quelle mesure la production du discours académique tend à se polariser soit dans une critique des élites et de leur domination sociale, soit dans une légitimation des élites et de leur rôle moteur dans le développement national.

Programme

09h30-10h30 : accueil et présentation de l’AJEI et du séminaire

10h30 : Définitions et dynamiques d’un groupe hétérogène

– Marielle CARSIGNOL‐JALAIS (GREGOR, IAE de Paris) L’évolution d’une élite commerçante en Inde
Discutante : Danièle FRABOULET (CRESC, Paris XIII)

– Alix PHILIPPON (IREMAM/CHERPA, IEP Aix‐en‐Provence) Quand les dynasties spirituelles muent en dynasties politiques : les pirs zamindars du Pakistan
Discutante : Mariam ABOU ZAHAB (CERI, Sciences‐Po)

13h30 : Place, jeux et enjeux des classes dominantes dans le sous-continent indien

– Jules NAUDET (OSC, SciencesPo/CNRS) De la sanskritisation à la dalitisation : les enjeux contre‐culturels de la mobilité sociale des Dalits en Inde
Discutant : Dominique MERLIÉ (CESSP, Université de Saint‐Denis)

– Julien BORDAGI (GECKO, Paris Ouest) La place des élites dans le processus de décentralisation du pouvoir décisionnaire
Discutante : Stéphanie TAWA‐LAMA‐REWAL (CEIAS, EHESS‐CNRS)

15h30 : Pratiques et représentations des élites

– Savitri JALAIS (IPRAUS, ENSA Paris‐Belleville) Construction d’un front sur le fleuve à Bénarès : contribution des Rajas dans la création d’un espace public
Discutante : Catherine CLEMENTIN‐OJHA (CEIAS, EHESS‐CNRS)

– Pauline DELHOMME (CERI, SciencesPo, Paris) Les représentations de l’urdu chez les élites à Hyderabad, Inde
Discutant : Alain DESOULIÈRES (CERLOM, INALCO)

17h : Conclusion du séminaire par Frédéric LANDY (GECKO, Paris Ouest Nanterre)

 

 

SJC 2009 | Paris

Rapports de domination et inégalités dans le sous-continent indien

Séminaire Jeunes Chercheurs, 17/11/2009

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Organisation : Sarah BENABOU, Benoît CAILMAIL

Partenaires : CHAC (Paris I), CEIAS-EHESS

Présentation

Les sociétés du sous-continent indien sont des mosaïques complexes fortement marquées par la présence d’inégalités de tous ordres, dans un contexte socio-économique caractérisé par un système de castes et une pauvreté de masse. Pour autant, force est de constater que ces relations de subordination jouissent d’une légitimité très relative, constamment remise en question par l’émergence de mouvements de contestation. Aujourd’hui, suite à des changements politiques majeurs qui ont vu la démocratie s’imposer dans la région , la perception critique des relations de domination s’est indéniablement accrue, jusqu’à faire de la question de la justice économique et sociale un enjeu essentiel des dernières élections en Inde.

Dans cette perspective, nous souhaiterions apporter un éclairage sur les transformations manifestes des rapports de domination du sous-continent, mais aussi nous interroger sur leur persistance dans de nombreux domaines de la vie sociale. Par « rapport de domination », nous entendons un double phénomène : d’une part, un processus marqué par une dynamique particulière de contrainte et de consentement, qui entraîne la subordination d’un (ou plusieurs) acteur(s) à un autre ; d’autre part, la relation sociale fortement asymétrique qui en résulte, caractérisée par un accès inégal à certaines ressources socialement valorisées.

Pour examiner cette notion de domination en Asie du Sud, nous proposons trois angles d’analyse non-exhaustifs et non-exclusifs, qui devraient à la fois permettre de réunir des chercheurs venant d’horizons disciplinaires variés, et de multiplier les échelles de lectures (du « local » au « global ») et les types de rapports dissymétriques étudiés (de genre, religieux, économique, spatial, etc.).

Structure des rapports de domination
Présents dans tous les domaines de la vie sociale, les rapports de domination peuvent s’exercer entre individus, entre hommes et femmes, entre groupes majoritaires et minoritaires, entre couches sociales au sein de la société stratifiée, entre Etats-nations au sein de la région, etc. Ils ne sont pas toujours le fait d’un acteur identifiable ni ne se traduisent nécessairement par une violence concrète, mais peuvent prendre la forme d’une contrainte impersonnelle et d’une violence symbolique. Ils se déploient sur différents niveaux qui se superposent bien souvent : social (ex : castes, classes, ethnies/tribus), économique (ex : Monsanto/paysans), religieux (ex : hindous/musulmans), spatial (ex : utilisations discriminantes de l’espace)… L’analyse de la structure du rapport de domination portera sur la manière dont la domination s’exerce (types de contraintes auxquelles sont soumis les acteurs, question de la légitimité et du consentement), sur ses implications concrètes et sur son inscription dans le temps.

Reproduction des rapports de domination
Il s’agit ici d’étudier au travers d’exemples concrets les processus et les mécanismes qui permettent une reproduction des rapports de domination et des inégalités qu’ils engendrent. La violence et l’hégémonie idéologique ou économique ne sont pas les uniques moyens pour un dominant d’asseoir son pouvoir. Des phénomènes de coopération pourront ainsi être observés quand la domination est considérée comme légitime et « intégrée » par les dominés. Par ailleurs, les « dominés » peuvent aussi tirer parti ou trouver quelque intérêt à certaines situations de domination.

Résistances et transformations des rapports de domination
Ce troisième axe porte plus spécifiquement sur les phénomènes de transformation des rapports de domination et des « arts de la résistance ». L’influence de certains facteurs qu’il faudra déterminer, tant à l’échelle locale que nationale ou internationale, conduit à une transformation des structures de domination, qui peuvent se trouver renforcées, atténuées, voire renversées. Les rapports de domination sont également susceptibles d’être mis à mal par une résistance des dominés, qui, de façon dissimulée ou ouverte, remettent en cause les discours et pratiques des dominants. On s’attachera alors à décrire les stratégies mises en œuvre, les moyens employés (résistance passive ou violente), et l’échelle à laquelle les pratiques de résistance se déploient.

Programme

09h-09h30 : accueil et présentation de l’AJEI et du séminaire

9h30 : Session 1

– Vanessa CARU (SEDET/Paris VII) L’exercice quotidien de la domination “coloniale” : administrateurs et locataires des logements ouvriers à Bombay (1920-1930)
Discutant : Pierre SINGARAVELOU (CHAC/Paris I)

– Joël CABALION (CEIAS/EHESS) et Simon BORJA (GSPE-Prisme/IEP Strasbourg) “Crise” dans la production ou crise de la reproduction ? Les logiques paysannes au prisme de la domination symbolique et économique au Vidarbha
Discutant : Frédéric LANDY (GECKO/Paris X)

– Julien JUGAND (CREM-LESC/EPHE-Paris X) En marge de l’art : Processus de domination et marginalisation des courtisanes et musiciens musulmans dans le Banaras du XXe siècle (Inde du Nord)
Discutant : Catherine SERVAN-SCHREIBER (CEIAS/INALCO)

– Anne DUBOS (CEIAS/EHESS) Résistances et transformations : de la subtilité des modalités performatives et scénographiques dans les arts de la scène au Kerala
Discutant : Christine GUILLEBAUD (CREM-LESC/CNRS)

14h30 : Session 2

– Charlène SIMON (CEIAS/EHESS) Croyance aux miracles et retournement du stigmate de l’intouchabilité
Discutant : Gilles TARABOUT (CEIAS/EHESS)

– Gaël de GRAVEROL (CEIAS/EHESS) Des majorités dans les minorités : la révolte des Gujjars (Rajasthan)
Discutant : Nicolas JAOUL (IRIS/EHESS)

– Sophie GERBAUT (Lyon III) L’organisation des Tigres de l’Eelam Tamoul, naissance vie et mort d’une insurrection identitaire
Discutant : Eric MEYER (INALCO)

SJC 2008 | Paris

Les mondes urbains en Asie du Sud

Séminaire Jeunes Chercheurs, 19/11/2008

Maison de l’Asie, Paris

Organisation : Vanessa CARU, Anne-Julie ETTER

Partenaires : CEIAS (EHESS), ICT (Université de Paris VII)

Présentation

Avec un taux d’urbanisation de 31%, l’Asie du Sud fait partie des régions les moins urbanisées du monde. Ceci explique en partie que les études urbaines sur cette région soient restées relativement marginales. Ce champ de recherche interdisciplinaire connaît cependant actuellement un rapide développement, notamment à la lumière des réflexions sur la mondialisation et la métropolisation. Certains chercheurs, comme Gyan Prakash, ont pu ainsi parler d’un « urban turn » dans les études sur l’Asie du Sud.
Ce séminaire souhaite s’inscrire dans ces nouvelles perspectives, en multipliant autant que possible les échelles d’analyse (de la rue aux réseaux urbains), les objets étudiés (villes du sous-continent et villes de la diaspora, villes petites et moyennes autant que les mégapoles) et les différentes approches disciplinaires (anthropologie, géographie, science politique, histoire, urbanisme, etc.).

Structuration des villes et recompositions socio-spatiales
Les formes urbaines sont le produit de l’interaction d’un ensemble d’acteurs sociaux, politiques et économiques, ayant souvent des intérêts divergents. Dans le contexte indien, le rôle persistant de la caste dans la structuration des villes a souvent été souligné. Il coexiste cependant aujourd’hui avec d’autres facteurs créateurs et organisateurs de l’espace, notamment l’influence d’une économie mondialisée.
Ainsi l’analyse des fondements d’organisation de ces formes urbaines pourra être envisagée sous l’angle de la longue durée (agencement des héritages pré-coloniaux, coloniaux et postcoloniaux, combinaison de diverses influences culturelles et religieuses) ou sous celui de la diffusion de modèles urbains mondialisés (Zones Economiques Spéciales, malls, villes nouvelles, phénomènes de gentrification, etc.). Des études de cas précises pourront permettre de rendre compte de la combinaison de ces divers facteurs et de l’articulation global-local dans l’organisation des villes d’Asie du Sud, questionnant ainsi leurs spécificités.

Villes et mobilités
L’analyse pourra être menée aussi bien à l’échelle nationale que transnationale et s’intéressera autant aux migrations volontaires que forcées, dans la mesure où celles-ci conduisent les personnes à s’inscrire dans un espace urbain.
Au niveau national, il s’agira de traiter des relations des villes avec leur hinterland et plus généralement avec l’espace national des pays du sous-continent. Les notions de périurbanisation, de métropolisation, de corridors urbains, de migrations saisonnières et locales, de rapports entre villes et campagnes ou de réseaux urbains pourront ainsi être abordées.
La réflexion sur les mobilités transnationales devra quant à elle prendre en compte à la fois l’ensemble des villes où se sont installées des populations issues du sous-continent (étude des différentes diasporas, des parcours de migration, etc.), et le rôle joué par les villes sud-asiatiques dans ces mouvements migratoires, comme pôles de départs mais aussi d’accueil de migrants transnationaux (cas de Delhi). L’implantation spatiale de ces migrants (quartiers, espaces spécifiques) et leur intégration à l’économie et aux sociétés d’accueil pourront ainsi être étudiées.
A l’échelle nationale comme à l’échelle transnationale, une réflexion pourra être menée quant aux effets sociaux induits par le mouvement (impact des « retours » des migrants nationaux ou transnationaux, transferts de savoirs et de savoir-faire, etc.).

Les enjeux de la « gouvernance » urbaine
L’administration des villes d’Asie du Sud connaît depuis quelques décennies d’importantes évolutions, avec la mise en place de programmes de décentralisation et de libéralisation économique, notamment de privatisation des services publics. Aux enjeux anciens des politiques urbaines (problèmes du logement, de la gestion des déchets, de l’approvisionnement en eau potable, etc.) s’ajoute désormais la volonté de rendre ces espaces attractifs pour les investisseurs étrangers.
Il conviendrait d’évaluer les différents impacts de ces réformes comme l’apparition de nouveaux acteurs (secteur privé, acteurs internationaux, etc.), la répartition sociale et spatiale des services urbains, les conséquences sur la vie quotidienne des habitants et l’évolution des modèles urbanistiques pris comme référence par les aménageurs.
Ces politiques suscitent des réactions et des interactions avec les sociétés urbaines qui peuvent également être analysées, notamment l’émergence de formes de résistance (mobilisations autour des services de base, violences urbaines accentuées du fait de la restriction de l’accès à certains biens, etc.) et de nouveaux types de participation à la gestion urbaine (jeux des associations, participation à des consultations, etc.).
Dans cette perspective il pourrait être intéressant de discuter le recours au terme de « gouvernance » pour désigner ces évolutions.

Pratiques en milieu urbain
Ce séminaire est aussi ouvert aux travaux qui n’étudient pas l’espace des villes pour lui-même, mais s’intéressent à des pratiques développées en milieu urbain. Dans cette perspective il s’agira d’interroger la façon dont ce contexte particulier infléchit ces pratiques et contribue à les façonner ou à les modifier.
On pourra ainsi observer aussi bien les formes et les lieux de la sociabilité urbaine (clubs de jeunes sportifs, associations pour l’organisation de puja, etc.) que les grandes fêtes religieuses qui se déroulent dans un cadre urbain, les groupes politiques locaux, les différentes pratiques associatives (associations de caste, de résidents, etc.) et culturelles (musique, théâtre, cinéma, etc.).

Programme

10h-10h30 : accueil et présentation de l’AJEI et du séminaire

10h30 : Structurations et recompositions socio-spatiales des villes indiennes

– Pierre CHAPELET, Bertrand LEFEBVRE (UMR IDEES, Rouen, CSH New Delhi) Équité spatiale et fragmentation urbaine. La distribution des services de santé à Delhi
Discutant : Stéphane Rican (Université de Paris X, LEST)

– Divya LEDUCQ (Université des Sciences et Technologies de Lille, TVES) Activité informatique et mutations de l’espace urbain : l’exemple de Pune
Discutant : Ludovic Halbert (École Nationale des Ponts et Chaussées, LATTS)

13h30 : Migrations et territoires urbains

– Dalel BENBABAALI (Université Paris X, GECKO) Le concept de caste dominante en milieu urbain : étude comparée des Kamma de Vijayawada (Andhra Pradesh) et de Coimbatore (Tamil Nadu)
Discutant : Raymond JAMOUS (Université de Paris X, CNRS) (sous réserve)

– Aurélie VARREL (Université de Strasbourg, MIGRINTER) « Bangalore : “the Non Resident City of India” »
Discutante : Aminah Mohammad-Arif (EHESS, CEIAS-CNRS)

15h30 : Sociabilités et pratiques urbaines

– Kévin LE DOUDIC (UMR CERHIO, Université de Bretagne-Sud) Vivre au quotidien dans une cité commerciale. Les Français et Pondichéry au 18e siècle
Discutant : Claude Markovits (EHESS, CEIAS-CNRS)

-Claire HAZOUME (UMR SEDET, Université Paris 7) Centres commerciaux et urbanité dans la métropole d’Hyderabad
Discutante : Odette Louiset (AILLEURS, Université de Rouen)

SJC 2007 | Aix-en-Provence

Les sciences sociales et la santé en Asie du Sud

Séminaire Jeunes Chercheurs, 5-6/11/2007

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence

Organisation : Jessica HACKETT, Marion LABORDE, Mathieu PAUCHET

Partenaires : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, UMR ESPACES

Présentation

En Inde, le retrait du secteur public, le développement du secteur privé et la croissance du secteur associatif semblent les principaux choix de développement dans le domaine de la santé. Ces éléments, ainsi que les nouvelles pratiques induites par l’ouverture économique et culturelle, l’émergence ou la réémergence d’épidémies, nous incitent à questionner sous un jour nouveau la relation que l’individu et la société entretiennent à l’égard du corps, de la maladie, de la santé.

Nous proposons aux participants d’appréhender cette thématique dans le sous-continent indien selon quatre axes de réflexion. Les propositions de communications peuvent s’inscrire de façon directe ou indirecte dans un ou plusieurs de ces axes (thématique transversale) à travers des études de cas ou des approches plus générales.

Santé, politique et société civile
Cet axe concerne les politiques locales et globales entourant l’accès aux soins, la qualité des soins, et les pratiques des soins à plusieurs niveaux. Premièrement, à un niveau national et international, il est important d’examiner le rôle des bailleurs de fonds et des instances gouvernementales, leur participation, leur impact, leur influence sur les orientations générales adoptées et sur l’organisation spatiale du système de soins. Deuxièmement, à un niveau local, le travail associatif dans le sous-continent indien – déjà très présent – est en plein essor : le fonctionnement des ONG, leurs liens avec le secteur public, mais également avec les instances politiques et religieuses peuvent être présentés. Les approches analysant ces deux niveaux, allant du global au local et/ou du local au global (programmes de développement par exemple), seront également bienvenues .

Savoir, pratiques médicales et recours aux soins
Les différents systèmes de santé présents dans le sous-continent indien nous invitent à interroger des concepts tels que la « médecine traditionnelle » et la « médecine moderne » dans une perspective dynamique de transmission et d’échanges des savoirs. Les parcours thérapeutiques individuels et collectifs, multiples et non exclusifs (recours à la médecine traditionnelle, à la biomédecine, mais également à la religion et à l’astrologie), ainsi que les espaces thérapeutiques et de bien-être (tels que les centres de pèlerinages appréhendés comme lieux de santé) pourront être explorés.

Corps et Santé
Le corps, bien qu’il matérialise et rappelle la singularité de tout individu, est enjeu et produit du social. L’expérience de la maladie, le rapport et les soins au corps (corps malade, corps sain) s’inscrivent et prennent sens dans un système de représentations et de pratiques propre à chaque groupe social (classes, castes, religions). La maladie, considérée ici comme événement social, peut révéler la tension entre individuel et collectif, inhérente à tout groupe social. L’étude des modes de résolution de cette tension est alors un moyen d’analyser ces structures et les possibilités de négociation de chaque individu. Les propositions pourront aussi porter sur la représentation du corps et de la santé en fonction des différents espaces de vie et de travail.

Espaces de la Santé
Le dernier axe incite à envisager la santé dans une perspective spatiale, en privilégiant les approches multiscalaires : comment les lieux et les espaces de soins sont-ils construits et organisés ? Comment peuvent-ils être structurés en réseaux, notamment entre les lieux de soins traditionnels et modernes ? Comment les tensions économiques et politiques (classes, castes, religions) génèrent-elles des espaces d’exposition aux risques (pollution de l’air, de l’eau, etc.) et de diffusion des maladies (VIH/SIDA, dengue, etc.) ?

Programme

Lundi 5 Novembre

13h45 : Accueil des participants et présentation de l’AJEI

14h00 : L’accès aux soins

– Bertrand LEFEBVRE (UMR IDEES, Rouen) Les « McDonald’s des soins » : émergence et diffusion d’un réseau de cliniques franchisées en Inde
Discutant : Loïc Grasland (UMR Espace, Avignon)

– Pierre CHAPELET (UMR IDEES, Rouen) Le médicament à Delhi : La diffusion contre l’accès ? [PDF]
Discutant : Alice Desclaux (CReCSS Aix-Marseille 3)

15h00 : Thérapeutes et thérapies religieuses

– Florence HALDER (anthropologue, Paris) Jeunes filles en proie aux symptômes de la possession par de mauvais esprits et vertus thérapeutiques du temple hindou de Balaji Mehendipur (Rajasthan) [PDF]
Discutant : Brigitte Sebastia (Institut Français de Pondichéry)

– Jessica HACKETT (anthropologue, Aix) Zanabai : l’accoucheuse qui n’accouche pas… Un regard sur le rôle des matrones au Maharashtra
Discutant : Myriam El-Amrani, sage-femme (Hôpital la Conception) et anthropologue

– Projection du film de Brigitte Sebastia et discussion

Mardi 6 Novembre

9h00 : Biodiversité et enjeux de santé

– Olivier TELLE (UMR IDEES, Rouen) La dengue à Delhi, géographie d’une maladie mondiale émergente
Discutant : Philippe Msellati (IRD, CReCSS)

– Lucie DEJOUHANET (Gecko, Paris 10 – Nanterre) En amont des médecines : Modes d’approvisionnement en plantes des entreprises ayurvédiques du Kérala [PDF]
Discutant : Sebastien Oliveau (UMR Espace-Aix-en-Provence)

– Yann LE GOATER (juriste, Paris-Assas) La protection des savoirs traditionnels : une perspective indienne [PDF]
Discutant : Aline Mercan, Médecin, anthropologue (CReCSS)

12h00 : Conclusion du séminaire

SJC 2006 | Toulouse

Savoir et Savoir-faire dans le sous-continent indien : Accès, transmission et enjeux

Séminaire Jeunes Chercheurs, 15-16/11/2006

Maison de la Recherche, Toulouse Le Mirail

Organisation : Alexis AVDEEF, Christelle BRUN

Partenaires : EHESS Toulouse, CEIAS-EHESS

Présentation

Dans la société indienne, le découpage de la société en varnas et en jaati a longtemps imposé un cloisonnement hiérarchique des savoirs et des savoir-faire. Ce système, qui a connu diverses évolutions au cours de son histoire et qui n’a jamais été totalement hermétique, a cependant marqué profondément les relations sociales. Les différents types de savoirs et de savoir-faire ont ainsi une place prépondérante au sein de la structure et de l’organisation même de la société, façonnant ainsi les rapports sociaux. Actuellement, la situation économique et politique de l’Inde tend à en modifier la donne: notamment à travers les programmes gouvernementaux d’éducation et de discrimination positive en faveur des populations ‘marginalisées’, ainsi que par l’insertion de l’Inde dans l’économie mondiale. Les profonds changements sociaux qui en résultent, nous obligent à repenser les notions de Savoir et de Savoir-faire au sein de la société contemporaine.

Autour des trois grands axes de réflexion qui sont proposés accès, transmission, enjeux, nous invitons les jeunes chercheurs, d’horizons disciplinaires variés, à explorer et à interroger les diverses problématiques que soulèvent les notions de savoir et de savoir-faire dans le sous-continent indien, tant dans leurs implications sociales et historiques, que politiques et religieuses. Les communications pourront porter sur les savoirs spécifiques d’une caste (souvent mis en avant dans l’affirmation d’une identité de caste), d’une population donnée (savoirs liés par exemple aux femmes), ou encore d’une aire géographique particulière (savoirs locaux en relation avec une identité régionale, migration de populations et mobilité des savoirs). Elles pourront également traiter de l’évolution des modalités de transmission des savoirs (tradition du secret, savoir oral, savoir écrit, relation de maître à disciple, héritage familial en relation avec le savoir de caste). Dans une Inde qui s’ouvre toujours plus à l’économie mondiale, il serait également intéressant de traiter de l’apparition de nouveaux savoir-faire (transferts de savoir-faire occidentaux dans le sous-continent, développement des nouvelles technologies, délocalisations) et des changements qu’ils opèrent dans la société contemporaine (valeur du travail, nouveaux comportements face à l’économie mondiale, mais également cohabitation de plusieurs savoirs comme les savoirs médicaux traditionnels et les savoirs médicaux venus d’occident). Nous attendons enfin des communications sur les enjeux et les implications sociopolitiques de l’accès au savoir et à l’éducation (programmes gouvernementaux d’éducation et les systèmes de discrimination positive). Au milieu de ces enjeux politiques et identitaires, l’accès au savoir du chercheur et ses implications sont également une source sur les rapports sociaux qu’il interroge.

Programme

Mercredi 15 Novembre

14h00 : Accueil des participants et présentation de l’AJEI

14h30 : Mobilité et recomposition des savoirs de caste

– Linda BOUIFFROU (Université de Paris 7) La caste des Bhats du Rajasthan : à la fois intouchables et “ambassadeurs culturels”
Discutant : Sébastien OLIVEAU (Université de Provence – Aix-Marseille 1)

– Barbara MOROVICH (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture, Strasbourg) Business et pureté : construction et transmission du savoir-faire dans une famille Kaira Patel de Nakuru (Kenya) [PDF]
Discutant : Harald TAMBS-LYCHE (Université de Picardie – Jules Verne)

16h00 : Savoirs politiques, savoirs administratifs : transmission et contestation

– Dalel BENBABAALI (Université de Paris 10 Nanterre) Les élites de la haute fonction publique indienne : du savoir à la performance. Le cas de l’Indian Administrative Service (IAS) [PDF]
Discutant : Gérard HEUZE (CNRS-Centre d’Anthropologie de Toulouse)

– Les militants dalits face à l’administration en Uttar Pradesh : l’acquisition d’un savoir-faire : projection d’un film, « L’intervention des Dalits Panthers dans un conflit rural », par Nicolas JAOUL (EHESS). La projection sera suivie d’une discussion générale.

Jeudi 16 Novembre

09h15 : Autour des savoir-faire féminins

– Pascale HANCARD-PETITET (Université Aix-Marseille 3) Rencontre des savoirs autour de la naissance. Les cas des matrones au Tamil Nadu, Inde du Sud
Discutant : Stéphanie MULOT (Université de Toulouse-Le Mirail)

– Corinne MATHOU (Sciences et Techniques des Arts, Université de Saint-Denis Paris 8) La danse enchanteresse de Mohini : éveil et construction d’une identité féminine dans le Kerala aujourd’hui [PDF]
Discutant : Marine CARRIN (CNRS-Centre d’Anthropologie de Toulouse)

11h00 : Valorisation et enjeux actuels de savoir-faire locaux

– Nicolas LAINÉ (CEIAS-EHESS) Le savoir-faire technique des cornacs face aux nouveaux enjeux de la domestication de l’éléphant d’Asie (Elephas maximus) en Assam (Nord-est indien) [PDF]
Discutant : Grégoire SCHLEMMER (IRD)

– Béatrice MOPPERT (Université de Bordeaux 3) Echanges de savoirs et développement durable : le cas des caféiculteurs du Kodagu
Discutant : Hélène GUETA (Université de Toulouse-Le Mirail)

12h30 : Conclusion du Séminaire Jeunes Chercheurs par Marie-Claude Mahias, Directrice de Recherche au CNRS [PDF]

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search